Archives par étiquette : art

Imag(in)er le Pacifique

B. Smith, Imagining the Pacific : in the wake of Cook voyage. Victoria (Australia) : Melbourne University Press, 1992.

Le titre de l’ouvrage, Imagining the Pacific, s’éloigne délibérément de l’image pour centrer l’attention du lecteur sur l’imagination et l’ensemble des processus sensitifs et mémoriels qui entrent dans la construction de la représentation graphique. A travers l’illustration des voyages de Cook on voit se dessiner une dialectique entre science et art qui doit rester en permanence présente à l’esprit de qui veut « voir » ces peintures, dessins ou gravures comme autant d’objets documentaires. Tout d’abord, dans la construction de l’objet graphique il faut rétablir la chronologie : qui du verbe ou de l’image prime dans ce processus ? Le dessin est-il pris sur le vif ou construit à partir de descriptions et de récits dont les codes ne sont pas immédiatement transposables ? Quoi qu’il en soit l’œil, comme la main, est dépendant des codes culturels, sociaux ou esthétiques qui structurent l’individu qui observe. Représenter un objet appartenant à l’espace Pacifique, c’est aussi livrer un message sur l’idée d’exotisme et le cadre mental qui sous-tend la compréhension de cet univers.

Les conventions picturales vont donner une interprétation différente chez le peintre de paysage et chez le portraitiste. L’art du paysage est d’ailleurs fortement imprégné des impératifs de la géographie (topographie comme hydrographie) qui motive la plupart des voyages, notamment ceux de Cook. Là encore la représentation fidèle et interprétable d’un paysage s’avère autant scientifique que picturale : les artistes embarqués par Cook participent à la cartographie par la réalisation de vues de côtes et secondent les naturalistes dans la collecte de spécimens de la faune ou de la flore en dessinant d’après nature pour compléter la description littéraire et conserver la mémoire d’objets d’étude difficilement transportables. Selon les dominantes mises en exergue par Bernard Smith, Alexander Buchan et Sydney Parkinson, dessinateurs du premier voyage, ont avant tout servi les naturalistes ; William Hodges a marqué le second voyage par sa représentation des ciels et des lumières (mais les Forster n’étaient pas en reste sur les sciences naturelles) ; John Webber a quant à lui fait entrer le troisième voyage de Cook dans l’histoire de l’ethnographie. La pression du naturalisme empirique est bien plus prégnante sur l’art du paysage ou la représentation de la nature et des artefacts que dans la peinture d’histoire qui relate les événements marquants des voyages. Bernard Smith souligne le fait que les quelque 3000 dessins réalisés au cours des trois voyages de Cook – bien qu’une infime partie ait été diffusée par la gravure – ont durablement et profondément influencé la pensée européenne en révélant au monde connu un tiers de la planète qui demeurait méconnu, voire inconnu. Les canons de l’esthétique en ont aussi été ébranlés. Si la recherche de la perfection académique n’est plus la préoccupation principale des artistes embarqués, l’interprétation du modèle demeure un impératif afin de présenter non pas des individus mais des types. C’est d’ailleurs cette ligne que suit Pâris lorsqu’il établit ses premiers « portraits » de bateaux à bord de l’Astrolabe : influencé par l’obsession classificatrice des naturalistes, il choisit de représenter non pas des pirogues choisies au hasard mais celles qui sont les plus représentatives d’une catégorie.

Pour l’historien ou l’ethnologue il faut donc interpréter une image qui se réclame pourtant de science et prétendent offrir un gage de neutralité et de fidélité au modèle. Au siècle des Lumières, alors que science et voyage se développent conjointement, le dessin se veut de plus en plus documentaire et support indissociable du savoir scientifique sans pour autant se départir de ses qualités esthétiques qui contribuent à sa diffusion. Dans le même temps le témoignage graphique ambitionne de traduire l’ailleurs fondu dans une catégorie esthétique dans un processus comparable à la notion d’orientalisme définie par Edward Said[1], l’exotisme devenant « a fantasy bridge between the homely and the foreign »[2]. Au risque d’effectuer un raccourci qui dénature quelque peu le propos de Bernard Smith, Imagining the Pacific trace une filiation entre Cook et l’Impressionnisme : la tentative d’un Hodges de représenter un paysage et surtout une lumière qui diffèrent tant de l’expérience européenne entraînent le peintre à traduire par sa palette ce qui lui dictent ses sens. Cette peinture d’impressions qui se détache peu à peu des canons académiques mettra un siècle à s’affirmer comme une nouvelle esthétique et un courant artistique à part entière.


[1] E. W. Said, Orientalism. New York : Pantheon Books, 1978.

[2] B. Smith, Imagining the Pacific, op. cit., p. 10.

Citer l'article: Géraldine Barron, "Imag(in)er le Pacifique," in Marine, science, technique, 31/10/2011, http://paris.hypotheses.org/69.