À propos

Ce carnet de thèse est le complément structurant d’un travail de recherche biographique sur l’amiral Pâris. La carrière d’officier de marine d’Edmond Pâris (1806-1893) pose la question de la construction de l’identité savante et des relations entre Marine et science. De la cartographie à l’ethnographie, des arts graphiques aux techniques de l’ingénieur, ses centres d’intérêt ont été multiples et se reflètent dans les comptes-rendus de lectures et les hypothèses de travail proposés dans ce carnet.

____________________

This blog aims at giving structure to a biographical research on admiral Paris which questions how a naval officer became a renowned scientist. From map making to ethnography, from sketching to engineering, Paris’ work was multifarious and so are bound to be reviews and working hypothesis presented on this blog.

2 réflexions au sujet de « À propos »

  1. cagnasso richard

    bonjour,
    je me presente je suis actuellement doctorant avec serge Tcherkezoff commme directeur .
    Le sujet : Les geographes italiens et les premieres cartes de l’océanie.
    J’ai lu votre article : « Dumont d’Urville et l’oceanie avec beaucoup d’intéret.
    dans cet article vous parlez d’un texte de Dumont d’urville sur l’Océanie, avant son voyage sur l’Astrolabe.
    pouvez vous m’indiquez où le trouver?
    cela me permettrais de mieux cerner l’évolution de Dumont d’Urville dans sa « nommination » des subdivisions de l’Océanie.
    En espèrant que vous pourrez m’aider pour ce texte.
    cordialement
    richard cagnasso

    Répondre
  2. gilles massot

    Bonjour,

    je suis enseignant-artiste à Singapour et je suis arrivé sur votre carnet de thèse dans le cadre d’une projet de recherche que je poursuis en ce moment sur Jules Itier.

    J’enseigne entre autre l’histoire de la photographie à Nanyang Technological University, un cours auquel je me dois de donner un angle s’intéressant plus particulièrement au contexte asiatique. Dans dans ce cadre de ce cours que j’ai découvert Jules Itier, sur lequel je travaille depuis plus de 3 ans.

    L’article que vous avez publié sur l’exposition Itier de 2012 m’intéresse beaucoup car il mentionne l’utilisation du daguérréotype en Inde. Or les plaques de Pondichéry publiées par Gimon sont parmis les plus mystérieuses car Itier ne mentionne nulle part une étape sur le subcontinent.

    J’aimerais donc beaucoup pouvoir creuser le sujet des relations entre Pâris et Itier, sans doute par mail dans un premier temps, et peut être de vive voix à l’occasion de mon prochain passage par Paris, sand doute dans le courant Mai.

    dans l’attente de vous lire,

    cordialement.

    Gilles Massot

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.