La famille Lesseps/Nadar

Pâris et les femmes

La récente réédition en poche[1] des textes relatifs à la vie de famille au XIXe siècle publiés par Michelle Perrot et Anne Martin-Fugier dans l’Histoire de la vie privée[2] m’incite à quitter l’univers des sciences et des techniques pour aborder brièvement l’environnement familial de Pâris. Ce qui frappe d’emblée lorsque l’on s’immisce dans sa vie privée est l’importance de la présence féminine, tandis que son environnement socio-professionnel, qu’il soit militaire ou savant, est fondamentalement masculin. Les archives institutionnelles ignorent les femmes ou les réduisent à des chiffres : essentiellement le montant de la dot de la future épouse, car un officier de marine doit selon les textes en vigueur épouser une rente d’au moins 600 francs (décret du 3 août 1808). Le silence de ces sources contraint à se livrer au jeu de la généalogie afin de reconstituer les rameaux des relations familiales et d’éclairer les trop rares sources intimes (journaux personnels, lettres) en identifiant les prénoms féminins qui surgissent ça et là, parfois de manière récurrente.

Les Pâris connaîssent un revers de fortune à la chute de l’Empire ; ils sont pris en charge par la famille maternelle d’Edmond, les Bersolle, une famille de négociants qui entretient des relations étroites avec les milieux maritimes aux travers de ses activités d’armateur, de banquier et de commerçant. Ce sont ses oncles Armand et Auguste qui prennent en main le destin du jeune Edmond et le font entrer dans la Marine afin de lui assurer un statut honorable et une indépendance financière ; ils sont vite assistés par Philippe Lefevre, un oncle par alliance. Ces figures tutélaires disparaissent dans les années 1830, remplacées par Cyrille Laplace, commandant de Pâris sur la Favorite et l’Artémise. Bien que Pâris désire suivre ses envies, ces substituts à l’autorité paternelle tentent de faire entendre raison à l’insouciant jeune homme ; leurs relations oscillent entre paternalisme et camaraderie et Pâris entretient avec eux une intense correspondance qui se mue en fréquentation régulière dans la capitale. Pour importantes que sont ces figures masculines, auxquelles on pourrait ajouter les barons Tupinier et de Mackau, particulièrement attentifs aux intérêts de Pâris, elles ne doivent pas occulter les personnages féminins qui occupent les pensées du marin.

La première d’entre elles est sans conteste sa mère. Pâris est profondément attaché à sa « bonne maman » : ses pensées se tournent en permanence vers elle et vers Brest où il se rend dès que son métier le lui permet. Il aime à se retrouver à « la case » comme il appelle la maison familiale, entouré de sa mère et de sa sœur. Lorsqu’il est affecté sur l’Artémise fin 1836, il ne les a pas revues depuis sept années et se lamente : « ne pas voir maman ne pas Savoir Comment elle sera pendant 3 ans ½ C’est affreux et si je ne vais pas à Brest je sais que jaurai le spleen pendant tout le Voyage »[3]. C’est elle qui l’a initié au dessin et à l’aquarelle ; pour combattre l’angoisse de savoir son enfant à la mer, elle développe une foi superstitieuse en la bonne étoile de son fils. La mortalité est en effet importante chez les marins, y-compris chez les officiers, en particulier pendant les premières années de mer. Lorsqu’il prend la direction du Dépôt des cartes et plans de la Marine, il demande un congé pour aller voir sa « vieille mère » alors âgée de 87 ans et en profite pour inspecter les dépôts de cartes des ports de Brest et Lorient. Elle décède en 1870, quelques mois avant Nelly, l’épouse de Pâris, inaugurant une décennie particulièrement sombre pour le marin.

Pâris a une sœur, Illyrie, qui épouse en 1836 un commissaire de la Marine. Elle aura deux filles : l’une épousera un capitaine de frégate, l’autre un ingénieur de la Marine, directeur des Chantiers et Forges de la Méditerranée. Un réseau maritime se déploie donc autour de Pâris. Il a également de nombreuses cousines qu’il rencontre au gré de ses séjours à Brest ou à Paris. Malgré un entourage majoritairement féminin, Pâris est mal à l’aise avec le beau sexe et rejette longtemps l’idée du mariage. Il apprécie la liberté et surtout l’indépendance que lui procurent sa vie de marin ; il se plait à plaindre ses amis rendus soucieux par la responsabilité d’un ménage, économes par la nécessité de subvenir aux besoins d’une épouse et d’enfants, accablés de devoir les quitter, au point parfois de renoncer à leur carrière. Il rencontre pourtant par l’entremise de Laplace une jeune femme dont il tombe éperdument amoureux : il épouse en 1842, à trente-six ans, Nelly de Bonnefoux, de treize ans sa cadette. Nelly offre toutes les garanties de respectabilité par son père capitaine de vaisseau et de fortune par sa mère, mais elle s’avère également être une aide précieuse pour Pâris par sa maîtrise de la langue anglaise comme de la langue française (elle relit et corrige les manuscrits de son époux) ; elle parvient en outre à assouplir le cuir épais du marin qui jusqu’alors fuyait les mondanités, lui permettant ainsi d’acquérir la sociabilité nécessaire à sa carrière savante et d’officier général. Elle lui donne enfin deux beaux garçons rapidement destinés à la Marine, ainsi qu’une fille.

Par son père, Nelly est liée aux élites de la Marine parisiennes, comme l’est Virginie Pâris à Brest. Dans la carrière de Pâris, il ne faudrait pas négliger l’influence des femmes, sans doute modeste mais régulière : elles représentent la permanence quand le marin est absent pour de longues années ; elles sont à la pointe de l’information et mènent au quotidien des actions de « lobbying » de par leurs fréquentations pour assurer les intérêts de la carrière Pâris. L’oncle et la tante Bersolle, mais aussi Nelly de Bonnefoux sont liées à Mmes Tupinier, Laplace, de Mackau, etc. Cette action est particulièrement sensible sous la Monarchie de Juillet : Pâris correspond régulièrement avec sa mère, ses tantes puis avec son épouse et suit avec attention les échos qu’il reçoit de France. Est-il apprécié en haut lieu ? peut-il espérer une promotion ? une décoration ? un bon embarquement ? On ne saurait oublier sa belle-mère, avec qui il est en froid au début de son mariage : Edmond et Nelly vivent sous le toit des Bonnefoux et l’alliance de sa fille avec un « charbonnier » n’est pas du goût de Mme de Bonnefoux qui reproche à son époux de n’avoir pas dépassé le grade de capitaine de vaisseau. C’est Mme de Bonnefoux qui régente la maisonnée, l’appartement parisien, la maison d’Orly où réside la famille Pâris à la belle saison, jusqu’au caveau familial au Père Lachaise où sera inhumée toute la famille Pâris tandis qu’elle réserve celui d’Orly à la famille Bonnefoux.

L’absence de sources intimes fait de nouveau disparaître l’action féminine par la suite ; il est vrai que Pâris devenu officier supérieur peut désormais s’occuper seul de sa carrière. L’élément féminin n’en demeure pas moins important, en particulier pour sa vie sociale parisienne et l’établissement de sa notabilité.

En 1870, Pâris perd donc sa mère et de son épouse, et quelques années plus tard son fils aîné Armand, noyé en Grèce ; son second fils Léon disparaît aux yeux du monde, atteint de démence. Il ne reste à Pâris que sa fille Marie et sa belle-mère, Mme de Bonnefoux, qui survit à sa fille et à son petit-fils et décède en 1879. Marie contracte un mariage hors champ, avec un juriste et non un homme de mer, au grand dam de son père qui se retrouve seul pendant quelques années, jusqu’à ce que son gendre obtienne un poste à Paris. Marie accompagne alors la vieillesse de son père, soigne ses intérêts tout en assurant une présence féminine rassurante.

François-Edmond Pâris, photograph by Alphonse Liébert

Cette brève incursion dans la famille de Pâris aura permis de donner un peu de relief au personnage figé par la photographie, à une biographie trop souvent centrée sur les réussites personnelles et oublieuse du contexte de vie d’un personnage qui avant d’être un officier de marine ou un académicien fut un fils, un époux et un père.

[1] Michelle Perrot et Anne Martin-Frugier, La vie de famille au XIXe siècle. Suivi de Les rites de la vie privée bourgeoise, Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 2015, 304 p.

[2] Georges Duby, Philippe Ariès et Michelle Perrot (éds.), Histoire de la vie privée. Tome 4, de la Révolution à la Grande Guerre, Paris, Seuil, coll. « L’Univers historique », 1987, 636; 16 p.

[3] E. PÂRIS, « Journal du Castor », 10 décembre 1836.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *