Archives par étiquette : géographie

Des voyageurs à l’épreuve du terrain

Signalons une actualité voyageuse aux Archives nationales. A l’occasion de la visite d’Etat de Sir Peter Cosgrove, Gouverneur général du Commonwealth d’Australie le 26 avril dernier, les Archives nationales d’Australie et le Service interministériel des Archives de France ont signé un accord de coopération et les Archives nationales ont mis en ligne un album de documents au sein duquel on notera quelques dessins d’Auguste de Sainson.

Les albums de Sainson ont été numérisés et sont projetés dans le cadre de l’exposition Des voyageurs à l’épreuve du terrain : études, enquêtes, explorations (1800-1960) qui se tient du 13 avril au 19 septembre à l’Hôtel de Soubise. Un cycle de conférences est proposé, dont deux en lien direct avec Pâris et ses voyages :

 

  • 30 avril – Géraldine Barron : l’amiral Edmond Pâris, navigateur, explorateur et conservateur du musée naval
  • 4 juin – Christiane Demeulenaere : la mission commerciale en Chine de Théodore Lagrené, 1843-1846

Un catalogue accompagne l’exposition.

 

Spatialités

Le thème retenu pour les 5e rencontres doctorales Paris-Diderot, autour du « tournant spatial » de l’histoire, interroge les notions d’espace et de spatialisation et plus largement de frontières, territoires, échelle et paysage, qui « toutes mettent en résonance l’existence et les transformations d’un terrain (réel ou imaginaire) avec son investissement humain ». Cette réflexion trouve un écho particulier dans la vie et la carrière d’Edmond Pâris, ouvrant de nouveaux éclairages et de nouveaux champs d’investigation dont je vais donner ici une ébauche, qui sera développée à l’occasion des rencontres doctorales (7 et 8 juin 2012, Université Paris-Diderot, site des Grands Moulins, salle Pierre Albouy).

Revisiter une biographie sous le prisme de la spatialité fait immanquablement dévier la focale mais permet d’ouvrir de nouvelles perspectives d’étude en rompant la linéarité chronologique. Pour un officier circumnavigateur l’espace perçu de prime abord est vaste, mais à y regarder de plus près les spatialités sont multiples et mouvantes. Chaque embarquement, chaque période à terre, chaque mandat inaugure un nouvel espace géographique, technique, social, culturel dans un jeu continu de distorsions du temps et des lieux. Le voyage autour du monde à bord de l’Astrolabe peut s’apparenter à un huis clos, translation sur une carte qui n’offre l’opportunité, pour Pâris du moins, que de peu de rencontres en dehors du microcosme de la corvette. Les ouvertures sont géographiques et techniques, ce qui conduit à interroger la notion de voyage en tant qu’expérience spatiale ; parallèlement le récit de voyage doit être analysé sous cet éclairage en remettant en cause l’expérience et le rôle initiatique ou cathartique traditionnellement prêté au voyage.
Les différentes étapes de la carrière de Pâris peuvent être revisitées sous cet angle et il convient d’examiner les effets de ces changements d’espaces qui méritent d’être illustrés par une image mathématique comme autant de modifications de référentiels : entre embarcations à voiles et propulsion à vapeur, des océans lointains à la mer intérieure ou au réseau parisien, les navigations sont plurielles, propres ou figurées. L’expérience de l’écriture aussi ouvre un nouvel espace d’expression et de dissémination du savoir, des idées et de la réputation. Pâris directeur du musée de Marine et académicien devient alors un « voyageur immobile » où espace vécu et espace projeté sont aux antipodes l’un de l’autre, tant du point de vue géographique que temporel ou technique. Les frontières physiques sont celles des fermiers généraux, tandis qu’un réseau de correspondants ouvre le terrain d’investigation à toutes les mers du monde, cependant que l’archéologie élargit l’échelle temporelle d’une recherche dédiée aux modes de navigation. A rebours des progrès de l’ethnographie et conjointement au rétrécissement de l’espace vécu avec l’abandon des voyages, l’homme a tendance à s’effacer devant la technique.

La spatialité est dans le cas de cette étude multidimensionnelle : le proche comme le lointain s’entendent sur un plan géographique, historique, social, technique ou culturel et brouillent définitivement la vision lisse, linéaire voire déterministe que l’on pourrait risquer dans le champ biographique, révélant un jeu de faux-semblants avec lequel il faut désormais composer.

Citer l'article: Géraldine Barron, "Spatialités," in Marine, science, technique, 15/03/2012, https://paris.hypotheses.org/238.