Collections techniques, techniques des collections

Une collection est constituée dans des conditions matérielles et intellectuelles données que le séminaire « Penser, classer les collections techniques » se propose pour la troisième année consécutive d’interroger. L’attention des historiens est attirée sur l’étude des collections, de leur histoire, des procédures d’inventaire et de catalogage qui y sont assignées en même temps que les gestionnaires et conservateurs de ces collections cherchent à reconstituer les modes d’acquisition, les logiques de classement et de rangement des objets, en témoigne l’ouvrage qui se penche sur les collections du Muséum d’histoire naturelle, Penser, classer, administrer pour une histoire croisée des collections scientifiques[1]. Le séminaire change de titre en 2015-2016 pour s’intéresser au plus près à la technicité des procédures de classement et de conservation des collections techniques qui ne sauraient être extraites du contexte dans lequel elles se placent, c’est à dire l’institution au sein de laquelle s’est construite la collection. Le séminaire « Collections techniques et techniques des collections » souhaite également examiner les manières dont peuvent être restitués les objets et leurs usages au travers de la restauration mais aussi de la scénographie ou de la reconstitution numérique.

La première séance de l’année, qui s’est tenue le vendredi 23 octobre au centre Koyré, s’est intéressée aux techniques de locomotion dans les collections au xixe siècle. Je suis intervenue aux côtés de Lionel Dufaux afin de présenter des regards croisés sur les collections ferroviaires et maritimes parisiennes.

Le Conservatoire des arts et métiers, créé par décret du 19 vendémiaire an II, ouvre au public ses galeries du prieuré de Saint-Martin des Champs en 1802. Il a pour mission de transmettre des connaissances techniques innovantes par la démonstration mais aussi d’apporter une expertise sur des procédés nouveaux par le biais d’expériences ; en 1819 il devient un établissement d’enseignement par la constitution du « haut enseignement des sciences appliquées à l’industrie ». Les galeries et les chaires d’enseignement se développent au cours du XIXe siècle, mais la collection se déconnecte progressivement de l’enseignement au cours du siècle suivant tandis qu’elle prend une valeur historique croissante. Maurice Daumas propose la création d’un « musée national des techniques » rénové au début des années 2000 à la faveur du bicentenaire de la naissance du Conservatoire.

Lionel Dufaux[2] s’est particulièrement intéressé à la constitution des collections ferroviaires qui représentent un important corpus d’environ 800 objets, 1400 dessins et 200 photographies entrés à partir de 1824. Une procédure de récolement lui a permis de prendre connaissance des œuvres et de s’interroger sur leur provenance, leur rapport à la collection et leur devenir au sein du Conservatoire ; il a par ailleurs élaboré un catalogue raisonné qui propose plusieurs points de vue sur les objets. Chaque œuvre peut être abordée selon sa typologie : objets de grandeur réelle, modèles à échelle réduite ou non, éléments, échantillons, écorchés. On s’efforce d’y associer des éléments d’identification (origine, constructeur, inventeur), mais aussi le mode d’entrée dans les collections, les usages qui y sont associés. Les objets peuvent aussi être analysés à l’aune de leur importance dans l’histoire ferroviaire. Le croisement de ces différents points de vue permet de faire émerger quelques lignes directrices, comme l’importance des expositions universelles, grandes pourvoyeuses de collections, à tel point que les années où elles ont lieu on constate des pics d’entrées mais aussi un report des crédits d’acquisition sur d’autres thématiques. L’importance des réseaux de sociabilité dans la constitution des collections est aussi soulignée : bien qu’il n’y ait pas de chaire de chemins de fer au Conservatoire, à la différence de l’École centrale ou l’École des ponts et chaussées, les chemins de fer apparaissent dans les cours de mécanique appliquée de Dupin, Morin et Tresca. Leur enseignement, technique, n’a pas vocation à servir de formation initiale mais s’adresse à des ouvriers dans la pratique ou à des entrepreneurs désireux de mettre à jour leurs connaissances ; il s’appuie sur des cas pratiques et les exemples ferroviaires illustrent notamment les cours sur la machine à vapeur.

L’examen des dates d’entrée dans les collections témoigne de la position du Conservatoire des arts et métiers vis-à-vis de l’innovation : la validation se fait a posteriori, quand l’invention ou l’innovation est sanctionnée par l’expérience et peut enfin répondre sans risque aux attentes des entrepreneurs. Les acquisitions rétrospectives tendent à se développer à partir de la fin du XIXe siècle, quand les collections prennent une dimension de plus en plus muséographique. Les modèles ainsi acquis peuvent ne rien apporter du point de vue pédagogique mais se chargent d’une valeur historique. Il est donc nécessaire de saisir les contextes technique et institutionnel pour comprendre les objets muséographiques en tant que sources pour l’historien.

En miroir de cet exposé de Lionel Dufaux, j’ai proposé une présentation des collections de Marine du Louvre, de la création du musée à son transfert au Trocadéro après la Seconde Guerre mondiale. On remarque de nombreux points de convergence entre les collections maritimes et ferroviaires. En tout premier lieu la pré-existence d’une collection technique (celle de Vaucanson dans le cas du Conservatoire, celle de Duhamel du Monceau pour le musée de Marine) qui forme le noyau du futur musée, mais également la volonté de rassembler en un même lieu les spécimens et les modèles des réalisations techniques contemporaines ; mais si le Conservatoire affiche dès son origine une volonté de former par la démonstration et la répétition des gestes, cette dimension est absente du musée Naval qui est d’abord celui d’une arme et entend constituer une mémoire maritime qui va bien au-delà du seul navire : tableaux représentant les grandes batailles navales, bustes des marins célèbres mais aussi produits des contrées lointaines atteintes par voie de mer. La collection de Marine donnée au roi par Duhamel du Monceau servait pourtant originellement de support à la formation des ingénieurs, mais cette vocation pédagogique est perdue à l’ouverture du musée en 1828 en raison de l’éloignement des acteurs de la construction navale (ouvriers, ingénieurs), concentrés dans les arsenaux. Les premiers conservateurs de ce musée sont néanmoins des ingénieurs du Génie maritime qui souhaitent mettre en avant le caractère encyclopédique de l’institution en rassemblant des plans, devis de construction et d’armement et modèles des navires contemporains mais également de bâtiments plus anciens afin d’illustrer la notion de progrès. L’un de ces conservateurs, Apollinaire Lebas, ambitionne d’ailleurs de faire du musée un « conservatoire »[3] de l’art naval. Puisque l’importance des réseaux de sociabilité a été soulignée pour le Conservatoire des arts et métiers, il faut noter la convergence des réseaux de ces deux institutions, constitués d’hommes de science et de pouvoir, du moins dans la première moitié du XIXe siècle, car en 1848 le musée Naval passe sous l’administration des beaux-arts et devient un département du Louvre ; il est bientôt dirigé par un peintre et développe davantage de spécimens transportés par les navires de la Marine royale que de modèles de ces navires, et ce malgré les Expositions universelles qui, comme pour le Conservatoire, sont autant d’occasions d’obtenir le don de modèles ou d’échantillons de produits innovants. Au musée de Marine, le rythme comme la typologie des entrées dépend fortement du conservateur qui en a la charge, de même que le soin apporté à l’inventaire, à la mise en espace et au signalement des collections. Ainsi par exemple le peintre Morel-Fatio, tout en rédigeant un catalogue des collections de marine, crée une annexe ethnographique (elle sera dissoute en 1905) qui rassemble tous les objets « exotiques » rapportés par les navires français, tandis que son successeur, l’amiral Pâris, mène une politique active de développement des collections techniques dont Jean Destrem assure quelques années plus tard le récolement afin de publier un catalogue exhaustif.

L’étude de ces deux collections techniques illustre bien l’importance des objets, de leur traitement de de leur existence au sein du musée. Ils peuvent ainsi être considérés en tant que sources de l’histoire de la collection, mais il est nécessaire d’y associer le dépouillement des sources de gestion : inventaires, catalogues, récolements mais aussi archives comptables et sources de gouvernance (courriers, registres de conseils et comités) qui éclairent non seulement la vie de l’établissement mais aussi celle de l’objet au sein de ces collections. Il ne faut pas oublier les documents (iconographiques ou textuels) qui peuvent apparaître aujourd’hui comme accessoires aux collections d’objets, en particulier lorsqu’ils sont rassemblés dans une bibliothèque, alors qu’ils en sont un élément constitutif, tout au moins dans les deux cas considérés. Dans la vie des collections techniques, la question de l’identité du visiteur et de la fonction du musée (promenade, instruction, récréation, découverte, recherche) est fondamentale mais non univoque ; plus largement elle témoigne de la place de la technique dans la société et amène à prendre du champ par rapport à la seule collection pour reconstituer les réseaux et espaces sociaux qui la sous-tendent, que ce soit ceux des producteurs, pourvoyeurs et donateurs d’objets, ceux des gestionnaires et conservateurs ou ceux des publics. Ces derniers sont les plus difficiles à appréhender par les sources directes alors que leur connaissance permettrait d’ouvrir de nouvelles perspectives de recherche autour de ces collections techniques. Gageons que les séances prochaines du séminaire apporteront de nouveaux éclairages qui, tout en faisant progresser la connaissance des collections techniques, enrichiront profondément notre réflexion.

[1] Bertrand Daugeron et Armelle Le Goff, Penser, classer, administrer pour une histoire croisée des collections scientifiques, Paris, Publications scientifiques du Muséum National d’Histoire Naturelle : CTHS, 2014.

[2] Lionel Dufaux est responsable de collection au Musée des arts et métiers. Lionel Dufaux, L’Amphithéâtre, la galerie et le rail : le Conservatoire des arts et métiers, ses collections et le chemin de fer : diffusion des connaissances techniques et de l’innovation au XIXe siècle, Thèse de doctorat, EHESS, Paris, 2015.

[3] AMN, EM1, Apollinaire Lebas, « Note pour Monsieur le Directeur des Musées nationaux », 25 juillet 1848.

Citer l'article: Géraldine Barron, "Collections techniques, techniques des collections," in Marine, science, technique, 06/11/2015, http://paris.hypotheses.org/466.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *