Archives par étiquette : Essai sur la construction navale

Plans et dessins de bateaux extra-européens, 1826-1840

Chine – Grands bateaux de pêche

L’Essai sur la construction navale des peuples extra-européens, collection des navires et pirogues construits par les habitants de l’Asie, de la Malaisie, du Grand Océan et de l’Amérique, dessinés et mesurés par M. Paris, capitaine de corvette, pendant les voyages autour du monde de l’Astrolabe, de la Favorite et de l’Artémise, publié par Arthus Bertrand entre 1842 et 1844, est le recueil des plans et vues en situation de bateaux dessinés par Pâris entre 1826 et 1840. Il est édité sous les auspices du ministère de la Marine grâce à l’intervention du baron Tupinier, directeur des Ports, dans le cadre de la publication des résultats du voyage de l’Artémise.

Tupinier partage avec Pâris un double objectif. En tant que promoteur et grand organisateur des voyages de la Restauration et de la Monarchie de Juillet il est hautement favorable à la diffusion de leurs résultats ; il infléchit en ce sens la politique éditoriale du ministère afin que rayonne l’image d’une marine forte au service de la science. Tupinier rejoint également Pâris dans l’idée que l’observation des bateaux extra-européens et de leurs techniques de navigation peut alimenter la réflexion des ingénieurs de la marine et contribuer à l’innovation technologique. Il écrit au ministre :

« Cet officier supérieur a pensé, et je partage complètement son avis, qu’il serait très utile de publier les plans de tous ces navires grands et petits avec un texte explicatif. En adoptant la proposition faite à cet égard par Mr Paris, le Ministre procurerait aux officiers du Génie Maritime les moyens d’étudier une grande variété de navires étrangers, de profiter de ce qui peut contribuer au progrès de l’Architecture Navale »[1].

Tupinier souhaite « faire compulser par l’auteur les ouvrages des autres navigateurs afin d’y prendre et de réunir aux siens les plans des navires qu’il n’a pas vus et qui sont encore à peu près inconnus parce qu’ils restent enfouis dans des ouvrages où ils ne figurent que comme de simples accessoires d’un intérêt tout à fait secondaire. »[2] Pâris accepte de procéder à ces recherches pour compléter sa propre collection de « 800 figures différentes répandues sur près de 300 planches »[3] dont il estime pouvoir extraire 45 planches de plans et 50 dessins issus des voyages de la Favorite et l’Artémise et 45 planches du voyage de l’Astrolabe. La commission chargée de suivre la publication de l’Essai décide que l’atlas ne devra compter plus de 130 planches, les contributions des autres voyageurs comprises[4]. Pâris doit donc opérer une sélection dans ses matériaux et rejeter un grand nombre de dessins et plans sur différents critères : plans sans échelles, planches publiées dans l’atlas du voyage de l’Astrolabe, dessins redondants, etc.

Grâce aux travaux d’inventaire menés par le musée national de la Marine à Paris à l’occasion de l’exposition Tous les bateaux du monde, il est désormais possible de recenser une grande partie des plans et dessins, inédits ou employés dans l’Essai, réalisés par Pâris entre 1826 et 1840. En nous appuyant sur cet inventaire[5], sur l’album de la Favorite conservé à la bibliothèque du musée sous la cote B 178[6] et sur les sources imprimées (Essai et Atlas du voyage de l’Astrolabe) il nous a été possible de dresser un tableau de concordance recensant l’ensemble des plans et dessins de Pâris identifiés à ce jour.

Le tableau téléchargeable ici reprend le cadre de classement géographique adopté par l’Essai. Les références des plans correspondent aux cotes du musée national de la Marine. Les références de l’atlas de l’Astrolabe et de l’album de la Favorite correspondent aux numéros des planches. Les croix représentent l’origine supposée des plans et dessins dont il n’a pas été donné de retrouver l’original.

Les graphiques ci-dessous donnent une idée de la répartition géographique de ces plans et dessins, ainsi que de leur origine.

Figure 1 : répartition des planches par origine (contexte de réalisation)

Figure 2 : origine géographique des bateaux représentés dans les planches



[1] SHD Marine, BB4 1033, Dossier « Essai sur la construction navale des peuples extra-européens », rapport du 3 juillet 1841.

[2] Ibid.

[3] Edmond Pâris, Essai sur la construction navale des peuples extra-européens ou Collection des navires et pirogues construits par les habitants de l’Asie, de la Malaisie, du Grand Océan et de l’Amérique, Paris, Arthus Bertrand, 1844. Préface.

[4] SHD Marine, BB4 1033, rapport au ministre du 28 juillet 1841.

[5] Amélie Halna du Fretay, Roland Pintat, Hélène Tromparent de Seynes, « Fonds Pâris : maquettes et plans de bateaux vernaculaires » in Tous les bateaux du monde, Paris, Chasse-marée, Glénat, Musée national de la Marine, 2010, p. 202-204.

[6] Édité par Éric Rieth, Le voyage de la Favorite : collection de bateaux dessinés d’après nature, 1830, 1831, 1832, Arcueil, Anthèse, 1992.