Archives par étiquette : race

Dumont d’Urville et l’Océanie

En écho à l’ouvrage de Serge Tcherkézoff, Polynésie-Mélanésie, l’invention française des races et des régions de l’Océanie, et en complément du précieux article de Bronwen Douglas, L’idée de race et l’expérience sur le terrain au XIXe siècle qui suit l’évolution de la pensée raciale chez le naturaliste Quoy, j’ai voulu examiner le processus suivi par Dumont d’Urville au cours de son second voyage dans le Pacifique, première campagne en tant que commandant de l’Astrolabe entre 1826 et 1829.

Carte pour l’ intelligence du ... Digital ID: 1266762. New York Public Library

La question du peuplement du Pacifique suscite la perplexité des savants Européens. La Société de géographie de Paris encourage les recherches en proposant comme sujet du concours pour 1824 :« Rechercher l’origine des divers peuples répandus dans l’Océanie ou les îles du Grand-Océan situées au sud-est du continent d’Asie, en examinant les différences et les ressemblances qui existent entre eux et avec les autres peuples sous le rapport de la configuration et de la constitution physique, des mœurs, des usages, des institutions civiles et religieuses, des traditions et des monumens; en comparant les élémens des langues, relativement à l’analogie des mots et aux formes grammaticales, et en prenant en considération les moyens de communication d’après les positions géographiques, les vents régnans, les courans et l’état de la navigation. » Le sujet est remis au concours plusieurs années de suite sans succès.

Le premier texte, manuscrit, de Dumont d’Urville est inachevé et non daté. Il est postérieur au voyage de la Coquille et antérieur à celui de l’Astrolabe dont le départ a vraisemblablement interrompu la rédaction. Dumont d’Urville pose en exergue les sources de son étude : « Legi, vidi, scripsi ». Il est en effet un officier érudit qui lit et écrit le latin, a publié des ouvrages de botanique et s’intéresse à l’entomologie comme à l’ethnologie, à la géographie et à la philologie, toutes disciplines qui peuvent éclairer la question posée par la Société de géographie. Il a lu tous les récits des voyageurs et rend un hommage soutenu à von Chamisso et Forster. Il a traversé le Pacifique lors du voyage de la Coquille commandée par Duperrey. Enfin il écrit dans ce texte inachevé de 126 pages le résultat de ses réflexions alimentées à la fois par ses lectures et ses propres observations.

Dumont d’Urville s’interroge en introduction sur la manière dont les différentes cultures à travers le monde et les âge ont envisagé la question des origines et se place d’emblée dans une perspective mythologique et philosophique. Puisque toutes les civilisations se sont inventé des origines divines, comment envisager l’origine des Océaniens ? En développant successivement les quatre items proposés par la Société de géographie, Dumont d’Urville propose un découpage des peuples l’Océanie en quatre « races » distinctes. Dans l’emploi du terme « race » il oscille entre une acception encore buffonienne du terme, synonyme de variétés résultant des effets de la théorie des climats et des mélanges consécutifs aux migrations, et une théorie raciste qui reconnaîtrait quatre « souches ». L’Océanie serait donc peuplée par :

  • les Australiens, appelés aussi Noirs, Mélaniens ou Papous ;
  • les Peuples de Tonga ou Tonga, ou encore Sectateurs du tabou, qui sont les « vrais Polynésiens » ;
  • les Carolins qui sont des races mélangées mais rassemblées par un talent commun pour la navigation ;
  • les Malais.

Le chapitre consacré aux caractéristiques physiques des peuples océaniens se base sur le camaïeu de couleurs et les différences physiques, considérées encore comme infimes, qui permettent de créer cette nomenclature. Le second chapitre qui veut disserter sur l’intelligence et les valeurs morales des peuples s’attarde sur les Tonga et ce qu’ils ont en commun : la langue, l’organisation de la société, l’Atoua et le tabou, les sacrifices humains et le tayo, l’usage du kawa et la fabrication d’étoffe papyriforme, mais l’absence d’arcs et de flèches, de bétel et de poteries. La cause des autres populations est beaucoup plus vite entendue puisqu’ils se définissent par la négative par rapport aux Tonga. Ainsi les Mélaniens, d’après ce qu’en disent les navigateurs, sont aussi noirs au physique qu’au moral : très voleurs, perfides et sanguinaires, misérables et dégoutants, demi-singes, leurs femmes dissolues, leur gouvernement despotique, anthropophages par goût (tandis que les « vrais Polynésiens » le sont par religion), etc. L’expérience de Dumont d’Urville lui a donné à voir ces Noirs sous un tout autre jour mais il préfère s’en remettre au jugement de ses prédécesseurs qui correspond mieux à sa propre répulsion pour les hommes à peau noire.

Des Carolins Dumont d’Urville n’a pas le loisir de traiter, si ce n’est pour les opposer également aux Tonga : physiquement ils offrent peu de différences mais s’en distinguent par la méconnaissance du tabou et une infinité de langues non apparentées à la langue Tonga.

 Six années et un voyage dans le Pacifique plus tard, les idées de Dumont d’Urville, nourries toujours de lectures et d’expérience, ont mûri. Il publie dans le Bulletin de la Société de géographie un texte intitulé « Sur les îles du Grand Océan ». Il a alors basculé vers une théorie clairement polygéniste où les aires géographiques sont à peu de choses près les mêmes qu’en 1826 mais selon laquelle deux races différentes peuplent le Pacifique : la jaune et la noire. Cette conception dualiste héritée de Forster mais passée au filtre de Cuvier et Malte-Brun. La race jaune serait organisée en société hiérarchisée et aurait colonisé les îles occupées par la race noire primitive et tribale. La race noire occupe l’aire baptisée pour la première fois Mélanésie, tandis que la jaune est découpée en trois aires : la Polynésie, la Micronésie et la Malaisie. Tandis que ses compagnons Quoy et Gaimard se concentrent sur l’étude naturaliste dans le volume de zoologie de la relation de la campagne de l’Astrolabe (chapitre « De l’Homme »), Dumont d’Urville donne à sa nomenclature des peuples océaniens une justification à la fois raciale et ethnographique, mais surtout une dimension géographique en proposant une carte du Pacifique qui restera la référence pour plus d’un siècle et demi. Dumont d’Urville rattache les races du Pacifique aux branches principales noire d’Afrique et jaune d’Asie dans une tentative classificatoire d’inspiration linnéenne et érige la hiérarchie entre ces races en loi naturelle. Là où il voyait en 1826 des mélanges de populations, il décrit désormais des « Hybrides issus du croisement des deux races noire et cuivrée. »

Le basculement du monogénisme au polygénisme s’est opéré pendant la campagne de l’Astrolabe au cours de laquelle l’expérience de terrain a presque constamment contredit les affirmations de Dumont d’Urville qui, si elles peuvent paraître étayées pour les Polynésiens, ne se basent sur aucune preuve en ce qui concerne les micronésiens et a fortiori les mélanésiens qui sont plutôt jugés à l’aune de la crainte que Dumont d’Urville ressent en présence d’hommes noirs, crainte attisée encore par une santé chancelante. La maladie dont d’Urville a souffert a pu (c’est du moins une hypothèse que j’exprime ici) contribuer à ce basculement.

 Bibliographie

Claude Blanckaert, Monogénisme et polygénisme en France de Buffon à Broca (1749-1880), Thèse de doctorat, Université Paris I, 1981.

Claude Blanckaert (éd.), Le Terrain des sciences humaines (XVIIIe-XXe siècles). Paris, l’Harmattan, 1996.

Bronwen Douglas, « L’idée de race et l’expérience sur le terrain au XIXe siècle« , Revue d’histoire des sciences humaines, 2009/2, n° 21.

Bronwen Douglas et Chris Ballard, Foreign Bodies : Oceania and the science of race, 1750-1940. ANU E Press, 2008.

Serge Tcherkézoff, Polynésie-Mélanésie, l’invention française des races et des régions de l’Océanie. Au vent des îles, 2008.

Bios de naturalistes voyageurs

Citer l'article: Géraldine Barron, "Dumont d’Urville et l’Océanie," in Marine, science, technique, 31/08/2011, https://paris.hypotheses.org/67.