Archives par étiquette : mobilités

La ligne ou le cercle ?

Communication dans le cadre des cinquièmes Rencontres Doctorales LLSHS de l’université Paris-Diderot sur le thème des « Spatialités », 7 juin 2012. A paraître dans le n° 8 de la série Travaux en cours, 2013.

La ligne ou le cercle ? Edmond Pâris et les enjeux d’une biographie spatiale.

Edmond Pâris est un officier de marine du XIXe siècle qui a consacré l’essentiel de sa carrière à l’étude de la construction navale. Par une approche biographique mes recherches tentent d’analyser la construction de l’identité savante chez ce marin en même temps que d’interroger les fondements épistémologiques d’une discipline – l’ethnographie nautique – dont nos contemporains lui accordent la paternité. La biographie ne peut que bénéficier de l’apport de la micro-histoire en permettant d’adopter le point de vue du sujet pour une « histoire au ras du sol » (Revel 1989), ou plutôt au ras de l’horizon dans le cas présent.  Le rapport à l’espace est central dans la vie, la carrière et l’œuvre de Pâris. L’homme dont j’ai choisi d’emboîter le pas a laissé à l’historien diverses traces qu’il nous est donné de suivre. Sur la carte d’abord on peut suivre le trait de ses voyages et de ses déplacements. Cette réalité topographique est indissociable de la notion de temporalité. Deux autres spatialités plus métaphoriques mais non moins importantes dans la vie de Pâris, peuvent être considérées en incidence : l’une sociale qui sera caractérisée par son amplitude plutôt que par sa profondeur, l’autre technique qui se déploie entre navigation traditionnelle et innovation technologique

La ligne chronologique

Si l’on adopte une ligne chronologique, à la fois classique et nécessaire pour reconstituer le déroulé d’une vie, ressortent clairement dans la carrière de Pâris des périodes charnières autour desquelles s’articulent des tranches de vie suscitant chez le biographe des questionnements et des problématiques variés.

Après une formation au Collège royal de Marine d’Angoulême, la carrière d’officier de marine d’Edmond Pâris s’ouvre en 1826 sur une campagne d’exploration dans le Pacifique sous le commandement de Dumont d’Urville, campagne dans laquelle Pâris fait œuvre d’hydrographe et rassemble des dessins et des notes sur les pirogues du Grand Océan. Ces travaux sont poursuivis lors d’un second voyage autour du monde sur la corvette La Favorite, commandant Laplace. Après un premier commandement, celui d’un bâtiment à vapeur assurant la liaison entre Toulon et Alger, Pâris repart avec Laplace pour une ultime circumnavigation. L’étude des embarcations indigènes est achevée lors de cette campagne et débouche sur la publication en 1842 de l’Essai sur la construction navale des peuples extra-européens. Cette période 1826-1842 est principalement placée sous le signe de la découverte et de la navigation traditionnelle à la voile dans un espace à dimension mondiale. Les trente années qui suivent apportent un changement radical tant d’un point de vue géographique que technique : Pâris se place dans le champ de l’innovation, alliant recherche appliquée et publications sur les nouveaux modes de construction navale (propulsion par la vapeur, adoption de l’hélice, de la construction métallique, des tourelles) et obtient des commandements principalement à terre, en Méditerranée et en mer Noire à l’exception d’un voyage en Chine pour conduire la mission Lagrenée. Pâris intègre progressivement de nombreuses instances techniques et institutions scientifiques parisiennes (Conseil des travaux de la Marine, Commission des phares, Société de géographie de Paris, Académie des sciences, Dépôt des cartes et plans de la marine, Bureau des longitudes). Atteint par la limite d’âge, Pâris prend en 1871 la direction du musée de la Marine du Louvre et entreprend la publication des Souvenirs de marine, Collection de plans ou dessins de navires et de bateaux anciens ou modernes, existants ou disparus avec les éléments numériques nécessaires à leur construction. Grâce à ces deux tribunes Pâris opère la synthèse de ses centres d’intérêt passés et présents, conservant la mémoire du géographiquement et chronologiquement lointain comme des récentes évolutions techniques et de la construction traditionnelle des côtes d’Europe.

La ligne chronologique révèle trois périodes caractérisées chacune par une certaine unité spatiale et technique, 1826-1842, 1843-1628 et 1863-1893. L’apparente unité de chaque segment chronologique est trompeuse car elle dissimule, en leur conférant un caractère quasi accidentel, les événements qui sortent du cadre et qui en termes de durée peuvent paraître anecdotiques. Ainsi entre les deuxième et troisième voyages autour du monde Pâris est affecté au Dépôt des cartes et plans de la marine à Paris pour mettre au propre ses cartes, épisode éminemment lié au voyage lui-même mais qui introduit une rupture en ouvrant à Pâris un nouvel espace social, celui de la bourgeoisie parisienne et de l’administration centrale de la Marine, ainsi qu’un nouvel espace technique puisqu’il y découvre la physique et la théorie de l’énergie produite par la vapeur, découverte qu’il concrétise par un voyage technique en Angleterre et le commandement d’un bâtiment à vapeur ; commandement qui lui-même ouvre de nouvelles perspectives spatiales, géographique, sociale, technique, voire artistique. Le voyage en Chine sur l’Archimède fait aussi figure d’exception. Seul voyage extra-européen sur un vapeur, il présente des caractéristiques bien différentes des trois campagnes antérieures : le rattachement à la station navale des mers de Chine qui a pour conséquence une faible mobilité une fois l’Archimède parvenue à destination, des recherches désormais axées exclusivement sur la vapeur et l’absence d’études sur la navigation traditionnelle dans un pays déjà visité à deux reprises et de surcroît peu propice à l’investigation ethnographique.

Le traitement chronologique rend de manière insatisfaisante les discontinuités (Soubigou 2000)  les plus marquantes de la vie de Pâris car il peine à leur donner sens et ne fait qu’accentuer « l’accablante complexité des choses » (Le Goff 1989). Il convient donc de briser cette ligne pour lui substituer une dimension qui permette de rapprocher des événements pour les mettre en perspective.

Une valeur heuristique de l’approche spatiale ?

L’approche spatiale de la biographie de Pâris permet de suivre ses évolutions sur une carte comme autant de trajectoires ou de points fixes à la progression centripète : monde-Europe-Paris. Plus que l’espace géographique en soi c’est la mobilité dans cet espace et dans les espaces subsidiaires et contingents (social, technique) qui est porteuse de sens. Dans le voyage extra-européen la mobilité entraîne le changement, la diversité gage de découverte. Quand le point en mouvement sur la carte se fige, comme c’est le cas entre 1843 et 1846 dans le cadre de la station navale de l’océan Indien et des mers de Chine, la valeur du voyage est remise en cause. De la même manière l’espace européen a pour principal atout les possibilités d’extrême mobilité tant géographique que sociale, tandis que Paris, ville phare, offre une possibilité de projection en tous points de la planète.

La division spatiale est presque superposable à la segmentation chronologique, et ce sont justement les « accidents » qui, créant des ruptures dans la marche du temps, agissent comme révélateurs de la problématique spatiale. Le réglage de la focale est déterminant dans l’analyse des voyages, car si sous l’angle macro il est toujours une ligne tracée sur la carte qui au bout de trois ans a clos une boucle qui embrasse le monde, l’analyse micro révèle une toute autre réalité. Un voyage est une succession de points dans la vaste étendue maritime ponctuée d’épisodes de reconnaissance géographique de détail où la carte à l’échelle rétrécie se noircit de points, de traits et de chiffres. L’hydrographe est d’autant plus sensible à ces questions d’échelle qu’il construit la carte sur laquelle il évolue ; le marin conçoit l’espace selon des critères hydrographiques, topographiques, météorologiques et nautiques, l’artiste l’appréhende par la lumière et les paysages, l’auteur de l’étude sur les constructions navales autochtones développe une approche technique. L’appréhension de l’espace est donc plurielle. Mais le voyage est aussi une aventure humaine qui se fait en huis-clos dans le microcosme de l’équipage. A bord du navire sont entassés dans une grande promiscuité 100 à 200 hommes pour qui les contacts avec le reste de l’humanité sont épisodiques et toujours éphémères, ce qui concourt à une dilatation du temps ressenti, renforcée encore par l’impression d’immersion dans un temps suspendu au contact des peuples sauvages. C’est bien le voyage qui constitue une expérience fondatrice, un défi lancé au corps, à la machine et aux éléments plus que l’espace-monde qui en est le cadre.

L’espace réduit à ses dimensions européennes prend une toute autre tonalité. Il est à « échelle humaine », non seulement parce que les distances semblent se contracter avec la maîtrise des temps de parcours permis par la vapeur mais surtout parce qu’il permet la dilatation de l’espace social, la quasi-immédiateté des échanges et la satisfaction d’un quotidien moins monotone et moins isolé. Si en 1830 il faut dix mois pour que parvienne à l’équipage de la Favorite la nouvelle du changement de régime, Pâris vit au jour le jour les épisodes de la conquête de l’Algérie entre 1834 et 1836, comme il suit de près la révolution de 1848, la guerre de Crimée ou la Commune. Si en Europe il peut recevoir deux fois par semaine des lettres de sa famille, le rythme passe à deux par an au bout du monde.

La césure entre périphérie et centre est tellement sensible dans le monde maritime comme dans le monde savant que le recentrage sur la capitale est incontournable pour qui veut faire entendre ses idées. C’est ainsi que la Méditerranée devient progressivement trop distante pour l’accomplissement de certains projets. La progression de carrière dans le corps des officiers de marine impose de hauts commandements et par suite de longues périodes à la mer ; la promotion savante au contraire se joue à Paris. Quand Pâris présente pour la seconde fois sa candidature à l’Académie des sciences, il demande une permission pour se rendre dans la capitale car il est préférable d’être physiquement présent pour défendre son dossier. L’intégration dans les institutions maritimes et savantes parisiennes entraîne une fixation de l’espace vécu : Pâris ne quitte plus guère la capitale que pour des missions ponctuelles dans les ports, ou pour quelques rares excursions hors des frontières hexagonales lorsque c’est la capitale qui se déplace (pour les expositions universelles ou l’inauguration du canal de Suez). Le rétrécissement de l’espace géographique vécu s’accompagne d’une dilatation de l’espace projeté grâce à la constitution d’un réseau aux multiples ramifications (familiales, militaires, savantes, diplomatiques) qui toutes concourent à faire converger les informations vers une capitale devenue un monde-point (Bretagnolle, Robic 2005). Paris est aussi capitale savante qui permet les connexions interdisciplinaire et à Pâris de s’intéresser autant aux apports de l’ethnographie que de l’archéologie. De cet épicentre Pâris, désormais voyageur immobile, étend son champ d’action dans les deux dimensions géographique et temporelle pour collecter ses Souvenirs de marine et défendre son musée.

Limites de l’approche spatiale

La perspective spatiale offre un avantage conceptuel indéniable en rompant la traditionnelle linéarité chronologique et en permettant de mieux appréhender les conditions de possibilité de l’émergence de la figure du savant. On ne peut cependant totalement s’affranchir de la dimension chronologique puisque ce serait nier la valeur de l’expérience, la dynamique des événements et l’interaction des multiples paramètres qui font une vie. Peut-on dissocier les évolutions concomitantes d’un technicien et de son environnement technique ? d’un officier et de son environnement professionnel et social ? Traiter des ruptures et des disjonctions qui mettent en décalage les approches chronologique et spatiale présente l’inconvénient d’obliger à quelque redondance puisqu’on ne peut extraire l’événement du contexte au seul bénéfice de la cohérence de la démonstration.

Une seconde interrogation porte sur le genre biographique même. La narration est-elle inhérente à la biographie ? Le biographe peut-il se soustraire au récit d’une vie en adoptant un angle problématique ou est-ce une forfaiture que de se prétendre alors biographe ? Ne risque-t-on pas de juger cette problématisation comme un artifice destiné à donner une saveur scientifique à la biographie ? Les passions autour du genre se sont aujourd’hui apaisées et la biographie a trouvé sa place dans le champ historiographique ; toutefois il n’est pas inutile de s’interroger sur la pertinence de passer une vie au prisme de l’approche spatiale car les images qui en ressortent sont à la fois plurielles et fragmentaires. Le danger est alors de présenter un portrait cubiste par la juxtaposition de points de vue portés sur un même sujet. Or l’enjeu de mes recherches n’est pas tant de dérouler et dévoiler la vie d’une personne dans toutes ses dimensions, physique, psychique, sociale, professionnelle, familiale, spirituelle, etc. que de mettre en lumière les conditions de possibilité de l’émergence de la figure savante chez le marin et du développement de ses compétences et de ses actions dans le domaine de la construction navale. Il s’agit également de voir évoluer, dans une perspective cette fois autant temporelle que spatiale, le rapport dialectique entre savoir et mémoire qui sous-tend l’ensemble de la carrière de Pâris, acteur du progrès en même temps qu’il s’attache – voire s’acharne – à conserver le souvenir de ce qui a été, est encore et ne sera bientôt plus, dont les Souvenirs de marine constituent l’aspect le mieux connu de la synthèse mais qui se décline tout au long du siècle à travers le dessin, le modélisme ou encore les formes écrites de médiation que sont les dictionnaires, manuels et autres articles.

Une ultime réserve quant à l’approche spatiale de la vie de Pâris doit être émise en raison de la nature des sources disponible pour le biographe. La sélection plus ou moins naturelle des archives a entraîné une surreprésentation des sources liées aux voyages et une pauvreté dommageable de celles relatives à l’espace européen et a fortiori parisien. Pour la plupart des voyages nous disposons de sources volumineuses et variées : journaux personnels de Pâris (bien que fragmentaires) et d’autres officiers, correspondance officielle (rapports du commandant au ministre longs et circonstanciés), récits de voyage édités, traitement médiatique… Pour les commandements européens nous disposons encore des archives de la marine, bien que le contenu se fasse plus platement informatif et technique ; mais de sources secondaires ou personnelles point. Enfin les différents mandats institutionnels laissent des traces dans les registres tandis que la correspondance n’a guère été conservée que sur des sujets statutaires et financiers, toujours dans le cadre formel d’un fonctionnaire à son ministère. Il faut donc se demander si la mise en exergue de la dimension spatiale ne serait pas un effet de champ produit par la disponibilité et la nature des sources. Si du jeune voyageur nous connaissons les états d’âme et de l’amiral chenu toutes les apparitions publiques nous ne pouvons ignorer la distorsion imposée par les sources qui pourrait faire préférer la liberté narrative à la contrainte spatiale. Il me faudra bien cependant émettre des hypothèses à partir de coups de sonde (Vrydaghs 2011) grâce aux éléments de contexte sans prétendre disséquer par le menu des archives inégales selon les périodes et les espaces pour tenter de donner corps à un individu dont les traits ne sauraient être importants que tant qu’ils éclairent la problématique retenue.

Conclusion

Au-delà du questionnement du biographe qui s’attache à voir évoluer un homme dans l’espace, Pâris lui-même s’interroge sur le rapport de l’homme à son environnement géographique. Il développe, au long de ses expériences ethnographiques et mécaniques, une approche de la construction navale que l’on pourrait qualifier d’écologique : dans un siècle marqué par la vitesse Pâris s’attache avant tout à la distance, cherchant dans la construction vernaculaire un invariant qui puisse guider le perfectionnement de la navigation au long cours. Il l’identifie comme étant une constante économie de moyens et une adaptation aux ressources naturelles ou industrielles comme aux spécificités de la zone d’évolution, toutes préoccupations qui renvoient à la problématique spatiale.

Bibliographie

BRETAGNOLLE, Anne et ROBIC, Marie-Claire, 2005. Révolution des technologies de communication et représentations du monde 1 : Monde-point et monde difforme (années 1830-1840). In : L’Information Géographique. 2005. Vol. 69, n° 2, pp. 150–167.

LE GOFF, Jacques, 1989. Comment écrire une biographie historique aujourd’hui ? In : Le Débat. 1989. Vol. 2, n° 54, pp. 48–53.

PASSERON, Jean-Claude, 1990. Biographies, flux, itinéraires, trajectoires. In : Revue française de sociologie. 1 janvier 1990. Vol. 31, n° 1, pp. 3–22. DOI 10.2307/3321486.

REVEL, Jacques, 1989. L’Histoire au ras du sol. In : Le Pouvoir au village : histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIe siècle. Paris : Gallimard. pp. i–xxxiii.

 

SOUBIGOU, Alain, 2000. Critique de l’oraison pure. In : Hypothèses. 1 mars 2000. n° 1, pp. 49–54.

VIALA, Alain, 1988. Effets de champ et effets de prisme. In : Littérature. 1988. Vol. 70, n° 2, pp. 64–71.

VRYDAGHS, David, 2011. La biographie sociologique : entre la sonde et le scalpel. Discussion de l’ouvrage de Bernard Lahire, Franz Kafka. Éléments pour une théorie de la création littéraire, Paris, Éditions La Découverte, 2010. In : SociologieS, 11 avril 2011. Disponible à l’adresse :  http://sociologies.revues.org/3433.

Citer l'article: Géraldine Barron, "La ligne ou le cercle ?," in Marine, science, technique, 20/06/2012, http://paris.hypotheses.org/271.

Annonce de colloque

Le laboratoire Identités-Cultures-Territoires (EA 337) de l’Université Paris Diderot – Paris 7 organise sont 2e colloque international les 17, 18 et 19 novembre prochain sur le thème :

Mobilités et circulation des savoirs

Ce colloque propose d’examiner la diversité des formes collectives (réseaux, sociabilités) et des rapports sociaux par lesquels se fait la mise en circulation des savoirs, ainsi que leur articulation avec de nouvelles constructions institutionnelles et de nouveaux rapports de pouvoir du Moyen Age à nos jours.

Cinq sessions se dérouleront en parallèle sur les sites Buffon et Halle aux Farines :

  • L’acclimatation métropolitaine des savoirs sur le lointain, coordonnée par Marie-Noëlle Bourguet et Harold Loparelli
  • Mobilités et circulation des savoirs techniques, coordonnée par Mathieu Arnoux, Arnaud Passalacqua, Marie-Louise Pelus-Kaplan et Liliane Pérez
  • Circulation des corps et savoirs sexués, coordonnée par Gabrielle Houbre et Didier Lett
  • Circulation des savoirs et pouvoirs, coordonnée par Anne Caiozzo, Florence Gauthier et Pilar Gonzalez-Bernardo
  • Transfert et médiations : traductions et échanges scientifiques et épistolaires dans la circulation des savoirs, coordonnée par Claudine Delphis et Michel Prum.

Programme complet et informations pratiques