Trafics maritimes, travail et diversité des gens de la mer de l’époque moderne à nos jours

Le 16 avril 2015, quatre historiens et sociologues se sont réunis autour du thème du travail des gens de mer à l’invitation de Charlotte de Castelnau L’Estoile (Paris Diderot-ICT), Patrick Cingolani (Paris Diderot- CSPRP) et Manuela Martini (Paris Diderot-ICT). Cette demi-journée d’étude s’inscrit dans le cadre du séminaire doctoral du laboratoire ICT qui se tient depuis trois ans et s’intitule  « Du cosmopolitisme à l’internationalisme: peut-on être citoyen du monde à l’heure des mondialisations ? (XVe-XXIe siècles) ». La question des gens de mer peut tour à tour être associée à celle de la précarité des travailleurs, aux problématiques de mobilité, de migration et d’interactions entre des personnes réunies, sur un temps parfois long, dans un espace clos et isolé, bien que l’isolement devienne relatif aujourd’hui avec la géolocalisation et le développement des communications.

Antonio de Almeida Mendes (CRHIA, Université de Nantes), historien de la traite, nous invite à réfléchir à la place des gens de couleur à bord des navires portugais. La perception et l’intégration des Noirs et des Mulâtres évoluent radicalement au cours de l’époque moderne. Jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, la société portugaise les intègre en leur donnant une identité et un statut de travailleur, mais le renversement des flux et la rigidification de la société remet en cause l’équilibre socio-économique. Les Portugais de couleur vont trouver en mer un espace de liberté et s’employer à la traite, mais le recrutement concomitant de marins dans le golfe de Guinée exacerbe la tension entre travail libre et travail servile, alors que l’espace maritime offre un espace juridique à part, un entre-deux entre l’Europe et les Amériques.

Luca Lo Basso (NavLab, Université de Gênes) se penche lui aussi sur le travail maritime et les conflits sociaux au XVIIIe siècle, mais dans l’espace méditerranéen, à travers les archives du Magistrato dei Conservatori de la République de Gênes. Il révèle les mêmes relations ambiguës qui se nouent au sein des équipages, entre sentiment d’appartenance à une famille, à une communauté, et relations de domination et de dépendance dont les archives judiciaires rendent parfaitement compte.

Nicolas Cochard (CRHQ, Université de Caen et CIRTAL, Université du Havre) s’interroge quant à lui sur l’impact de la modernisation de la navigation et de la mondialisation au XIXe siècle sur l’identité des gens de mer. À travers l’étude des registres de l’Inscription maritime, il examine l’impact de la révolution maritime dans la structuration sociale des métiers de la mer. Elle se manifeste en effet par l’arrivée de « horsains », ouvriers du fer qui viennent s’embaucher comme mécaniciens et chauffeurs dans la marine marchande ; comme le montre leur lieu de résidence et leurs relations familiales (en particulier les mariages), ils finissent néanmoins par s’intégrer à la communauté des gens de mer, l’identité maritime l’emportant sur les corporatismes des métiers.

Claire Flécher (IDHES, Université de Paris 10) clôt cette série de communications sur une note moins optimiste à travers un tableau très contemporain des mécanismes de marchandisation des marins de commerce à l’œuvre dans le transport maritime mondialisé, en particulier sur les bâtiments navigant au tramping. La dérégulation du marché du travail a en effet ouvert la voie au recrutement d’une main d’œuvre issue des pays à bas niveau de vie, pris en étau entre principes de rentabilité sur un marché ultra concurrentiel, logiques de fidélisation des équipages, multiplication des intermédiaires, et stratégies des marins pour conserver leur emploi à tout prix.

Malgré la diversité d’origine et de conditions de travail des marins, ces communications soulignent combien le navire est un monde en soi et un univers à part où se forgent des identités mais surtout une communauté qui, pour les terriens, gagne par son étrangeté une certaine homogénéité.

Citer l'article: Géraldine Barron, "Trafics maritimes, travail et diversité des gens de la mer de l’époque moderne à nos jours," in Marine, science, technique, 15/05/2015, http://paris.hypotheses.org/445.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *