Archives par étiquette : Artémise

Plans et dessins de bateaux extra-européens, 1826-1840

Chine – Grands bateaux de pêche

L’Essai sur la construction navale des peuples extra-européens, collection des navires et pirogues construits par les habitants de l’Asie, de la Malaisie, du Grand Océan et de l’Amérique, dessinés et mesurés par M. Paris, capitaine de corvette, pendant les voyages autour du monde de l’Astrolabe, de la Favorite et de l’Artémise, publié par Arthus Bertrand entre 1842 et 1844, est le recueil des plans et vues en situation de bateaux dessinés par Pâris entre 1826 et 1840. Il est édité sous les auspices du ministère de la Marine grâce à l’intervention du baron Tupinier, directeur des Ports, dans le cadre de la publication des résultats du voyage de l’Artémise.

Tupinier partage avec Pâris un double objectif. En tant que promoteur et grand organisateur des voyages de la Restauration et de la Monarchie de Juillet il est hautement favorable à la diffusion de leurs résultats ; il infléchit en ce sens la politique éditoriale du ministère afin que rayonne l’image d’une marine forte au service de la science. Tupinier rejoint également Pâris dans l’idée que l’observation des bateaux extra-européens et de leurs techniques de navigation peut alimenter la réflexion des ingénieurs de la marine et contribuer à l’innovation technologique. Il écrit au ministre :

« Cet officier supérieur a pensé, et je partage complètement son avis, qu’il serait très utile de publier les plans de tous ces navires grands et petits avec un texte explicatif. En adoptant la proposition faite à cet égard par Mr Paris, le Ministre procurerait aux officiers du Génie Maritime les moyens d’étudier une grande variété de navires étrangers, de profiter de ce qui peut contribuer au progrès de l’Architecture Navale »[1].

Tupinier souhaite « faire compulser par l’auteur les ouvrages des autres navigateurs afin d’y prendre et de réunir aux siens les plans des navires qu’il n’a pas vus et qui sont encore à peu près inconnus parce qu’ils restent enfouis dans des ouvrages où ils ne figurent que comme de simples accessoires d’un intérêt tout à fait secondaire. »[2] Pâris accepte de procéder à ces recherches pour compléter sa propre collection de « 800 figures différentes répandues sur près de 300 planches »[3] dont il estime pouvoir extraire 45 planches de plans et 50 dessins issus des voyages de la Favorite et l’Artémise et 45 planches du voyage de l’Astrolabe. La commission chargée de suivre la publication de l’Essai décide que l’atlas ne devra compter plus de 130 planches, les contributions des autres voyageurs comprises[4]. Pâris doit donc opérer une sélection dans ses matériaux et rejeter un grand nombre de dessins et plans sur différents critères : plans sans échelles, planches publiées dans l’atlas du voyage de l’Astrolabe, dessins redondants, etc.

Grâce aux travaux d’inventaire menés par le musée national de la Marine à Paris à l’occasion de l’exposition Tous les bateaux du monde, il est désormais possible de recenser une grande partie des plans et dessins, inédits ou employés dans l’Essai, réalisés par Pâris entre 1826 et 1840. En nous appuyant sur cet inventaire[5], sur l’album de la Favorite conservé à la bibliothèque du musée sous la cote B 178[6] et sur les sources imprimées (Essai et Atlas du voyage de l’Astrolabe) il nous a été possible de dresser un tableau de concordance recensant l’ensemble des plans et dessins de Pâris identifiés à ce jour.

Le tableau téléchargeable ici reprend le cadre de classement géographique adopté par l’Essai. Les références des plans correspondent aux cotes du musée national de la Marine. Les références de l’atlas de l’Astrolabe et de l’album de la Favorite correspondent aux numéros des planches. Les croix représentent l’origine supposée des plans et dessins dont il n’a pas été donné de retrouver l’original.

Les graphiques ci-dessous donnent une idée de la répartition géographique de ces plans et dessins, ainsi que de leur origine.

Figure 1 : répartition des planches par origine (contexte de réalisation)

Figure 2 : origine géographique des bateaux représentés dans les planches



[1] SHD Marine, BB4 1033, Dossier « Essai sur la construction navale des peuples extra-européens », rapport du 3 juillet 1841.

[2] Ibid.

[3] Edmond Pâris, Essai sur la construction navale des peuples extra-européens ou Collection des navires et pirogues construits par les habitants de l’Asie, de la Malaisie, du Grand Océan et de l’Amérique, Paris, Arthus Bertrand, 1844. Préface.

[4] SHD Marine, BB4 1033, rapport au ministre du 28 juillet 1841.

[5] Amélie Halna du Fretay, Roland Pintat, Hélène Tromparent de Seynes, « Fonds Pâris : maquettes et plans de bateaux vernaculaires » in Tous les bateaux du monde, Paris, Chasse-marée, Glénat, Musée national de la Marine, 2010, p. 202-204.

[6] Édité par Éric Rieth, Le voyage de la Favorite : collection de bateaux dessinés d’après nature, 1830, 1831, 1832, Arcueil, Anthèse, 1992.

Une entreprise improbable

[Album pittoresque d
[Album pittoresque d’un voyage autour du monde exécuté par ordre du gouvernement français. Gravures en taille-douce entièrement dessinées par l’amiral Pâris. Texte par Casimir Henricy,… Paris, Impr. Ch. Noblet, s.d. (le voyage de circumnavigation de l’Artémise eut lieu entre 1837 et 1840), 25 gravures, don de l’amiral Pâris]
Source: Bibliothèque nationale de France

La récente introduction dans Gallica de cet ouvrage conservé au Dépôt des cartes et plans de la BnF dans le fonds de la Société de Géographie est l’occasion de se pencher sur le personnage de Casimir Henricy, auteur du texte. Cette courte biographie non exhaustive est nécessaire pour apprécier le caractère original et hautement improbable de cette aventure éditoriale commune.

Casimir Henricy est né le 20 août 1814 à Saint-Tropez. Son dossier le décrit ainsi:

1 mètre 63 centimètres

Poil châtain

Yeux bruns

Front large

Nez long

Bouche moyenne

Menton rond

Visage ovale

Un biographe autorisé résume ainsi la vie de Casimir Henricy :

« Homme de lettres, né à Saint-Tropez, en 1814. Après dix années de navigation qui lui ont fait explorer les cinq parties du monde, il arriva à Paris (en 1840), et devint aussitôt rédacteur du National, journal où il a collaboré jusqu’en 1848. Il écrivit aussi dans la Réforme et la plupart des autres publications démocratiques de cette époque. Il débuta par des Souvenirs de voyage qui furent remarqués, et publia successivement plusieurs romans et nouvelles : la Perle de Gravelines, Juanita, Un oncle régent, Deux Corses, Aventure de baleiniers, etc. ; une Histoire de l’Océanie, une Histoire de la Belgique, les Mœurs et costumes de tous les peuples ; Al-Djezaïr, études morales, politiques, philosophiques et littéraires ; une Grammaire française, un Traité de la réforme de l’orthographe. Mais son ouvrage le plus important est la Tribune des linguistes, publication par laquelle il s’est placé au premier rang dans le monde de la science. Casimir Henricy a pris une part active à la Révolution de 1848. C’est lui qui, le 25 février, forma, aux Tuileries et sur la place du Carrousel, cette formidable colonne qui, marchant à sa suite, envahit l’Hôtel de ville et ne le quitta qu’après avoir entendu proclamer la République. Il échoua aux élections, dans le Var, pour l’Assemblée nationale, et fut pendant quelques mois sous-préfet de Brignoles, modestes fonctions qu’il n’avait acceptées que pour rétablir l’ordre dans cet arrondissement, où il eut à déployer une grande énergie. Revenu à Paris, il y fut poursuivi, en 1850, comme chef d’une société secrète, et, après cinq mois de détention préventive à Mazas, il fut condamné à deux ans de prison par la Cour d’assises de la Seine. Homme politique, Casimir Henricy se distingue par la fermeté de ses convictions et des opinions très avancées, mais pratiques ; comme écrivain, il étonne par la variété de ses connaissances, sa facilité à traiter tous les sujets, et ses idées neuves et hardies, surtout en anthropologie, en histoire, en linguistique et en philosophie. »[1]

 De sa jeunesse nous disposons de quelques états de service[2] : novice en février 1831, il navigue sur différents bâtiments au commerce avant de passer matelot en 1833 et d’être incorporé à la 79e Compagnie des équipages de ligne en 1835. Nous retrouvons donc Casimir le Matelot de 3e classe sur l’Artémise où il est chef de pièce et « sert au maître d’équipage pour la tenue de ses livres de consommation » nous renseigne Pâris[3]. Son quartier d’inscription est Saint-Tropez ce qui peut laisser à penser qu’il n’a guère quitté son Var natal avant de prendre la mer mais est éduqué puisqu’il sait lire et écrire. C’est d’ailleurs sans doute à bord de l’Artémise qu’il commence sa carrière de trublion, s’attaquant à l’état-major dans des vers « dont quelques-uns assez bons »[4]. Chatouillant le commandant Laplace pour son impertinence, notamment lors de l’escale forcée de l’Artémise à Tahiti[5], Henricy est débarqué et passé sur la frégate l’Andromède, commandant Henri de Villeneuve à la station navale des mers du Sud, le 15 décembre 1839 à Valparaiso. Le 11 juillet 1840 il est congédié et déclare le 1er août vouloir renoncer à la navigation et à toutes professions maritimes. Il est rayé des listes le 7 octobre 1841. Il écrit alors pour le National quelques articles pleins de verve sur les interventions françaises à Tahiti[6] ainsi que plusieurs ouvrages et articles sur Tahiti et sa reine Pomaré.

Dans les années 1840 il met en mots sa vie passée de marin, écrit des traités sur l’histoire et les mœurs des habitants d’Océanie, d’Afrique, de Belgique ou de Cochinchine, participe au National[7] et à la Semaine littéraire mais en 1848 c’est sur les barricades que se trouve l’ancien matelot. Engagé en politique, il est envoyé à Brignolles en mars-avril 1848 comme sous-commissaire mais doit s’enfuir de son arrondissement en juillet[8]. A l’automne il encourage le gouvernement à créer des clubs politiques[9] et est un des chefs de la société secrète Némésis où il est surnommé Tartampion. Il est jugé en cour d’assise pour ce fait et emprisonné à Mazas. En 1853 il est toujours en prison à Sainte-Pélagie avec d’autres prisonniers politiques dont Pilhes, Langlois et Vauthier.

Henricy, outre son engagement politique, est spirite spirite, croit à la métempsychose et pense avoir été une femme à Londres dans une vie antérieure ; mais il dirige bientôt sa débordante énergie dans le champ linguistique en fondant en 1858 la Tribune des Linguistes qui sert d’organe officiel de la Société Internationale de Linguistique dont il est le secrétaire général. Ses objectifs sont la création d’un alphabet et d’une langue universels ainsi que la réforme de l’orthographe. Henricy publie une Gramère fransèze d’après la réforme ortografique et un Traité de grammaire française, de réforme de l’orthographe, de grammaire de la réforme orthographique et du dictionnaire de la réforme  associé au Dictionnaire des écoles de Maurice La Châtre. Le 7 mai 1860 Henricy est admis à la Société des gens de lettres sous le parrainage d’Etienne Enault.

Il revient sur le devant de la scène politique au soir du Second Empire : en mai 1869, il est candidat de la 7e circonscription de Paris. Pendant la Commune de Paris, connu comme homme de lettres et marchand de bois, il accueille de nombreux communards dans sa maison quai de Bercy, notamment Jean-Baptiste Clément. Conseiller municipal  du IVe arrondissement de Paris de 1871 à 1881[10], il est « l’élément gai du conseil municipal »[11]. Il publie Les Quatrains municipaux. Rôle d’équipage du vaisseau de Paris en 1878, par un conseiller municipal[12] et consacre quelques alexandrins à Andrieux, préfet de police de la Seine, dans sa Merriade[13].

C’est l’année suivante qu’il publie avec Pâris l’Album pittoresque de l’Artémise[14]. Henricy se gratifie du titre de publiciste. Pourquoi et comment ces deux hommes que tout oppose sinon trois années passées sur un même navire quelque quarante-trois ans plus tôt se sont-ils associés ? Peut-être les Jobbé-Duval ont-ils favorisé ce rapprochement, l’un gendre de Pâris, l’autre élu de Paris aux côtés d’Henricy ? Toujours est-il que le texte de Henricy est accompagné des planches gravées d’après les dessins de Pâris. Ces planches de réemploi sont celles qui ont servi à l’illustration de la relation officielle du voyage de l’Artémise rédigée dans les années 1840 par Laplace. L’exemplaire conservé dans le fonds de la Société de géographie est un don de l’amiral Pâris mais porte une dédicace d’Henricy à un certain Watel.

Pâris décède quelques années après cette aventure éditoriale pour le moins curieuse. Henricy serait mort en 1901[15].


[1] Biographie de Casimir Henricy, candidat de l’opposition démocratique dans la septième circonscription (Extrait du Nouveau dictionnaire universel, par Maurice La Chatre). BnF 8-LE77-2452

[2] Obligeamment communiqués par Laurent Pavlidis, Direction des actions culturelles, du patrimoine et de la conservation de Saint-Tropez.

[3] E. Pâris, Journal de l’Artémise, 20 août 1838. mss, coll. part.

[4] Ibid.

[5] C. Henricy, « Voyage de l’Artémise. Taïti ». Le National, 24 septembre 1840.

[6] C. Henricy, « Les deux traités. Une Reine et sa Cour.- Moeurs taïtiennes. », Le National de 1834, 19 décembre 1840.

C. Henricy, Récit véridique en vers et en prose des grands événements qui se sont passés à Otaïti. Où l’on verra comme quoi notre ministère a glorieusement, par continuation, soutenu l’honneur du Pavillon Français. Nantes, Imprimerie d’Hérault, 1844

[7] Il y publie en particulier deux feuilletons intitulés « Episodes de la pêche de la baleine » repris sans nom d’auteur dans un volume portant le titre Les catastrophes épouvantables du naufrage de la Méduse, suivies des Dangers terribles de la pêche de la baleine. Henricy intente alors un procès en contrefaçon qu’il remporte en juin 1842.

[8] A. J. Tudesq, U. de P. F. des lettres et sciences humaines, Les grands notables en France (1840-1849). Presses Universitaires de France, 1964, p. 1046.

[9] R. Gosselin, Les almanachs républicains : traditions révolutionnaires et culture politique des masses populaires de Paris, 1840-1851. L’Harmattan, 1992, p. 124.

[10] M. Choury, La Commune au cœur de Paris. Éditions sociales, 1967, p. 343.

[11] L. Andrieux, Souvenirs d’un préfet de police. [Volume 1] / par L. Andrieux. J. Rouff (Paris), 1885.

[12] C. Henricy, Les Quatrains municipaux. Rôle d’équipage du vaisseau de Paris en 1878, par un conseiller municipal (Casimir Henricy). E. Dentu, 1878.

[13] C. Henricy, La Merriade ou La grande bataille de Saint-Merri. E. Dentu, 1882.

[14] E. Paris, C. Henricy, C. P. T. Laplace, Album pittoresque d’un voyage autor du monde, exécuté par ordre du Gouvernement Français. Imprimerie de Ch. Noblet, 1883.

[15] Revue internationale du socialisme rationnel, vol. 34. , 1908.

Citer l'article: Géraldine Barron, "Une entreprise improbable," in Marine, science, technique, 03/06/2012, http://paris.hypotheses.org/267.