Archives par étiquette : Angoulême

Carrière des élèves d’Angoulême

Questions méthodologiques autour du Collège royal de la marine à Angoulême

Source: Bibliothèque nationale de France
Afin de pouvoir qualifier la carrière d’officier de marine d’Edmond Pâris, il me fallait disposer de quelques éléments statistiques sur l’évolution des carrières d’officiers, et pour cela utiliser une série cohérente. J’ai donc choisi d’étudier les états de carrière des officiers issus du Collège royal de la marine d’Angoulême qui présente le double intérêt de présenter une unité de génération (les recrues doivent avoir entre 13 et 16 ans l’année de leur admission et ont toutes été admises entre 1817 et 1826) et de donner un éclairage sur le résultat d’une institution portée au pilori. Les sources utilisées sont :

  • pour les ordonnances d’admission au Collège d’Angoulême, les Annales maritimes et coloniales, volumes de Lois et ordonnances entre 1817 et 1826 ;
  • pour les dates de nomination dans les grades successifs, l’Etat général de la marine et des colonies, publié en tant que tel (suivi de l’Annuaire de la marine et des colonies), également intégré dans les Annales maritimes et coloniales, dépouillé annuellement.

On se trouve très vite confronté aux erreurs et approximations des Annales maritimes et coloniales, tant sur les dates que sur l’orthographe des noms propres : le cas de Pâris qui de François-Edouard devient François-Edmond n’est pas isolé et les noms de famille même peuvent figurer sous plusieurs orthographes différentes. Les prénoms peuvent servir de clé de dédoublonnage ou de rapprochement entre deux occurrences d’un nom. Puisqu’il était exclu de consulter l’ensemble des dossiers personnels des officiers recensés, ce qui aurait largement excédé le cadre que je m’étais fixé, à savoir une simple étude statistique à visée indicative, c’est cette solution qui a été retenue, bien qu’elle ne soit pas satisfaisante d’un point de vue scientifique. Je suis arrivée, tant bien que mal, à identifier une série de 481 noms supposément passés par Angoulême. Supposément car il manque l’ordonnance de nomination d’élèves pensionnaires pour 1825 tandis que l’ouverture du corps aux élèves de l’École polytechnique et l’admission directe en tant qu’élève de 2e classe rend certaines données confuses.

Il est possible de séparer la série de données en deux échantillons assez comparables en quantité :

  • les années 1817 à 1823 qui correspondent à la période de recrutement sans concours (le concours est introduit par l’ordonnance du 22 janvier 1824), soit 15 promotions et 226 élèves ;
  • les années 1824 à 1826, soit 3 promotions et 255 élèves.

Cette étude révèle un taux d’échec élevé chez les pensionnaires de la première période : plus de 28 % des élèves n’auront jamais leurs examens pour passer de 2e classe et quitteront la marine sans avoir vu la mer. Pour la seconde période le taux d’échec est de 7 %, ce qui tend à indiquer que le recrutement sur concours est plus fiable que celui sur titre, que les pensionnaires se révèlent alors plus motivés. On peut également envisager que l’organisation des études étant un peu moins abstraite, les cours étaient suivis plus assidûment.

Le calcul de la durée moyenne de passage d’un grade à un autre rend compte du même phénomène de dilettantisme des pensionnaires de la première période qui ont passé en moyenne sept mois de plus que leurs successeurs sur les bords de la Charente ; plusieurs ont d’ailleurs passé plus de trois ans à Angoulême, ce qui n’était en principe pas permis par l’ordonnance de création du Collège. Cette tendance se poursuit sur les premiers grades d’officiers : 56 % des élèves de la première période passés de 2e classe iront au moins jusqu’au grade de lieutenant de vaisseau ; ils sont 66 pour la seconde période. En revanche la courbe a tendance à s’inverser en montant dans les grades, mais les séries sont alors très réduites et peu significatives. Les détracteurs d’Angoulême n’exagéraient pas en disant que le séchage et le redoublement étaient monnaie courante au Collège royal de marine…

Citer l'article: Géraldine Barron, "Carrière des élèves d’Angoulême," in Marine, science, technique, 26/08/2011, https://paris.hypotheses.org/72.

La formation des officiers de marine sous la Restauration

Depuis les déconvenues de Lapérouse et de Baudin, la Marine française rechigne à embarquer des civils sur ses navires sans pour autant renoncer à servir la science. Avec la reprise des grands voyages sous la Restauration, ce sont désormais les officiers de marine qui se chargent des travaux scientifiques. Cet état de fait est-il servi par une formation spécifique ?

La formation des officiers de marine a connu de nombreuses réorganisations au cours de son histoire depuis la création des Gardes de la Marine par Richelieu et oscillé régulièrement entre instruction théorique et formation pratique tant sont nombreuses les compétences que doivent acquérir les hommes de mer. Tandis que la première République crée des « Écoles d’hydrographie et de mathématiques », l’Empire opte pour les écoles flottantes et, si la Restauration réintroduit un temps les Gardes, elle opte rapidement pour un enseignement théorique à terre complété par une formation embarquée1. L’enseignement à terre est même au milieu des terres puisque le Collège royal de la Marine, créé par ordonnance du 31 janvier 1816, s’installe à Angoulême. Les conditions de recrutement sont peu exigeantes en terme de niveau d’étude : les candidats doivent « écrire avec netteté et correction ; savoir les éléments de la langue latine, et l’arithmétique jusqu’aux logarithmes », mais surtout porter allégeance à la couronne et être issus de familles de serviteurs fidèles de l’Etat et du Roi. L’éducation est essentiellement militaire et religieuse et l’enseignement classique : belles lettres, histoire, géographie, langue française et anglaise servent de socle afin d’assurer aux futurs officiers une culture générale indispensable pour évoluer dans le monde. La formation scientifique repose sur les mathématiques (arithmétique, géométrie, trigonométrie, navigation, statique) et le dessin (construction de cartes, lavis de plans et vues de côtes) : ces connaissances doivent permettre aux futurs officiers de réaliser des calculs de position, tracer des routes, dessiner des cartes, utiliser l’artillerie, etc. Les mathématiques sont au cœur des armes savantes et la marine n’est pas en reste, ce que traduisait la dénomination de l’école de la République; elles tendent à remplacer les humanités dans la formation des élites militaires et civiles depuis la fin du XVIIIe siècle. C’est à l’Ecole polytechnique que l’on doit les meilleurs mathématiciens du XIXe siècle2. La Topographie, le Génie maritime, les Ponts et chaussées, tous les corps d’ingénieurs de l’Etat sont issus de l’Ecole polytechnique et formés à leurs spécialités non pas sur le terrain mais dans des écoles d’application. Le corps des ingénieurs-hydrographes, qui n’admet plus que des Polytechniciens après 1814 – seize ans avant que l’exclusivité de ce mode de recrutement ne soit officialisée par ordonnance du 2 juin 18303 – fait seul exception puisqu’il n’existe pas d’école d’application. Les jeunes ingénieurs hydrographes se forment à la pratique sur le terrain.

La formation des élèves de la Marine se fait elle en trois étapes : à la sortie d’Angoulême les élèves passent de deuxième classe et sont affectés dans les Compagnies d’élèves établies dans les ports de Rochefort, Brest et Toulon où ils révisent les cours de mathématiques et de dessin avant de recevoir une solide formation pratique sanctionnée par au moins quarante-six mois d’embarquement avant de pouvoir prétendre au grade d’enseigne.
Malgré l’ordonnance de création d’Angoulême, les officiers de marine formés dans les premières années de la Restauration ne reçoivent pas de formation scientifique aussi complète que celle dispensée à l’Ecole polytechnique  : aucun programme n’est spécifié à l’ouverture du Collège royal de la marine en 1818 et il est difficile d’estimer le niveau des enseignements. Les nombreux redoublements et abandons5 peuvent être dus à des exigences scolaires trop élevées comme à un refus de la discipline religieuse et militaire. Une étude sur l’origine scolaire et sociale des élèves avant l’entrée à Angoulême et sur le contenu de la formation nous éclairerait sur la piètre image qu’a conservé l’institution dont sont pourtant issus plusieurs futurs amiraux. Seule certitude, les conditions d’admission à l’Ecole polytechnique sont plus rigoureuses puisqu’elles se font sur concours et non sur recommandation ; l’enseignement scientifique y est complet et le programme détaillé pour chaque discipline : géométrie descriptive, analyse, analyse appliquée à la géométrie et géodésie, physique, chimie, mécanique et théorie des machines, architecture, dessin de la carte, toutes disciplines qui ne sont pas inutiles aux marins. C’est d’après ce modèle que va peu à peu se réformer Angoulême.
Par ordonnance du 17 avril 1822, le ministre de la Marine Clermont-Tonnerre6 autorise l’admission annuelle de 6 élèves issus de l’Ecole polytechnique dans le corps des officiers de la Marine royale : ces dispositions mettent à mal le Collège royal de la marine déjà décrié et que le ministère tente en vain de réformer. L’ordonnance du 22 janvier 1824 prévoit enfin un réel examen d’entrée à Angoulême : le jury doit être composé des examinateurs de l’Ecole polytechnique. L’ordonnance du 8 septembre 1824 ébauche un programme d’étude qui revalorise l’enseignement scientifique en renforçant les mathématiques, en introduisant la physique expérimentale, la géométrie descriptive et le dessin géométrique. Le classement des élèves en divisions se ferait alors sur leur maîtrise des mathématiques. Le premier examen d’entrée au Collège royal de la Marine suivant ces dispositions est prévu pour 1827. Dans le même temps est prévu un concours pour l’admission directe dans le cadre des élèves de seconde classe, dispensant donc de la scolarité à Angoulême. L’annonce est formulée ainsi dans les Annales maritimes et coloniales (T27, 1826, p. 823):  « Concours ouvert, en vertu d’une décision royale du 30 juillet 1826, pour l’admission au grade d’élève de 2e classe dans la marine en faveur des jeunes gens qui voudraient entrer dans cette carrière sans passer par le collège royale de la marine. »  On ne saurait être plus encourageant ! Le texte de cette décision royale du 30 juillet 1826 énumère les compétences requises pour l’examen, de fait celles que les élèves de 3e classe sont censés acquérir sur les bord de la Charente : outre le latin, l’histoire, la géographie, le français et l’anglais on trouve l’arithmétique, la géométrie élémentaire et descriptive, l’algèbre, les trigonométries et la statique, enfin le dessin, y-compris géométrique et pittoresque. Les élèves reçus au concours auraient droit à un rattrapage concernant le cours de navigation, la physique générale et la mécanique, le dessin et la levée de plans hydrographiques.

Ces réformes quelque peu brouillonnes sont prises en vain : l’établissement disparaît dans sa forme de Collège royal le 26 septembre 1829 pour devenir Ecole préparatoire de la marine tandis qu’une formation à la fois théorique et pratique embarquée sur le vaisseau école Orion à Brest est ouverte en 1827. L’établissement d’Angoulême ferme définitivement ses portes à Angoulême en 1830 au profit d’une unique et durable Ecole navale.

1 Geistdoerfer Patrick. « La formation des officiers de marine : de Richelieu au  XXIe  siècle, des gardes aux « bordaches » » [En ligne]. Techniques et culture. juin 2005, vol. 45.
2 Belhoste Bruno. « Pour une réévaluation du rôle de l’enseignement dans l’histoire des mathématiques ». Revue d’histoire des mathématiques. 1998, vol. 4, p. 289-304.

3 Chapuis Olivier. « L’Ecole Polytechnique et les hydrographes de la Marine ». Bulletin de la SABIX. 2004, no 35, p. 32-36.
4 Belhoste Bruno. La formation d’une technocratie: l’Ecole polytechnique et ses élèves de la Révolution au Second Empire. Paris : Belin, 2003, 507 p. (« Histoire de l’éducation »).
5 Une étude statistique sur les promotions d’Angoulême est en cours de réalisation.
6 Clermont-Tonnerre est lui-même un ancien élève de l’Ecole polytechnique.
Citer l'article: Géraldine Barron, "La formation des officiers de marine sous la Restauration," in Marine, science, technique, 12/07/2011, https://paris.hypotheses.org/10.