Marine, science(s), technique(s)

A l’occasion du changement de thème imposé par l’évolution de la plateforme Hypothèses, le nom de ce carnet s’est allongé pour rendre compte de l’évolution de mes recherches sur l’itinéraire maritime et savant suivi par Pâris.

Le titre initial, Marine et science, traduisait une interrogation sur les liens qu’entretient la marine avec la science au XIXe siècle. Il aurait d’ailleurs été plus exact de parler de sciences au pluriel, car comme le montre Guillaume Carnino dans sa thèse[1], la Science au singulier et avec sa majuscule d’emphase n’a de sens que dans la seconde moitié du siècle. Bien qu’elle ne soit pas considérée comme une arme savante, la Marine du XIXe siècle est imprégnée de science. La navigation astronomique en tant que pratique de positionnement requiert depuis la fin du XVIIIe siècle la maîtrise d’un certain nombre de principes scientifiques. C’est d’ailleurs dans le domaine géographique que la marine entretient des liens étroits avec la science qui s’illustrent dans la présence des marins dans la plupart des institutions et sociétés savantes géographiques : la section de géographie et navigation de l’Académie des sciences, mais aussi la Société de géographie de Paris ou le Bureau des longitudes. Cependant, force est de constater que ces institutions élisent des marins sur leurs actions passées et sur leur pratique géographique plutôt que sur leurs recherches, à l’exception notable de Mouchez qui n’est d’ailleurs pas élu dans la section de géographie et navigation de l’Académie des sciences, mais dans celle d’astronomie. Mouchez peut poursuivre son engagement astronomique à terre en créant l’observatoire de Montsouris et en prenant la tète de l’Observatoire de Paris[2].

Les marins ont besoin des sciences dans leur pratique quotidienne, mais les sciences ont aussi besoin de la Marine qui organise les campagnes d’exploration, transporte les expéditions scientifiques, alimente par les données collectées par les marins de nombreux champs de la recherche scientifique, de l’histoire naturelle à la physique du globe. Pâris n’affirme-t-il pas que « l’officier naviguant doit être le pionnier de la Science, l’officier commandant doit être le délégué de nos académies »[3] ? Les relations entre marine et science sont donc étroites et interdépendantes et le marin en est le rouage essentiel : la présence de Pâris, comme Rossel avant lui, dans un très grand nombre d’institutions et sociétés savantes en est la preuve.

Toutefois, et puisque mon intention dans ce carnet est de rendre compte de mes recherches sur Pâris, se limiter aux relations entre marine et science(s) m’est vite apparu problématique et réducteur. Problématique puisque l’identité de marin savant ne va pas de soi : en effet un marin comme Pâris qui s’engage non pas dans mais pour les sciences est perçu comme savant au sein de son corps mais demeure un marin aux yeux des savants. Réducteur car c’est davantage sur le terrain technique, voire dans le champ technologique, que Pâris s’est distingué. Je reviendrai dans un prochain article sur la dimension technologique, mais un simple survol de la carrière et de la bibliographie de Pâris permet de mesurer la place qu’y tiennent la construction navale et la manœuvre alors que la géographie et les voyages lointains, pourtant largement valorisés et exploités lorsqu’il cherche à intégrer les institutions savantes, restent une entreprise de jeunesse certes pas anecdotique mais d’une ampleur toute relative. Pâris n’a jamais commandé de campagne d’exploration et les quelques cartes des côtes et îles des mers de l’Inde et de la Chine et du Pacifique sont bien peu de choses au regard des milliers de pages de ses articles et ouvrages sur la marine à vapeur et l’architecture navale. Quant à la construction navale, elle est le domaine réservé des ingénieurs du Génie maritime et rares  sont les officiers de vaisseau qui parviennent à s’y imposer.

L’illusion géographique et du voyage est révélatrice des problèmes de positionnement social pour un « marin savant », autant que la recherche de la sanction institutionnelle est une entreprise de légitimation d’une œuvre originale mais difficilement classable dans les catégories bibliographiques, sociales et intellectuelles du XIXe siècle. Il faudra bien entendu y revenir pour argumenter le propos, mais ces réflexions justifient à elles seules l’évolution du titre de ce carnet qui s’enrichit d’un troisième item.

[1] Guillaume Carnino, L’invention de la science : la nouvelle religion de l’âge industriel, Paris, Éditions du Seuil, 2015.
[2] Voir en particulier Guy Boistel, L’observatoire de la marine et du bureau des longitudes au parc Montsouris, 1875-1914 : une école pratique d’astronomie au service des marins et des explorateurs, Paris, Édite, 2010.
[3] Paul SERRE, « Observations recueillies pendant le voyage de la frégate la Magicienne », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, 88, 1879, p. 1171‑1177.

Citer l'article: Géraldine Barron, "Marine, science(s), technique(s)," in Marine, science, technique, 08/07/2015, http://paris.hypotheses.org/455.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *