Archives par étiquette : Carrière

Carrière des élèves d’Angoulême

Questions méthodologiques autour du Collège royal de la marine à Angoulême

Source: Bibliothèque nationale de France
Afin de pouvoir qualifier la carrière d’officier de marine d’Edmond Pâris, il me fallait disposer de quelques éléments statistiques sur l’évolution des carrières d’officiers, et pour cela utiliser une série cohérente. J’ai donc choisi d’étudier les états de carrière des officiers issus du Collège royal de la marine d’Angoulême qui présente le double intérêt de présenter une unité de génération (les recrues doivent avoir entre 13 et 16 ans l’année de leur admission et ont toutes été admises entre 1817 et 1826) et de donner un éclairage sur le résultat d’une institution portée au pilori. Les sources utilisées sont :

  • pour les ordonnances d’admission au Collège d’Angoulême, les Annales maritimes et coloniales, volumes de Lois et ordonnances entre 1817 et 1826 ;
  • pour les dates de nomination dans les grades successifs, l’Etat général de la marine et des colonies, publié en tant que tel (suivi de l’Annuaire de la marine et des colonies), également intégré dans les Annales maritimes et coloniales, dépouillé annuellement.

On se trouve très vite confronté aux erreurs et approximations des Annales maritimes et coloniales, tant sur les dates que sur l’orthographe des noms propres : le cas de Pâris qui de François-Edouard devient François-Edmond n’est pas isolé et les noms de famille même peuvent figurer sous plusieurs orthographes différentes. Les prénoms peuvent servir de clé de dédoublonnage ou de rapprochement entre deux occurrences d’un nom. Puisqu’il était exclu de consulter l’ensemble des dossiers personnels des officiers recensés, ce qui aurait largement excédé le cadre que je m’étais fixé, à savoir une simple étude statistique à visée indicative, c’est cette solution qui a été retenue, bien qu’elle ne soit pas satisfaisante d’un point de vue scientifique. Je suis arrivée, tant bien que mal, à identifier une série de 481 noms supposément passés par Angoulême. Supposément car il manque l’ordonnance de nomination d’élèves pensionnaires pour 1825 tandis que l’ouverture du corps aux élèves de l’École polytechnique et l’admission directe en tant qu’élève de 2e classe rend certaines données confuses.

Il est possible de séparer la série de données en deux échantillons assez comparables en quantité :

  • les années 1817 à 1823 qui correspondent à la période de recrutement sans concours (le concours est introduit par l’ordonnance du 22 janvier 1824), soit 15 promotions et 226 élèves ;
  • les années 1824 à 1826, soit 3 promotions et 255 élèves.

Cette étude révèle un taux d’échec élevé chez les pensionnaires de la première période : plus de 28 % des élèves n’auront jamais leurs examens pour passer de 2e classe et quitteront la marine sans avoir vu la mer. Pour la seconde période le taux d’échec est de 7 %, ce qui tend à indiquer que le recrutement sur concours est plus fiable que celui sur titre, que les pensionnaires se révèlent alors plus motivés. On peut également envisager que l’organisation des études étant un peu moins abstraite, les cours étaient suivis plus assidûment.

Le calcul de la durée moyenne de passage d’un grade à un autre rend compte du même phénomène de dilettantisme des pensionnaires de la première période qui ont passé en moyenne sept mois de plus que leurs successeurs sur les bords de la Charente ; plusieurs ont d’ailleurs passé plus de trois ans à Angoulême, ce qui n’était en principe pas permis par l’ordonnance de création du Collège. Cette tendance se poursuit sur les premiers grades d’officiers : 56 % des élèves de la première période passés de 2e classe iront au moins jusqu’au grade de lieutenant de vaisseau ; ils sont 66 pour la seconde période. En revanche la courbe a tendance à s’inverser en montant dans les grades, mais les séries sont alors très réduites et peu significatives. Les détracteurs d’Angoulême n’exagéraient pas en disant que le séchage et le redoublement étaient monnaie courante au Collège royal de marine…

Citer l'article: Géraldine Barron, "Carrière des élèves d’Angoulême," in Marine, science, technique, 26/08/2011, http://paris.hypotheses.org/72.