Machine à vapeur compound à 2 cylindres, d'après les plans de Jack James.

Marine, science(s), technique(s)

A l’occasion du changement de thème imposé par l’évolution de la plateforme Hypothèses, le nom de ce carnet s’est allongé pour rendre compte de l’évolution de mes recherches sur l’itinéraire maritime et savant suivi par Pâris.

Le titre initial, Marine et science, traduisait une interrogation sur les liens qu’entretient la marine avec la science au XIXe siècle. Il aurait d’ailleurs été plus exact de parler de sciences au pluriel, car comme le montre Guillaume Carnino dans sa thèse[1], la Science au singulier et avec sa majuscule d’emphase n’a de sens que dans la seconde moitié du siècle. Bien qu’elle ne soit pas considérée comme une arme savante, la Marine du XIXe siècle est imprégnée de science. Lire la suite

Colloque technologie

La Technologie entre l’Europe et les États-Unis aux XIXe et XXe siècles : rencontre et ignorance

Colloque organisé par Liliane Hilaire-Pérez (Université Paris Diderot / CAK) et Guillaume Carnino (UTC). 5 juin 2015, EHESS

Ce colloque rassemble historiens, philosophe et anthropologues des deux côtés de l’Atlantique pour tenter de clarifier le sens donné à la technologie dans les différentes cultures aussi bien que son évolution dans le temps, mais aussi examiner les influences mutuelles et réciproques des « écoles » de technologie européennes et américaines. Liliane Hilaire-Pérez souligne en introduction que la technologie est un champ de recherche actif et qui suscite de nombreux questionnements chez les historiens. Ce terme, que François Sigaut qualifiait de « pédant » dans son acception dérivée de l’anglais après la seconde Guerre mondiale, a pourtant été employé à dessein dans les sciences de l’ingénieur, en anthropologie et en ethnologie, en particulier par l’« école française de technologie » dont les maîtres à penser sont Sigaut et Haudricourt. La technologie a continué à mobiliser un cercle d’anthropologues et de chercheurs en sciences sociales à l’EHESS ; les historiens des techniques ont développé une stratégie éditoriale (la revue Documents pour l’histoire des techniques devenue Artefact, réédition de l’article de synthèse de Guillerme et Sebestik et traduction en cours de l’ouvrage de Beckmann ) et d’animation de séminaires autour de l’analogie, de la technologie science humaine ou des collections afin d’élargir le spectre des angles d’approche, volonté renforcée à l’occasion de ce colloque par une ouverture internationale. Lire la suite