Colloque technologie

La Technologie entre l’Europe et les États-Unis aux XIXe et XXe siècles : rencontre et ignorance

Colloque organisé par Liliane Hilaire-Pérez (Université Paris Diderot / CAK) et Guillaume Carnino (UTC). 5 juin 2015, EHESS

Ce colloque rassemble historiens, philosophe et anthropologues des deux côtés de l’Atlantique pour tenter de clarifier le sens donné à la technologie dans les différentes cultures aussi bien que son évolution dans le temps, mais aussi examiner les influences mutuelles et réciproques des « écoles » de technologie européennes et américaines. Liliane Hilaire-Pérez souligne en introduction que la technologie est un champ de recherche actif et qui suscite de nombreux questionnements chez les historiens. Ce terme, que François Sigaut qualifiait de « pédant » dans son acception dérivée de l’anglais après la seconde Guerre mondiale, a pourtant été employé à dessein dans les sciences de l’ingénieur, en anthropologie et en ethnologie, en particulier par l’« école française de technologie » dont les maîtres à penser sont Sigaut et Haudricourt. La technologie a continué à mobiliser un cercle d’anthropologues et de chercheurs en sciences sociales à l’EHESS ; les historiens des techniques ont développé une stratégie éditoriale (la revue Documents pour l’histoire des techniques devenue Artefact, réédition de l’article de synthèse de Guillerme et Sebestik et traduction en cours de l’ouvrage de Beckmann ) et d’animation de séminaires autour de l’analogie, de la technologie science humaine ou des collections afin d’élargir le spectre des angles d’approche, volonté renforcée à l’occasion de ce colloque par une ouverture internationale.
Comme le rappelle Koen Vermeir (CNRS, SPHERE), la préhistoire de la technologie, la « technologia », est une pratique classificatoire. Le terme renvoie à partir du XVIe siècle sous la plume de Ramus à l’ordonnancement du savoir dans sa dimension universelle, une cartographie du monde reposant sur la nomenclature. Il y a une continuité entre Ramus et Beckmann. Ce dernier, qui est d’ailleurs un proche de Linné, infléchit le sens de la technologie en en faisant une science des arts héritée de la réduction en art des ingénieurs. Jochen Hoock (Université Paris Diderot) souligne cependant que le terme « technologie » en Allemagne est initialement attaché à l’agriculture et que la technologie allemande en reste imprégnée jusqu’à la moitié du XIXe siècle ; elle se ressent encore de cette influence si l’on en juge par l’importance actuelle des biotechnologies dans le pays. Vers le milieu du XIXe siècle, la technologie héritée de Beckmann tend à s’effacer, sans toutefois disparaître comme l’illustre le parcours de Pâris, devant les sciences appliquées révélatrices de la montée en puissance des ingénieurs et du triomphe de la Science analysé par Guillaume Carnino . Eric Schatzberg (University of Wisconsin-Madison) retrace lui aussi l’histoire de la technologie, qu’il qualifie d’« epistemological phoenix », s’interrogeant sur ses apparitions et disparitions successives afin de chercher à expliquer pourquoi elle ne parvient jamais à s’imposer en tant que discipline malgré quelques opportunités au cours du siècle (Bigelow, la chaire de Technologie de George Wilson à Edimbourg, la création du MIT à Boston). Le triomphe des sciences appliquées éclipse les tentatives d’ouverture en direction des sciences sociales, même si la « technik » allemande est associée à la « kultur » (de l’ingénieur) et s’intègre dans une réflexion économique. Aux États-Unis, suite à l’échec d’une traduction/adoption de la « technik » allemande, le terme « technology » s’impose dans les années 1930 paré d’un sens nouveau associant les sciences appliquées à la notion de progrès. L’ambiguïté terminologique explique le faible développement de cette discipline dans la recherche académique américaine. Francesca Bray (University of Edinburgh) montre néanmoins qu’il est possible de créer des passerelles entre écoles européennes et américaines et que l’apport des concepts et méthodes de l’histoire des techniques à la française crée sur le terreau américain une émulsion particulièrement enrichissante.
Jérôme Baudry (CAK, Harvard University) illustre l’évolution de la représentation de la technique en France dans la première moitié du XIXe siècle par l’étude des brevets d’invention. Les inventeurs sont invités à déposer une description textuelle et/ou graphique de l’objet ou du procédé dont ils revendiquent la paternité, ce qui implique qu’une technique est descriptible et présuppose la technologie. Les objets techniques, extraits de leur genèse et de leur processus d’utilisation, sont progressivement réduits à des principes théoriques traduits par des dessins de plus en plus schématiques tendant vers une abstraction géométrique. Konstantinos Chatzis (ENPC/LATTS) et Thomas Prévéraud (Centre François Viète, Université de Nantes) montrent bien l’influence de cette pensée technique de l’ingénieur polytechnicien sur la formation des ingénieurs américains durant les deux premiers tiers du XIXe siècle. Ces formations sont initialement dispensées dans les écoles militaires et navales (on pense notamment à l’Académie de Westpoint fondée en 1802) puis dans des instituts de formation d’ingénieurs civils tels le Rensselaer Polytechnic Institute ou l’école des Mines du Columbia College. Le français y est enseigné de manière intensive, ce qui rend possible l’utilisation de manuels français, mais des traités d’auteurs français sont aussi traduits, enrichis et adaptés à une formation d’ingénieur plus longue qu’en France et « intégrée » puisqu’il n’existe pas d’école d’application. Le niveau des élèves est aussi plus hétérogène en raison d’un mode de recrutement moins ouvert socialement.
Comme le montre Vincent Dray (IRTES-RECITS), bien que les États-Unis peinent à importer le concept allemand de « technik », la pensée technologique américaine évolue rapidement dans la première moitié du XXe siècle pour traduire les formes nouvelles de la modernité et ses rapports à la société. L’étude par Steeve Sabatto (EHESS CAK) des systèmes constructifs modulaires conçus à des fins militaires et adoptés par une construction civile industrielle illustre autant cette dimension que les circulations de cultures techniques entre les deux rives de l’Atlantique et les enjeux stratégiques qui y sont associés. La philosophie des techniques, qui se constitue comme discipline à la fin des années 1970 outre-Atlantique, adopte rapidement une approche empirique et contextualisée de la technique comme activité sociale, mais il faut attendre les années 2000 pour que la philosophie française des techniques s’ouvre à ces évolutions et s’en nourrisse pour la renouveler, ainsi que l’analyse Xavier Guchet (Université Paris I/CETCOPRA).
Ludovic Coupaye (University College London) rappelle enfin que l’étude des techniques a occupé une place de choix dans l’anthropologie française à la suite de Mauss et de ses élèves Leroi-Gourhan et Haudricourt. Tandis que l’anthropologie des techniques évolue et croise l’archéologie dans son étude des relations entre processus techniques et relations sociales, le monde anglo-saxon se focalise davantage sur les cultures matérielles, ce qui amène l’anthropologue à s’atteler à une anthropologie de l’usage du concept de technologie au sein des sociétés occidentales.
Guillaume Carnino conclut sur l’ambiguïté persistante du terme « technologie » et les phénomènes d’apparition/disparition du terme qui en font une sorte de chimère ; il propose de parler d’« épistémo-technique », même si ce mot valise réduirait le concept à une technologie purement descriptive et risquerait d’éclipser sa dimension narrative. Ce colloque a bien montré que le débat reste ouvert mais que la technologie rencontre un intérêt croissant dans des champs de recherche de plus en plus variés, encourageant une interdisciplinarité qui en est à la fois le cœur et la source.

Trafics maritimes

Trafics maritimes, travail et diversité des gens de la mer de l’époque moderne à nos jours

Le 16 avril 2015, quatre historiens et sociologues se sont réunis autour du thème du travail des gens de mer à l’invitation de Charlotte de Castelnau L’Estoile (Paris Diderot-ICT), Patrick Cingolani (Paris Diderot- CSPRP) et Manuela Martini (Paris Diderot-ICT). Cette demi-journée d’étude s’inscrit dans le cadre du séminaire doctoral du laboratoire ICT qui se tient depuis trois ans et s’intitule  « Du cosmopolitisme à l’internationalisme: peut-on être citoyen du monde à l’heure des mondialisations ? (XVe-XXIe siècles) ». La question des gens de mer peut tour à tour être associée à celle de la précarité des travailleurs, aux problématiques de mobilité, de migration et d’interactions entre des personnes réunies, sur un temps parfois long, dans un espace clos et isolé, bien que l’isolement devienne relatif aujourd’hui avec la géolocalisation et le développement des communications.

Antonio de Almeida Mendes (CRHIA, Université de Nantes), historien de la traite, nous invite à réfléchir à la place des gens de couleur à bord des navires portugais. La perception et l’intégration des Noirs et des Mulâtres évoluent radicalement au cours de l’époque moderne. Jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, la société portugaise les intègre en leur donnant une identité et un statut de travailleur, mais le renversement des flux et la rigidification de la société remet en cause l’équilibre socio-économique. Les Portugais de couleur vont trouver en mer un espace de liberté et s’employer à la traite, mais le recrutement concomitant de marins dans le golfe de Guinée exacerbe la tension entre travail libre et travail servile, alors que l’espace maritime offre un espace juridique à part, un entre-deux entre l’Europe et les Amériques.

Luca Lo Basso (NavLab, Université de Gênes) se penche lui aussi sur le travail maritime et les conflits sociaux au XVIIIe siècle, mais dans l’espace méditerranéen, à travers les archives du Magistrato dei Conservatori de la République de Gênes. Il révèle les mêmes relations ambiguës qui se nouent au sein des équipages, entre sentiment d’appartenance à une famille, à une communauté, et relations de domination et de dépendance dont les archives judiciaires rendent parfaitement compte.

Nicolas Cochard (CRHQ, Université de Caen et CIRTAL, Université du Havre) s’interroge quant à lui sur l’impact de la modernisation de la navigation et de la mondialisation au XIXe siècle sur l’identité des gens de mer. À travers l’étude des registres de l’Inscription maritime, il examine l’impact de la révolution maritime dans la structuration sociale des métiers de la mer. Elle se manifeste en effet par l’arrivée de « horsains », ouvriers du fer qui viennent s’embaucher comme mécaniciens et chauffeurs dans la marine marchande ; comme le montre leur lieu de résidence et leurs relations familiales (en particulier les mariages), ils finissent néanmoins par s’intégrer à la communauté des gens de mer, l’identité maritime l’emportant sur les corporatismes des métiers.

Claire Flécher (IDHES, Université de Paris 10) clôt cette série de communications sur une note moins optimiste à travers un tableau très contemporain des mécanismes de marchandisation des marins de commerce à l’œuvre dans le transport maritime mondialisé, en particulier sur les bâtiments navigant au tramping. La dérégulation du marché du travail a en effet ouvert la voie au recrutement d’une main d’œuvre issue des pays à bas niveau de vie, pris en étau entre principes de rentabilité sur un marché ultra concurrentiel, logiques de fidélisation des équipages, multiplication des intermédiaires, et stratégies des marins pour conserver leur emploi à tout prix.

Malgré la diversité d’origine et de conditions de travail des marins, ces communications soulignent combien le navire est un monde en soi et un univers à part où se forgent des identités mais surtout une communauté qui, pour les terriens, gagne par son étrangeté une certaine homogénéité.