Circulation des savoirs : enjeux et stratégies, autour de projets d'évolueurs

Le capitaine de corvette Pâris est nommé en avril 1843 au commandement de l’Infernal, frégate à roues à arrière de vaisseau rasé[1] dont la construction a été décidée en janvier 1840. La machine de l'Infernal, de 400 chevaux à double cylindre, est alors en construction à Indret. Pâris souhaiterait faire de l’Infernal un laboratoire d’expérimentation mais un nouveau commandement vient contrarier ses projets. Il a néanmoins le temps de développer une idée qui s’est fait jour du temps du Castor : les navires à vapeur sont lourds et peu manœuvrant s’ils n’ont pas de vitesse, d'où des risques d'abordage dans les manœuvres de port, sans parler des situations de combat ; Pâris cherche donc à obvier cet inconvénient en ajoutant un appareil qui permette au navire de pivoter sur place, ou d'évoluer.

Son beau-père le capitaine de Bonnefoux avait déjà travaillé sur la question avec le mécanicien Painchaut[3] et testé son propre « évolueur » en rade de Brest en 1839. Il le définit comme une « machine  destinée à exécuter à bord toutes les manœuvres où le navire étant sans air, le gouvernail ne gouverne pas ; et notamment à forcer un bâtiment à virer de bord, vent devant, à le faire appareiller à volonté sur tel bord déterminé, et à le contraindre à arriver quand il est engagé, ainsi que lorsqu’il masque ou qu’il fait chapelle près d’un autre navire sur la côte, ou aux environs d’un danger »[4]. L’évolution des navires de guerre est un problème récurrent dans les ports comme dans les batailles : elle a fait l’objet d’une étude quantitative par le lieutenant de vaisseau Charner en 1829[5] ; le lieutenant de vaisseau Maissin a soumis un essai sur les manœuvres en escadre[6], mais aucune solution satisfaisante n’a encore été apportée à la nécessité de pouvoir faire pivoter un navire dans un espace resserré.

A la fin de la décennie 1830 et dans les premières années de la suivante, l’environnement est propice à l’innovation grâce à la conjonction de plusieurs facteurs qui favorisent l’émulation : les organes de diffusion (Annales maritimes et coloniales et presse quotidienne dans les ports), de transmission (écoles) et de validation (Conseil des travaux, commissions) de ces innovations sont en place. Mais si Bonnefoux et Pâris se placent tous deux dans cette culture de l’innovation qui marque ces années 1830-1840[1], les stratégies mises en œuvre divergent.

La stratégie de Bonnefoux : protection et valorisation

Bonnefoux, avec un grand génie de la mise en scène et de la publicité, distille progressivement les nouvelles de son invention. Cinq articles paraissent anonymement entre février et mai 1839 dans le quotidien brestois l’Armoricain[7] et sont, après avoir été mis à l’épreuve régionalement, « reproduits par la plupart des journaux de Paris et de l’étranger »[8], si l’on en croit l'auteur. Le premier article revendique les droits des inventeurs : l’idée est de Bonnefoux, la réalisation de Painchaut ; le second explicite le procédé ; enfin les derniers relatent les essais successifs réalisés dans la rade de Brest, sur une chaloupe, un sloop puis sur la corvette l’Orythie. Le style laisse peu de doute quant à l’identité de l’auteur : sous couvert d’anonymat, Bonnefoux réalise là son auto-promotion avec d’autant plus d’assurance qu’il peut se prévaloir de l’autorité attachée au titre de directeur de l’Ecole navale. Il présente en outre un mémoire à l’Académie des sciences, analysé par Dupin, Freycinet et Gambey. La stratégie de diffusion de son invention est progressive : il commence par revendiquer la paternité de l’évolueur avant d’en faire la publicité qui, en cas de succès, laisse espérer une possible réalisation des essais. L’objectif final est d’obtenir l’aide de l’État qui seul peut financer les campagnes d’essai sur de grands bâtiments[9]. Cette stratégie est conforme aux recommandations prônées par le baron Tupinier dans son Rapport sur le matériel de la marine. À l’appui de sa démonstration, Bonnefoux n’hésite pas à rappeler le « raté » de la vapeur, inventée en France mais développée aux États-Unis faute de soutien de l'Etat : il prône un engagement gouvernemental pour la promotion de l’innovation[10].

Le choix de Pâris : diffusion et partage

Bonnefoux et Painchaut ont déposé un brevet d’invention pour protéger leur idée ; ils ont eu soin de décrire dans la presse les effets de leur appareil sans en dévoiler les principes techniques ni en donner le dessin. Pâris ne partage pas cette culture du secret et ne se soucie pas (encore) de le faire valider par des instances scientifiques et techniques : il se contente d’envoyer son projet et ses plans au directeur des Ports Boucher, le successeur de Tupinier et grand promoteur de la navigation à vapeur. Il semble que Boucher omette de transmettre cette proposition au Conseil des travaux mais donne immédiatement ordre à l’établissement d’Indret de construire cet évolueur pour qu’il soit testé sur l’Infernal. Pâris travaille alors sur ses plans de concert avec l'ingénieur de la marine Rossin, sous-directeur de l'usine d'Indret "pour que, par son expérience éclairée des constructions mécaniques, il donnât de prime abord les dimensions convenables aux différentes pièces de l'appareil".

Déçu de ne pouvoir effectuer lui-même les essais de son évolueur, Pâris prend appui sur les Annales maritimes et coloniales pour diffuser le plus largement possible plans et détails de son invention, plus conforme que son beau-père aux prescriptions de Tupinier pour qui l'image est le vecteur privilégié de la connaissance, en témoigne le projet monumental de l'Atlas du génie maritime. Il privilégie la diffusion de ses idées pour favoriser la sécurité en mer et les soumet à la pratique et l’expérimentation de la communauté maritime. Il publie ses réflexions en l’état, prenant le contrepied de la stratégie de Bonnefoux. Par le dépôt d’un brevet et ses articles dans un journal local, le beau-père de Pâris se montre jaloux de son invention, soucieux d’en conserver le crédit, tout en optant pour une diffusion réduite qui ne met pas en péril sa réputation en cas d’échec. Pâris semble au contraire enthousiaste à l’idée de partager ses idées et les confronter à celles des autres officiers et inventeurs ; il s’expose en publiant dans une revue diffusée dans le monde entier depuis qu’une décision ministérielle[11] a institué la présence de bibliothèques à bord des navires de l’État et prévu l’envoi systématique des Annales maritimes et coloniales aux commandants des stations navales, aux gouverneurs des colonies et aux consuls. En effet, comme le souligne Bajot, l’éditeur des Annales, la seconde section est l’organe « de la science, de l’étude et de l’observation, qui donnent des conseils soumis à l’examen et à la discussion avant d’être mis en pratique »[12], car « la vérité jaillit du choc des opinions » tant il est vrai que « la controverse [provoque] de grandes et nombreuses améliorations et les perfectionnements les plus remarquables dans toutes les parties du service naval. »[13] Bonnefoux n’a jamais écrit aux Annales sinon pour présenter ses propres ouvrages. Les Annales maritimes et coloniales font la part belle à la navigation à vapeur ; Pâris en est un lecteur régulier et a vraisemblablement eu l’occasion de rencontrer Bajot lors de ses séjours à Paris ; la publication de l’Essai sur la construction navale des peuples extra-européens en 1843 lui a également permis de se faire un nom et l’encourage à surmonter les réserves qui le tenaient en retrait lorsqu’il commandait le Castor.

Pâris s’efface cependant devant son beau-père dans leur œuvre commune : l’article « évolueur » figure dans le volume consacré à la voile du Dictionnaire de marine. Bonnefoux y revendique la paternité de l’invention et ne cite pas même son gendre. À peine évoque-t-il « quelques autres projets »[14] sans grands résultats.

 Des options techniques

Les dispositifs de Pâris et Bonnefoux diffèrent radicalement, non pas dans l’idée mais dans les procédés de mise en oeuvre. Pour Bonnefoux l’évolueur doit avant tout pallier à un défaut du gouvernail (endommagé ou arraché) et faciliter les virements de bord lorsque le navire n’a pas suffisamment d’aire, pour qu’il reste manœuvrant : « c’est une machine placée de l’arrière, adhérente au navire, toujours sous la main, destinée à être mise en mouvement par une manivelle intérieure, et qui alors, frappant l’eau dans une direction perpendiculaire à la route, force le bâtiment à tourner ou à évoluer. »[15] Pour Pâris il s’agit essentiellement de faciliter les manœuvres des vapeurs tant dans les situations de guerre que de remorquage, lorsque la mobilité est plus essentielle que la vitesse. L’aviron étant jusqu’alors le seul moyen de faire pivoter une embarcation, Pâris établit un parallèle entre galères et vapeurs, dans une perspective historique de développement de la flotte et de l’artillerie ; mais c’est pour mieux démontrer les limites de la puissance motrice de la vapeur qui devient impuissante lorsqu’il s’agit d’exécuter une manœuvre tournante rapidement et dans un espace contraint. Son évolueur, comme celui de Bonnefoux, répond à trois critères : être simple, imprimer à l’arrière une force perpendiculaire au navire, enfin être relevable, escamotable ou débrayable pour ne pas gêner la marche normale du bateau, mais aussi pour ne pas être détruit au premier coup de mer. Pâris utilise la puissance de la machine pour faire tourner une hélice située à l’arrière du navire et reliée à la machine par une chaîne : « ce serait ici un aviron de queue appliqué à un immense navire avec une force de 50 ou de 60 chevaux, comme celle d’un homme l’est aux légères embarcations des baleiniers. »[16]

Projet d'évolueur du CC Pâris

Projet d'évolueur du capitaine de corvette Pâris

Le directeur des ports Boucher a donc autorisé la réalisation de cet appareil sous la direction de Rossin à Indret. Pâris, frustré encore d’être « privé de la réalisation de cette idée nouvelle »[17], publie son article dans les Annales maritimes et coloniales alors qu’il fait route pour la Chine à bord de l’Archimède. Lorsqu’il quitte l’Infernal en décembre 1843, les pièces sont prêtes mais le dispositif n’a pas encore été installé ni testé. Pâris le déplore : « je viens de semer mais rien n’est encore en herbe »[18]. Puisqu’il n’a pas l’opportunité de voir fonctionner son invention ni d’en faire les essais qui permettraient de l’améliorer, Pâris livre ses réflexions brutes, espérant que quelqu’un s’en emparera et les fera fructifier. Il ne peut compter sur son successeur sur l’Infernal, qui se soucie plus de la qualité de la cabine et des bouteilles que de mécanique[19]. Sur ce plan son beau-père est avantagé par le fait qu'il ne navigue plus depuis de nombreuses années et peut, de par sa position de directeur de l’École navale, suivre son projet sur le long terme.

Bonnefoux, aiguillonné peut-être par l'article de son gendre, reprend son projet en 1845 en s'associant cette fois à deux officiers de marine, de Chabannes, et de Montaignac, et en l'appliquant à un bâtiment à vapeur : les trois hommes sont chargés par le ministre de la marine de dresser un programme et de proposer un plan. Les Annales maritimes et coloniales de 1845 rapportent que l'expérience doit se dérouler sur la corvette à vapeur le Cassini, de 220 chevaux, en armement a Lorient. L'article - anonyme mais qui pourrait bien être de Bonnefoux - insiste sur la paternité française du projet d'évolueur alors que le même numéro des Annales annonce qu'un Anglais, Robert Foulerton, vient de déposer un brevet pour une invention du même type.

Aucun des projets ne connaît pourtant de postérité et il faudra à la marine de nombreux projets, essais en mer, examens en commissions ou Conseil des travaux pour que le délicat problème de l'évolution des navires sans aire soit résolu.


[1] Voir SHD Marine 8DD1 24 n° 34 : « L’Infernal. Projet d’une frégate à vapeur, portant un appareil moteur de la force de 320 ch. » et 8DD1 24 n° 35 : « Infernal, frégate à vapeur de 320 ch, ayant un arrière de vaisseau rasé. Projet de sculptures et de décorations. » Signé Auriol, ingénieur, Rochefort, le 5 septembre 1842. Voir aussi le plan de la machine de l’Infernal dans MnM, B5 planche 57.

[1] S. Llinares, « Innovation et mutation technique : la marine de guerre française (1750-1850) ». In : Les chemins de la nouveauté : innover, inventer au regard de l’histoire. Paris : Editions du CTHS, 2003.

[2] « Second rapport de M. le capitaine de corvette Paris, sur la navigation de la corvette à vapeur l’Archimède, depuis son arrivée en Chine jusqu’à son retour à Suez », Annales maritimes et coloniales, partie non officielle. 1846, vol. 1.

[3] Inventeur des crémaillères de ridage. Voir « Art nautique. Évolueur », La France industrielle et manufacturière, 14 mars 1839.

[4] Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences, 1839, p566.

[5] L. Charner, « Aperçu sur la durée des évolutions navales ». Annales maritimes et coloniales. 1829, vol. 39.

[6] E. Maissin, « Essai sur les évolutions navales ». Annales maritimes et coloniales. 1838, vol. 67.

[7] « Art nautique - Évolueur », L’Armoricain, 16, 26 février, 7 mars, 14 avril et 16 mai 1839.

[8] P.-M.-J. Bonnefoux, E. Pâris, Dictionnaire de marine à voiles et à vapeur, op. cit., p. 353.

[9] « Art nautique - Évolueur », L’Armoricain, 7 mars 1839.

[10] « Art nautique - Évolueur », L’Armoricain, 14 avril 1839.

[11] Décision ministérielle du 30 décembre 1837 complétée par celle du 3 octobre 1839.

[12] « Revue rétrospective », Table méthodique et raisonnée par ordre alphabétique des matières contenues dans les Annales maritimes et coloniales, partie non officielle, tome 1, 1844, p. cviii.

[13] Ibid., p. cvi.

[14] P.-M.-J. Bonnefoux, E. Pâris, Dictionnaire de marine à voiles et à vapeur, op. cit., p. 353.

[15] « Art nautique - Évolueur », L’Armoricain, 16 février 1839.

[16] E. Pâris, « Évolueur pour faire pivoter sur place les navires à vapeur ». Annales maritimes et coloniales. 1844, vol. 85, p. 851.

[17] Ibid.

[18] E. Pâris, « Journal de l’Archimède », op. cit., p. 18.

[19] Ibid., p. 31.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Construction navale, Marine and tagged , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">