Signature du traité de Whampoa

Le traité de Whampoa (Huangpu[1]) a été signé sur la corvette à vapeur l’Archimède le 24 octobre 1843. Plusieurs témoins ont relaté les circonstances de la signature de ce traité de commerce entre la France et la Chine. Le témoignage de Pâris révèle un observateur soucieux du détail, attentif à une l’ambiance visuelle et sonore plutôt qu’à la portée politique d’un traité qui ne l’intéresse guère. C’est pour illustrer le daguerréotype d’Itier représentant les acteurs de cette journée et prolonger l’exposition « Jules Itier : premières photographies de la Chine » que je propose la transcription ci-dessous[2].

Relations de la journée du 24 octobre 1843 par des témoins directs :

–          De Ferrière Le Vayer, Théodore, Ambassade française en Chine. Journal de voyage. Paris, Amyot, 1854, p. 271-277.

–          Lavollée, Charles-Hubert, Voyage en Chine : Ténériffe, Rio-Janeiro, Le Cap, Ile Bourbon, Malacca, Singapore, Manille, Macao, Canton, ports chinois, Cochinchine, Java, Paris, Just Rouvier, 1852, p. 301-308.

–          Haussmann, Auguste, Voyage en Chine, Cochinchine, Inde et Malaisie, Paris, Desessart, G. Olivier, 1847, p. 200-210.

Jeudi 24 octobre 1843, p. 283 à 297 du journal du capitaine de corvette Pâris, commandant la corvette à vapeur l’Archimède.

« Revenons à cette journée qui a vu soit faite une grande affaire, ou une grande bêtise. À 4h on allume les huit fourneaux, et à 6h20 on dérape pour venir mouiller beaucoup plus près de terre par 18 pieds, presque à mer haute. Aussitôt après l’équipage se met en grande tenue, pantalon blanc, et à 7h on fait prendre les armes à la compagnie complétée par les canotiers de l’amiral dont l’embarcation est hissée derrière sous mon canot. À 7h5 l’Amiral[3], l’ambassadeur[4] et plusieurs des messieurs de sa suite arrivent à bord. L’Amiral est en petite tenue et comme de coutume son air sérieux mais spirituel et bon, qui n’est pas déplaisant comme on le voit ordinairement sur les figures trop pensives de vrai ou de semblant. Quant à Monsieur l’ambassadeur, il a plutôt l’air d’un étudiant en droit arrivant de la chaumière ou du Prado que d’un haut fonctionnaire du royaume de France ; il a des guêtres, un pantalon à raies, une de ces petites redingotes pas plus longue que les vareuses, et qui semblent avoir été coupées à mesure que le bas a été mis en lambeau ; une cravate mise aussi bien que je m’en tirais après avoir perdu mon bras, lorsque je l’amarrais avec mes dents ; et un chapeau gris, bosselé, sur le coin de l’oreille, ce qui avec son air délibéré, ses longues jambes et sa barbe de deux ou trois jours, lui donne un minois très propre à représenter le peuple Français. Les autres personnes de l’ambassade sont beaucoup mieux, surtout Monsieur de Ferrières[5]. À 7h ½ le Ministre Chinois pousse de terre, après s’être embarqué au pont de bambous ornés de nattes rouges qu’on avait élevé sur le débarcadère ; la terre le salue de trois coups de canon et bientôt un grand bateau de passage arrive à bord ; à 8h il accoste et est reçu par l’Amiral, l’état-major de l’Archimède et la garde sous les armes, avec le tambour qui bat aux champs. Dès que la jonque est poussée, il est salué de trois coups de canon. Aussitôt je fais déraper et mettre en route pour passer à poupe de la Cléopâtre[6]. À 8h10 nous passons de l’arrière de la frégate qui se balance légèrement à la houle et offre un de ces beaux spectacles qu’on ne voit que sur mer ; nous venons sur bâbord et aussitôt tout le monde passe à la bande, se range sur les bastingages, dans les haubans et sur les vergues. Après un salut de 17 coups de canon dont la fumée blanche cache à moitié la frégate, les hommes et son gréement, elle salue de cinq cris de « Vive le Roi ». Le bon Keying[7] était monté lourdement sur le tambour avec ses mandarins. Il était enchanté ; ses petits yeux rayonnaient d’étonnement et de plaisir. Qui en effet ne serait frappé de la beauté d’un tel spectacle, de cette élégance si bien unie à la force dans une frégate, de cette masse d’hommes vivant sur l’eau et de ces cris unanimes qui ont toujours quelque chose de grand et d’émouvant, quelle que soit la raison qui les fasse pousser ? J’aurais voulu être au large et voir aussi l’Archimède. Il devait être charmant ; son aspect léger avec son avant effilé, ses mâts bien droits qui n’ont pas l’air d’une charge, et sa raie rouge brillante. Il devait paraître comme un de ces poissons légers qui font la guerre aux autres plutôt par leur agilité que par leur force, et il contrastait avec cette grosse frégate surmontée de sa mâture colossale qui était là comme l’emblème de la force tandis qu’il se présentait comme celui de la ruse et de la légèreté pendant qu’il remontait rapidement contre la brise. Certes les dessins rappellent les choses mais non les vrais effets qu’elles ont produites ; ils n’ont pas l’échelle grandiose de ce qui est, et surtout ils sont toujours privés de l’actualité ; ils représentent des faits passés, dont les émotions sont éteintes et s’ils les rappellent, ils ne les font jamais renaître. Et même si les faits se répétaient ils n’émouvraient plus : il y a toujours un effet du moment qui passe et ne revient plus. Nous mettons en route sur Lintin et je reste longtemps sur le tambour à regarder la frégate, à rêver tout en fumant mon cigare et terminant toujours par : si Nelly[8] était là, si un jour elle fait une petite tournée sur un bateau à vapeur que je commande et que là, se tenant à la rambarde, elle seule à côté de moi, tout le beau de ces spectacles de mer et qu’elle me dise d’un coup d’œil tout ce qu’elle pense, oh alors que tout serait beau, brillant, coloré. Mais je suis seul sur le tambour, car qu’est-ce que ces attachés qui me questionnent, à peu près comme on fait un conducteur de la diligence quand on lui demande si les relais sont longs, s’il y a des côtes, si les chevaux auront mangé l’avoine. C’est toujours et avec tous la même chose. La brise fraîchit et ce n’est qu’après midi qu’on arrive près de Lintin. Les cuisiniers se débrouillent si mal, maintenant qu’ils sont deux, que le déjeuner n’est pas encore prêt et que tout le monde l’attend avec une impatience marquée. Pendant ce temps-là, les mandarins viennent derrière et chacun les regarde ou les dessine. Ils s’y prêtent avec une complaisance étonnante, prennent les poses qu’on veut, changent de place, se groupent comme on le décide, après de longues discussions changent, essayent, avec une bonté, une patience qu’on ne trouverait certes pas chez des mandarins européens, et cela sans rien de bas, rien de vile ou de timide. Le vieux Kyeing est parfait, il est gai et noble à la fois et il y a sur sa physionomie une bonté mêlée à de l’esprit, ses tout petits yeux chinois sont très expressifs et il se laisse dessiner le plus complaisamment du monde. Il en est de même du beau Houang[9]. M. Cadiou[10] les prend dans tous les sens, seuls, réunis. Je lui dis de faire un croquis de la salle de dîner parce que je regrette de ne pouvoir dessiner : étant capitaine je m’exposerais à quelques reproches mérités, de la part de l’amiral, s’il survenait quelque chose qui exigeât ma présence. Bientôt arrive M. Itier[11] avec son daguerréotype, braquant sa lunette sur les mandarins, les faisant asseoir au soleil, les groupant de manières différentes, jusqu’à ce que toutes ses plaques soient épuisées. Malheureusement il ne peut réussir à faire une bonne épreuve et certes s’il l’eut obtenue elle était plus précieuse que le meilleur dessin.

Julesitier

Pendant que tout le monde est ainsi occupé, je descends dans la machine et on vient me prévenir que l’amiral me demande. Je le trouve d’assez mauvaise humeur à l’obusier de bâbord, au milieu des tables et des gamelles de l’équipage qui dîne et de tout l’étalage des cuisiniers. Pas un homme n’est sous la main, aucun officier n’est prévenu, de sorte que rien ne marche. Je fais aussitôt rappeler, dégager des bombes et des gargousses, appeler d’un bord et de l’autre les servants. Tout se fait avec le désordre du mal à propos et devant des Européens ce serait honteux ; mais je doute que les Chinois le sentent. Si on m’en avait dit un mot, j’aurais demandé qu’on attendit la fin du dîner, ou du moins qu’on eut le temps de rappeler : deux coups de baguette en disent plus alors que cent ordres partiels. Enfin la pièce chargée on envoie une bombe chargée de sable. Keying désirant en tirer une, on recharge, il prend le cordon de platine et envoie son coup sans fermer les yeux. Il eut été intéressant de tirer des boulets billette sur la terre, mais il est probable que les Chinois ne l’auraient pas compris. Enfin le déjeuner arrive et nous nous établissons tous dans le carré, les officiers ayant depuis longtemps déjeuné dans ma chambre. Je prends place devant l’amiral suivant son ordre, ayant à ma droite le mandarin lettré à lunettes et à ma gauche M. de Ferrière, M. Cécille et Keying à sa droite, Houang à sa et M. de Lagrené est à droit de Keying. M. Callery[12] devant lui à côté de Durand[13]. À gauche de Houang est placé de Candé[14]. Nous faisons un déjeuner fort gai, nous amusant comme de vrais Français avec ces bons Chinois, qui prennent fort bien toutes les plaisanteries et mangent avec appétit de nos ragouts. Mon voisin se retient pour boire du champagne parce qu’il paraît qu’à un des repas précédents il n’avait pas été aussi prudent et que Keying l’en avait fortement réprimandé. M. de Lagrené ne s’est pas habillé et a toujours son air d’étudiant qui contraste avec le maintien grave et comme il faut de M. de Ferrières. Nous restons assez longtemps à table et prenons le café après le départ de Keing, chassé par la chaleur. J’allais boire ma tasse lorsqu’on me dit que l’Amiral me demande dans la machine. Je le trouve sur le pont et conduis Keying vers les échelles ; en passant on lui explique la cuisine distillatoire. Je ne sais pas trop s’il comprend ce qu’on lui dit, cependant les Chinois connaissent l’alambic. Je le fais descendre et il arrive sur la plate-forme de l’avant ; notre belle machine est brillante, les bielles pendantes, les tiges toutes les pièces polies, ont l’air d’acier bruni. Nous le faisons descendre sur le plancher en fonte. Il regarde de tous côtés avec étonnement. Je donne quelques explications à M. Callery pour satisfaire à ses questions, mais les principes de tout ce mécanisme sont si étrangers aux Chinois qu’ils ne comprennent certainement rien. On lui ouvre des portes pour lui montrer quel brasier immense échauffe cette chaudière. Il n’a pas l’air indécis des gens qui descendent pour la première fois dans une machine. On dit que le beau Houang vient de faire quelques vers sur cet appareil, aussi nouveau que gigantesque. L’explication sur laquelle j’appuie le plus est sur ce que tout ce qu’il voit est en fer. M. Callery lui en traduit le poids ainsi que celui de l’eau en ébullition. Il a l’air d’en être on ne peut plus surpris. Enfin comme la chaleur et peut-être l’odeur commencent à le gêner, il se tourne pour remonter et je le fais s’arrêter sur la plate-forme ; alors je dis à M. Callery de lui traduire qu’à un mot de sa bouche, à un signe de sa main, tout cela va s’arrêter. Il cause quelque temps comme s’il ne pouvait le croire et enfin, après m’avoir fait prévenir par M. Callery, il fait signe avec son éventail. Aussitôt clack clack, les déclenches sont relevées et tout est immobile. Alors il se répand sur toute la physionomie de Keying une joie, un contentement indicible. Il rit, ferme ses petits yeux, tient en tremblotant son éventail dirigé vers la machine et après quelques mots d’extase reste sans rien dire. Je lui fais alors traduire par M. Callery qu’il n’a qu’à faire un autre signe et que tout repartira : aussitôt qu’il relève la main les leviers sont poussés en avant, en arrière, les déclenches ouvertes et la machine repartie. Je lui fais proposer de répéter et il en est enchanté. On stoppe et on remet en marche de nouveau. Je lui demande s’il veut aller doucement : il fait signe que oui. Aussitôt la machine prend un mouvement lent. Il a l’air en extase. On dirait qu’il se croit Dieu qui commande à la matière et crée seul le mouvement, ou du moins ses causes. Je suis fâché de n’avoir pas répété plusieurs autres fois car je crois que, comme un enfant, il serait resté une heure à s’amuser de ce gros joujou. Je regrette aussi de n’avoir pas ouvert une des portes des tambours pour qu’il eut idée de l’énormité de la puissance, par la masse d’eau remuée par les aubes. J’ai craint de le mouiller. Lorsqu’il revient derrière il ne cesse de parler à ses mandarins et je crois que de tout ce qu’il a vu, c’est certainement ce qui l’a le plus profondément frappé et ce dont il conservera le plus long souvenir. Il se met sur le canapé et s’endort, mais comme on le réveille à chaque instant, je le conduis dans la galerie où il s’étend sur les coussins et fait un bon somme.

Jules Itier : Grands mandarins de Canton – 21 novembre 1844. Image Musée français de la Photographie

Mais emporté par les faits j’ai oublié de parler du costume de ces mandarins et de celui de leur nombreuse suite. Keing est en bleu comme le jour du dîner ; il a une longue robe fendue sur les côtés et un autre descendant au-dessous du genou, croisée sur la poitrine et tenue par de petits boutons ronds ; sous ses larges manches il en a d’autres relevées en parements de couleur brune claire. Au lieu de son bonnet conique, orné de crin, de la plume de paon et de la boule de son ordre, il ne porte qu’une petite culotte en soie comme celles de nos prêtres ; mais plus exiguë, à côtes et surmontée d’un nœud, formé de cordons ronds en soie rouge tressés comme un cul de porc allongé. Il prend souvent du tabac sur son pouce, où il le répand avec une petite tabatière ayant la forme d’un flacon d’odeur rond et aplati. Son tabac est très fin et très fort. Les autres membres ont exactement le même costume, ainsi que plusieurs subalternes qui ne portent qu’un bouton de cristal et n’ont pas de plume de paon ; ils paraissent d’un étage assez bas, car ils évitent de se tenir derrière et l’un d’eux qui refusait de s’asseoir pour se faire dessiner parut très étonné de voir Keing l’y engager lui-même. Ils portent tous des espèces de bottes en gros satin cuit noir dont les coutures artistement faites forment des dessins et se mêlent à quelques ornements en soutache (la jolie robe soutachée de ma Nelly), la semelle blanche à l’épaisseur et le moelleux habituels. Il paraît qu’ils ne portent jamais de gants, quoiqu’ils soignent beaucoup leurs mains et aient la coquetterie de porter des ongles tellement longs qu’ils se replient sur eux-mêmes. La plupart des autres ont deux longues robes superposées, en une étoffe qui m’a l’air d’être de la bourre de soie et a une couleur grise à reflets un peu jaunes ; ils ont aussi des bottes et quelques-uns portent sur le dos un rond avec des écritures ; ce sont eux qui servaient à table à la pagode et ils paraissaient être ce que chez nous on nomme valet de pied[15]. Leur nombre est d’environ 20 ou 25. Le reste est en bleu et paraît d’un étage plus bas. Tous portent un petit chapeau conique orné de crin blanc ou noir. Ils sont très propres, très bien tenus et ont tous un air comme il faut qu’on rencontre rarement chez nous. Je leur fais donner des tables et des bancs et ils s’installent à jouer aux cartes et à causer, pendant que plusieurs font la cuisine et le thé dans ces petits fourneaux en terre si simples et si portatifs, qu’on voit souvent employer dans les boutiques et sur le bord des rues. On leur fait donner du biscuit et si j’y avais pensé j’aurais demandé à l’amiral qu’on leur prit une ration de viande pour qu’ils eussent de la soupe. Notre chaudière aurait suffi et j’aurais été bien aise de voir comment ils la trouvaient. Tous ces braves gens sont calmes, tranquilles, regardent tout, causent entre eux sans bruit et ne se répandent pas indiscrètement dans toutes les parties du navire. Je craignais que la curiosité ne les pousse vers la machine et qu’avec leurs longues robes ils ne tombassent, mais très peu cherchent à descendre et ils se contentent de regarder par les claires-voies. Je n’en ai vu aucun chercher à monter sur le tambour. Peut-être est-ce parce qu’ils avaient remarqué que les officiers seuls y étaient allés. Pendant que M. Cadiou les dessine, que des maîtres en font des sortes de caricatures, l’un d’eux prend un crayon et veut aussi dessiner les Français ; mais il ne fait qu’un de ces bonshommes difformes dont les gamins couvrent nos murs ; et c’est une chose singulière de voir qu’en Chine l’ignorance retrace les hommes exactement comme en Europe. J’estime que toute la suite se compose d’une soixantaine de personnes. Au nombre de ceux en gris (ou en bleu, je ne m’en souviens pas bien), il y en a un qui porte constamment un paquet assez gros amarré sur son dos, par une pièce d’étoffe jaune qui, passant dessus et dessous les bras, se croise sur la poitrine comme la longue étoffe qui entoure les enfants portés sur le dos. C’est du sceau impérial que celui-ci est chargé.

La maudite brise devient très fraîche et nous retarde beaucoup à cause de la surface que présentent nos tentes et nos tauds, aussi ne filons-nous guère que 7,5 et même 7,2 [nœuds] ; en outre la marée a renversé ce matin vers 10h et nous avons contre nous un jusant qui devient de plus en plus fort et ne cesse que vers 6h du soir. Aussi les terres de Bocca Tigris sont-elles lentes à se montrer, et ne grandissent-elles pas avec la rapidité habituelle.

Pendant le repos qui succède à toute cette première activité, à cette envie de voir et de faire voir, je descends en bas avec M. Raymond[16] et cause très longuement sur la machine. Il s’est occupé d’industrie, un peu en journaliste il est vrai, mais il connaît beaucoup d’ateliers, a vu des expériences et comme tous ceux qui écrivent dans la presse publique, sait en raisonner assez bien comme sur tout autre chose. Je lui raconte nos travaux, lui montre le tour, la machine à raboter et toutes les pièces du petit tour exécutées à bord. Je lui explique notre école du soir, les résultats qu’elle a donnés, ainsi que les travaux de la machine et le changement de conduite survenu parmi les chauffeurs. Il paraît très satisfait de voir combien tout suit une bonne marche sur l’Archimède, et me remercie plusieurs fois de ces détails en m’assurant que dans la relation qu’il va faire de cette journée il n’oubliera pas l’Archimède et fera un long article sur son compte. Je lui parle de Raffoux[17] parce que je serais enchanté qu’il en dît quelque chose de flatteur. Plus tard j’aurai cela pour m’appuyer en demandant une noble récompense pour ce brave garçon. Je serais bien aise aussi qu’il écrivit quelque chose de flatteur sur mon compte, non pas à cause du public et de la marine, mais à cause de Nelly et de ma bonne maman, qui seraient aussi heureuses l’une que l’autre de voir quelque chose de flatteur sur leur Edmond. M. Raymond me dit que l’Archimède ira certainement porter le traité à Calcutta, que c’est M. de Ferrières qui en sera chargé et que lui M. Raymond demandera à M. de Lagrené à visiter Calcutta, ainsi que divers points des détroits, qu’il me demande en grâces un petit coin pour travailler, parce qu’il a énormément à écrire et ne peut le faire au milieu du bruit d’un carré. Je lui promets que s’il y a une chambre non occupée par les passagers embarqués avec moi il l’aura. M. Raymond paraît fort aimable et à bord de la frégate on m’avait dit que c’était un passager aussi agréable qu’un passager peut l’être.

Ce n’est qu’à 5h10, au moment de se mettre à table, que nous arrivons par le travers de Sampann Chow. On distingue de l’avant plusieurs jonques pavoisées. Pendant le dîner et un instant après le coucher du soleil on entend des coups de canon et nous montons plusieurs [fois] voir les jonques qui, pavoisées de longues banderoles, ont tout leur équipage en tenue, rangé sur le bord. Elles saluent chacune de trois coups de canon et virent de bord avec leur rapidité habituelle. La nuit commence à se faire, de sorte que ce spectacle fort ordinaire par lui-même prend une teinte de grandiose extraordinaire et que je regrette de n’avoir pu rester sur le pont, et il est déjà un peu leste d’avoir quitté la table. Le dîner dure peu à cause de la chaleur qui paraît incommoder Keing et des lampes que la brise éteint à chaque instant. Nous montons tous sur le pont et bientôt un beau clair de lune remplace le jour. À 6h nous approchons de Wangtong. La marée nous pousse et nous donne une grande vitesse. Tous les forts des deux côtés s’illuminent et lancent des fusées. Nous leur répondons aussitôt par quelques fusées et des feux du Bengale. À 6h10 nous passons près de la frégate et de la corvette américaines.

Notre gaillard d’arrière prend un air de gaieté et on allume les lampes, les bougies, des lustres faits avec des baïonnettes qui servent à la fois de bobèches et de réflecteur. Le salon de l’arrière est surtout charmant et comme il n’y a pas de femmes, il se trouve assez éclairé. Dès que les îles du Bogue sont passées on s’occupe de la signature et on s’établit dans ma chambre. Je monte sur le tambour pour suivre un peu ce que fait le pilote afin de savoir les amers pour mon retour, mais il n’y a pas moyen de se reconnaître. Les terres voisines sont basses et le peu de terres hautes visibles sont très éloignées ; d’ailleurs je doute que même de jour il soit possible d’apprendre à connaître les passes. Notre pilote parle un anglais fort peu intelligible et il ne m’est pas facile de m’entendre avec lui. Souvent il m’impatiente par ses continuelles répétitions de mots qu’il ne comprend pas. À 7h on vient me prévenir que tout le monde est réuni pour la signature. Je descends et trouve chacun assis autour de la table. Je vais aussitôt me placer derrière l’amiral, comme étant actuellement son capitaine de pavillon. M. de Lagrené est en habit noir, ayant au cou sa croix de commandeur et n’ayant pas l’air beaucoup plus gentleman qu’avant de s’habiller. Il a pris cette tenue sur les deux heures. Tous les officiers sont debout autour de la table et dans les coins de la chambre et en voyant tout je conçois qu’il est possible d’en faire un dessin qui ait de l’effet. On discute quelques instants sur la manière de sceller les ficelles sur les places pour signer. Enfin, tout étant arrangé, M. de Lagrené signe de son côté et Keing fait de l’autre sa grande figure chinoise. On appose ensuite le sceau français avec une cire du Bengale qui ne fond pas et nous voyons sortir le grand sceau de l’empereur de Chine. C’est un rectangle de 0,10 à 0,12 sur 0,08 tenu par une tige et une poignée. On le trempe dans une boîte pleine de vermillon et en l’appliquant on obtient une suite de figures monotones mêlées de quelques lettres. Toutes ces opérations prennent un peu de temps et enfin tout se termine. M. de Montigny[18] est hors de lui. Il est en nage et il me demande si je ne suis pas ému. Pas du tout, et pourquoi le serais-je ? Quelle est l’importance de ce traité ? Fera-t-il venir un navire de plus en Chine, nous donnera-t-il une influence, et s’il nous la donne, à quoi servira-t-elle, bref, à quoi tout cela mène-t-il ? Quel est le but si ce n’est d’occuper le public par quelques articles de journaux ? Dès que tout est terminé, on monte sur le pont, l’amiral me fait donner un quart de vin par homme et veut que tout le monde soit derrière. On s’assemble autour de la table, on remplit les verres de champagne. L’amiral fait à Keing un discours simple mais chaleureux sur l’union de la France avec la Chine, &&. Je suis fâché de ne pas m’en rappeler quelques passages : c’était bien dit, très convenable dans la bouche d’un militaire. Keing lui répond d’une manière emphatique. M. de Lagrené dit quelques phrases banales qui probablement seront superbes dans les journaux et on boit à l’union de la France et de la Chine. C’est certainement plus plaisant, plus bouffon que grave et tout l’équipage crie trois fois Vive le Roi. On vide encore quelques verres de champagne et Jean s’en va versant aux maîtres et au brave Raffoux qui est venu voir toute cette scène. M. de Lagrené jette son verre par-dessus le bord comme à la chaumière ou à une table de sous-lieutenant. Le bon Keing a l’air ébouriffé, ne comprenant sans doute pas pourquoi on casse les verres. Naturellement plusieurs personnes imitent Son Excellence.

Je remonte sur le tambour où il fait une petite brise très fraîche qui va jusqu’aux os après toutes les chaleurs de la journée et des repas. Nous entrons entre des îles basses qu’il ne me serait certainement pas possible de reconnaître, et à 9h45 nous mouillons près de plusieurs jonques et de bateaux de rivière qui bientôt nous accostent avec un tapage de cris et de gongs qui empêcheraient deux individus rapprochés de s’entendre sur ce qu’ils ont à faire. Il y a sept ou huit flower boats qui semblent former une île flottante. Peu à peu elles s’approchent et finissent par nous accoster. Aussitôt la suite s’embarque. Ce n’est pas sans peine que nous parvenons à dégager l’avant pour saluer. Enfin les bons mandarins s’embarquent en nous donnant force poignées de main et aussitôt on allume trois feux du Bengale, deux au bout des vergues et l’autre sur les barres d’artimon. Ils éclairent toute cette scène de leur lumière blanche et la rendent encore plus pittoresque. Dès que les jonques sont éloignées, nous saluons de trois coups mais l’un d’eux rate plusieurs fois. Enfin voilà tout fini, on éteint les lustres, les lampes, on enlève une partie des pavillons, je conduis l’Amiral à une chambre, M. de Lagrené à la sienne, M. de Ferrières de l’autre bord et je vais me mettre dans mon hamac de Guayaquil sous la barre du gouvernail. Au milieu de la nuit on nous apporte des lettres de M. Dent[19] : il m’offre une chambre chez lui ainsi qu’à l’amiral et à l’ambassadeur. On remet la réponse au lendemain et je m’endors malgré tout le tapage que font au-dessus de ma tête tous ces messieurs qui couchent sur le pont ou plutôt s’y amusent à faire un punch. »


[2] Orthographe corrigée et ponctuation ajoutée pour plus de lisibilité.

[3] L’amiral Jean-Baptiste Cécille (1787-1873) commandant la station navale des mers de Chine.

[4] Théodose de Lagrené (1800-1862), ambassadeur extraordinaire de France en Chine.

[5] Théodore de Ferrière-Le Vayer, premier secrétaire de la légation.

[6] Frégate appartenant à la station navale des mers de Chine.

[7] Ou Qiying, Vice-Roi signataire du traité pour la Chine.

[8] Nelly de Bonnefoux, épouse d’Edmond Pâris.

[9] Diplomate chinois.

[10] Officier de l’Archimède.

[11] Jules Itier, inspecteur des douanes, auteur du daguerréotype représentant les protagonistes de la signature du traité.

[12] Interprète de la légation

[13] Officier en second de l’Archimède.

[14] Commandant de la Cléopâtre.

[15] La première étape des négociations a consisté en une réception de la délégation française dans la pagode du Vice-Roi Keing.

[16] Xavier Raymond, journaliste.

[17] Mécanicien de l’Archimède.

[18] Chancelier.

[19] Riche négociant britannique de Macao.

Citer l'article: Géraldine Barron, "Signature du traité de Whampoa," in Marine, science, technique, 18/01/2013, http://paris.hypotheses.org/350.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *