Voeux pieux

Décembre n’est vraiment pas un mois favorable pour l’écriture. Entre Saint-Nicolas, la chasse aux cadeaux, le sapin et les agapes de fin d’année, impossible de terminer un billet. J’en ai pourtant commencé plusieurs mais aucun n’a satisfait le minimum d’exigence que je me suis fixé pour ce carnet. Car c’est un carnet de recherche, d’accord, mais une litanie de ce que j’aurais dû écrire et des objectifs irréalistes que je m’étais fixés pour l’avancement de ma thèse ne sont que de peu d’intérêt pour l’éventuel lecteur. Les personnes qui suivent mon travail savent que je suis très en retard. Dont acte.

Voilà janvier bien entamé et toujours rien que des brouillons restés en suspens en attendant des jours meilleurs. Ce n’est pourtant pas faute de matière mais plutôt de recette pour mijoter un bon plat avec tous les ingrédients que j’ai dans mes fonds de tiroirs.  La recherche s’apparente à une houle avec ses creux et ses crêtes, qui parfois se soulève en rencontrant un terrain favorable et produit une vague à surfer.  Je travaille actuellement sur le premier commandement d’Edmond Pâris, à bord du Castor vapeur affecté au service des possessions d’Afrique du Nord. Ce court épisode (2 ans, 1835-1836) d’une vie longue et bien remplie pendant lequel se déroulent la conquête de l’Algérie et l’apprivoisement de la navigation à vapeur suscite nombre d’interrogations sur les espaces géographiques, sociaux, familiaux, qui demandent un temps de maturation avant de pouvoir être développées et construites dans ce carnet.

Je cours alors le risque de dévier de la voie que je me proposais de suivre dans ce carnet et de privilégier l’écriture du moi au détriment de la construction scientifique. C’est d’ailleurs le cheminement que suit Pâris pendant sa période du Castor : son journal de bord jusque là si factuel, si analytique, devient progressivement le recueil de l’intime, enrichissant ainsi considérablement le relief du personnage. Il laisse en effet affleurer les multiples acteurs , événements et incidents qui construisent une vie et anéantissent toute idée de déterminisme ou de linéarité dans le déroulement de la carrière de Pâris. Ce journal a d’ailleurs fait l’objet d’un brouillon de billet qui ne saurait tarder à voir le jour. A suivre donc…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *