Archives par étiquette : histoire

Neptune au Musée

Neptune au Musée. Puissance, identités et conflits dans les musées maritimes et navals.

Trois thématiques ont été développées au long des trois demi-journées :

  • Identités, histoires et représentations portuaires et nationales
  • Puissance et impuissance, Apogée et Déclin (l’impuissance se faisant toute petite avec sa minuscule)
  • Représentations et problématiques muséographiques.

Nous avons visité avec force illustrations un grand nombre de musées à travers l’Europe, ce qui en soit rendait le voyage à Montpellier pittoresque et divertissant. Musées militaires, navals, portuaires, maritimes, d’histoire maritime : les points de vue sont variés et peut-être une définition de Neptune aurait-elle été une bonne entrée en matière. En effet, du point de vue dépend le discours. Historien, conservateur, muséographe, médiateur, autant d’acteurs qui développent des approches différentes et trahissent la complexité du sujet.

Laurent Pavlidis, Olga Lopez-Miguel et Christian Pfister ont représenté le musée vu de l’intérieur et ont clairement posé les enjeux pragmatiques du débat, entre concept et moyens. Concevoir un musée, c’est concilier un cadre, une histoire, des collections, des moyens financiers et enfin des enjeux politiques et culturels qui guident sa programmation. La réappropriation d’un passé maritime local par le musée d’histoire maritime de Saint-Tropez, la création du musée portuaire de Dunkerque autour d’objets porteurs d’une mémoire, la conception du nouveau musée maritime de Barcelone où l’histoire n’est plus au cœur d’un dispositif muséographique recentré sur des axes thématiques qui doivent donner au visiteur des clés pour comprendre le présent maritime, sont autant d’exemples du fragile équilibre entre collections, mise en espaces et discours.

Les « visites » des musées de Lisbonne, Malte, Hambourg, Londres, Madrid ou Dresde ont permis de mettre en exergue le poids du choix muséographiques dans la lecture des objets présentés et le dilemme entre discours historien et discours politique, entre strates d’aménagement qui révèlent l’évolution dans le temps du regard porté sur le passé et ne peuvent pas toujours être gommées. Le musée naval de Madrid par exemple, enkysté dans une vision franquiste de la puissance navale espagnole, glorifie un nationalisme « doloriste et passéiste » mais s’est doté de fiches pédagogiques qui dénotent agréablement avec l’esprit du lieu. Eric Warnant a souligné la nécessité de la médiation pour porter un discours historien dans un musée, comme celui des troupes de Marine, pensé et alimenté par et pour une Arme.

La communication de Thomas Vaisset a adopté d’emblée une perspective historique et historienne en retraçant chronologiquement le traitement d’un sujet (en l’occurrence les FNFL) dans un musée (le musée de la Marine à Paris). Dans une perspective différente Martin Motte a analysé l’évolution de la représentation du « héros » Suffren à travers les siècles, tandis que Catherine Horel examinait les choix de représentation – ou non – de la marine austro-hongroise dans les musées des pays « héritiers » et que Pierre Journoud nous apportait un éclairage original sur l’histoire maritime vietnamienne. Ces exposés posent non seulement la question de l’interprétation de l’histoire mais également de la mémoire. Enjeux patrimoniaux et mémoriels s’entrecroisent mais parfois s’ignorent, comme à Lorient et Saint-Nazaire. La préoccupation mémorielle de Christophe Cerino pose elle aussi la question de la médiation : des lieux aussi chargés d’histoire que les bases de sous-marin ont-ils besoin d’une sanctuarisation ? Est-ce renier l’histoire, tenter de cicatriser une plaie ou au contraire se réconcilier avec son passé que de faire le choix de l’absence de discours historique ?

La visite de musée par l’historien qui ne peut s’empêcher de se livrer à une interprétation critique d’un discours muséographique – si tant est qu’il en existe – sans confrontation avec les raisons qui le sous-tendent pose question. La critique est facile et la question qui brûle les lèvres est celle de la légitimité du discours historien et la place de l’historien au musée. Le titre de la communication de Burghart Schmidt posait la question centrale qui est restée ouverte : « Quelle image souhaitons-nous donner de notre passé ? » Qui est ce nous ? Le discours historien est-il intemporel ? Des musées « vieillots » sont-ils moins légitimes ou moins intéressants qu’un musée flambant neuf ?

Je retiendrai deux mots du programme du colloque : impuissance et problématique, impuissance à porter leur discours au cœur des musées déplorée par les historiens et problématique du colloque qui, du coup, peine à se dégager.

La plupart des communications ont ainsi buté sur le sujet lui-même ; la question de la puissance et de la représentation des conflits est restée secondaire. Une remarque amusée d’Olivier Chaline pourrait servir de conclusion : un musée de professeurs serait d’une tristesse à périr ; le musée doit avant tout donner à voir. D’ailleurs, comme l’a souligné Christian Pfister, il n’y a pas de discours sans objets. Et faut-il trancher entre le fonds et la forme, entre l’artistique et le démonstratif ? Il faut avant tout donner à comprendre, tout en s’adaptant à des contingences multiples et satisfaire les visiteurs, car on ne saurait enfin envisager le public comme une cohorte monolithique dont on peut identifier ou anticiper les attentes. Que ceux qui entrent dans un musée naval, maritime, portuaire, de Marine pour s’épargner la lecture d’un livre d’histoire se dénoncent !

Citer l'article: Géraldine Barron, "Neptune au Musée," in Marine, science, technique, 02/11/2011, http://paris.hypotheses.org/196.