Archives par étiquette : intermédiaire

Intermédiaires

L’intermédiaire a été au cœur du séminaire Pratiques du voyage et constructions savantes du monde 2010-2011 proposé par Marie-Noëlle Bourguet et Isabelle Surun et fut le sujet de l’exposition Hidden Histories of Exploration à la Royal Geographical Society de Londres à l’automne 2010 . Le rôle de ce guide, cet interprète dans la construction du savoir sur le lointain est certainement une question à aborder lorsque l’on étudie des voyages scientifiques. Je me suis donc interrogée sur l’identité, le rôle et l’influence des intermédiaires dans le premier voyage de Dumont d’Urville dans le Pacifique sur l’Astrolabe. La question s’est avérée bien plus complexe qu’il n’y paraissait et a servi de révélateur aux réseaux entremêlés dans la construction des savoirs.
Le chef Palou. recevant les of... Digital ID: 1266837. New York Public LibrarySchématiquement, on peut identifier deux niveaux d’intermédiaire : les résidents locaux qui donnent à voir et à savoir aux officiers de marine ; ces derniers transmettent leurs observations aux savants parisiens de l’Institut et du Muséum d’histoire naturelle qui sont les producteurs légitimes du savoir. La « branche » des locaux peut elle-même se diviser entre les indigènes et les blancs installés dans le Pacifique, eux-mêmes subdivisés en différentes catégories : hommes d’église venus évangéliser les populations insulaires, marins déserteurs, marins échoués ; chez les indigènes les chefs, les femmes, les opposants, etc. L’identité sociale de chacun de ces acteurs et ce qu’il attend de sa contribution, rarement unilatérale, détermine les conditions et les biais de la transmission. En aucun cas l’intermédiaire n’est un élément neutre dans la chaîne de découverte et la médiation déforme l’observation comme la lunette réduit les distances et accroît les dimensions. Bien connaître son intermédiaire et les jeux de pouvoir qui se mettent en place dans l’offre de service permet au voyageur de régler sa focale.

Dumont d’Urville s’adresse de préférence aux chefs (comme dans l’image ci-dessus, le chef Palou de Tonga Tabou), ce qui n’est pas sans poser problème dans des sociétés non hiérarchisées. Gaimard, le naturaliste, et Sainson, le dessinateur de l’expédition, plus philanthropes, nouent facilement des liens avec les indigènes, notamment avec les femmes ; ces intermédiaires enrichissent de données linguistiques et ethnologiques les recherches du premier et de portraits les albums du second. Ces informations sont recueillies par Dumont d’Urville qui les exploite pour ses propres recherches et en bout de chaîne sont confiées aux savants de l’Académie des sciences.

Lorsqu’il dessine les pirogues, Pâris n’est pas soumis à l’impératif de l’intermédiaire puisque l’observation peut se faire à distance à la mer ou de près sur la plage. Il se fait en revanche lui-même intermédiaire, qui va tenter de transmettre de la matière pour alimenter les recherches de Dumont d’Urville. Ce jeu de circulation de l’information s’est sans aucun doute avéré déterminant dans le processus de construction du projet de Pâris et sera développé dans ma thèse.

Citer l'article: Géraldine Barron, "Intermédiaires," in Marine, science, technique, 23/08/2011, http://paris.hypotheses.org/79.