Notes sur les pirogues employées dans les diverses contrées reconnues par la corvette l’Astrolabe

 Ce texte est le premier écrit de Pâris sur les embarcations extra-européennes, rédigé à l’appui des plans qu’il a relevés à la demande de Dumont d’Urville à l’occasion du voyage de l’Astrolabe entre 1826 et 1829. Pour une analyse de ce texte, voir l’article du 13 mai 2012.

Transcription corrigée du manuscrit de 86 pages conservé à la bibliothèque du Musée national de la Marine à Paris sous la cote J11674.

« Parmi les nombreux objets qui s’offrent au marin dans les divers pays sauvages qu’il parcourt, son art encore dans l’enfance mérite son attention. Indépendamment des observations curieuses en elles-mêmes, la comparaison des différents moyens que les peuples des nombreuses îles du grand Océan ont inventés pour affronter les mers qui entourent leurs îles peut fournir quelque rapprochements intéressants. Chez l’un il voit l’art, encore dans l’enfance, ne pouvoir suffire à la moindre entreprise ; tandis que dans d’autres pays, l’audace aidée de l’industrie a su former des pirogues capables de soutenir de longues traversées et des mauvais temps et avec lesquelles, s’ils pouvaient diriger leur route, les habitants pourraient entreprendre des expéditions lointaines dans les mers peu orageuses des tropiques. Les procédés variés que les habitants ont employés pour la construction de leurs pirogues peuvent aussi fournir des rapprochements intéressants et fournir quelques idées sur les communications que ces peuples peuvent avoir entre eux, et peut-être même entrer en considération avec la nature de la race des habitants pour former des conjectures sur la manière et surtout la direction qu’a suivie la population du Grand Océan pour se répandre dans les innombrables îles qui en couvrent sa surface. Mais de pareils rapprochements exigent des combinaisons dont une tête forte et munie de longues études est seule capable. Aussi, laissant à des marins plus habiles le soin d’établir des systèmes plus ou moins vraisemblables, je me restreindrai à la simple description des pirogues que nous avons vues.

Ce fut avec un bien vif plaisir que je me vis chargé par  le chef de l’expédition de faire une collection de toutes les pirogues qui se présenteraient à nous. Ce travail était du domaine de notre dessinateur, aussi ne fut-ce qu’avec son approbation que je l’acceptai ; mais déjà surchargé d’ouvrage lui-même il me laissa avec plaisir une partie qui était la seule que je pus faire passablement, la règle et l’équerre devant toujours servir de guide. / J’ai toujours mis la plus grande exactitude dans  la mesure des dimensions que j’ai prises du corps et des parties de toutes les pirogues, et j’ai cru préférables des plans exacts à des dessins que les mouvements continuels de l’objet rendent presque toujours inexacts et qui, d’ailleurs, ne donnent aucune de ses dimensions, la seule échelle qui puisse être employée dans ce cas étant la taille des hommes, et elle varie beaucoup suivant les climats et les races qui les habitent. D’ailleurs, au moyen des projections, on peut facilement par la perspective déduire des dessins plus exacts que ceux faits à l’œil et qui, animés de quelques personnages, présentent un aspect aussi agréable.

Toutes les pirogues sont représentées en projection horizontale ou vues à vol d’oiseau, et en projection verticale, par leur travers et quelquefois par l’une des extrémités, lorsque ce nouvel aspect a pu apporter quelque éclaircissement sur la forme et la construction.

Les voiles ne sont point rapportées sur la projection horizontale parce que, même dans le cas où elles ne seraient pas dans un plan vertical cette  projection n’indiquerait en rien leurs dimensions. Mais sur la projection verticale, elles sont représentées dans leurs dimensions réelles, ou bien les plus probables lorsque les circonstances ont empêché de les mesurer, chose plus difficile à faire que pour le corps de la pirogue. Les ombres n’ont été placées sur les voiles que pour rompre l’uniformité d’une teinte plate car elles  (les voiles) ne forment pas de courbes, étant représentées dans leurs dimensions réelles. Le tissu, lorsqu’il est remarquable par les dessins, est  représenté à part, ou si la voile est formée d’une natte uniforme, le travail est exprimé le plus exactement  possible. La largeur des laizes qui forment les voiles a été souvent mesurée ou bien, en comptant le nombre dont la voile était composée, il a été facile d’en avoir la largeur à très peu de chose près.

Les divers ustensiles relatifs à la navigation tels que pagaies, écopes, etc. sont sur la même échelle. /

Les grandes différences qu’il y a dans  les dimensions des diverses îles et quelquefois de la même île a fait adopter deux échelles : l’une de ½ centimètre par pied pour les plus grandes et l’autre de 1 centimètre par pied pour les plus petites et les pirogues ordinaires..

Quatre espèces de pirogues dans le Grand Océan

Les pirogues  usitées par les divers peuples du grand Océan forment quatre espèces bien distinctes.

1°- celles sans balancier

2°-  à un seul balancier

3°-  à un seul balancier et ayant une plate-forme sous le vent

4°- à double balancier

On pourrait donner à ces quatre genres différents les noms des peuples qui les emploient et les nommer ainsi :

1° Zélandais

2° Polynésien

3° Carolin

4° Malais

Chacun de ces trois derniers procédés, employés pour donner plus de  stabilité aux pirogues, a ses avantages et ses défauts. Le plus ingénieux cependant est le troisième en ce que, sans être aussi incommode et retarder autant la marche que le balancier double, il peut empêcher la pirogue de chavirer lorsque la voile vient à masquer.

L’ordre chronologique du voyage a été conservé dans les ordres des numéros de la collection de pirogues et il s’accorde à peu près avec les séparations des diverses espèces et les progrès de l’art chez les différents peuples. /

 Nouvelle-Hollande

Planche 1, Baie Jervis[1]

L’ignorance et l’abrutissement dans lesquels vit la race abjecte de la partie Sud de la Nouvelle-Hollande est si grande que, quoique sur ses côtes elle peut trouver une nourriture abondante, elle n’a pas su inventer le moyen d’utiliser cette branche et craignant l’eau comme beaucoup d’animaux, n’a jamais osé se risquer sur une planche ou sur un esquif, perdant ainsi un des plus riches moyens de subsistance que puissent offrir ces côtes arides et dépourvues de végétaux nutritifs Aussi à la baie du Roi Georges nous n’aperçûmes aucune pirogue, soit sur les plages soit dans les villages des misérables habitants. Ce n’est qu’à la baie Jervis que nous aperçûmes une pirogue à moitié ensevelie sous le sable, si toutefois un morceau d’écorce d’arbre mérite ce nom. Celle que nous trouvâmes sur le rivage près de l’observatoire avait 12 à 15 pieds de long. L’écorce était tenue écartée  au milieu par deux morceaux de bois, recourbés sur eux-mêmes par une corde en écorce en forme d’arc très recourbé et formant ainsi la membrure. L’écorce venait aux extrémités se réunir sur un amarrage grossier qui lui faisait faire des plis. Ce faible esquif n’avait pour ainsi dire aucune forme et sa faiblesse était telle que je doute que l’on put s’en servir longtemps et qu’il put porter plus de deux hommes. Quant au moyen de le conduire, il est probable que la moindre branche d’arbre sert de pagaie, car nous ne vîmes rien qui en eut la forme entre leurs mains. Les arbres superbes qui couvrent la plaine et les montagnes environnantes ont des troncs élevés et unis dont l’écorce peut servir à cette construction ; il doit être cependant bien difficile d’enlever sans la rompre une surface une surface pareille, dont l’étendue était de 15 pieds de long sur au moins 3 de large. J’ignore quel est le procédé  employé par les habitants déjà bien moins bas que ceux de la terre de Lewin et qui possèdent quelques outils en fer qu’ils tiennent des Anglais dont les habitats commencent à approcher de leur Baie. /

Nouvelle-Zélande

Anse de l’Astrolabe[2], Planche 2[3] 

Les habitants de la Nouvelle-Zélande ont su tirer parti des beaux arbres qui croissent sur leurs montagnes pour la construction de leurs pirogues, et nulle part dans les autres archipels nous n’en avons vues qui fussent aussi longues, étant d’une seule pièce de bois. Les ornements dont elles sont couvertes sont sculptés avec finesse et c’est le pays où ce genre de luxe est poussé le plus loin entre les tropiques. La sculpture plus parfaite n’est employée qu’aux armes et aux ornements des habitations des chefs mais, quoique les Nouveaux-Zélandais aient des pirogues d’une idée – si l’on peut s’exprimer ainsi – moins ingénieuse que celles des pays intertropicaux, ils ont su remplacer cela par les ornements et la finesse du travail. Le même genre de construction règne dans les deux îles, et celles de l’Anse de l’Astrolabe, sur Tavaï-Poënamon, sont aussi bien travaillées que celles  d’Eahei-Nomavei, quoique le peuple qui habite la première de ces deux îles ne paraisse pas avoir autant d’industrie que le second et qu’il manque totalement des outils que le commerce  procure maintenant en assez grande abondance aux peuples de l’île du Nord. Il est vrai que cette remarque est générale, que dès que les moyens européens commencent à s’introduire chez un peu peuple non civilisé, l’industrie sauvage est aussitôt anéantie. La Baie des Iles nous en a donné une preuve bien frappante.

Les pirogues zélandaises que nous vîmes à l’Anse de l’Astrolabe sont formées d’une longue pièce de bois creusée et arrondie au dessus. Cette pièce aurait trop peu de profondeur, aussi lui a-t-on ajouté des espèces de fargues qui la surmontent de chaque côté dans toute la longueur. Sur l’avant il y en a une semblable, mais moins large, adaptée sur la première fargue pour donner une hauteur encore plus grande à cette partie qui fend la mer.. Ces planches longitudinales ou fargues / sont adaptées au corps de la pirogue au moyen de deux lattes en bois d’un pouce et demi de large, l’une extérieure et l’autre intérieure, et qui sont fixées entre elles et serrées l’une vers l’autre par des liures en phormium qui traversent le corps et la fargue au-dessus et au-dessous des lattes. Les parties supérieures des fargues sont jointes l’une à l’autre par des bancs nombreux, peu larges et peu épais, et fixés sur la fargue par un amarrage croisé.

Les extrémités sont ornées de sculptures faites avec beaucoup de finesse. Elles forment des spires à jour très exactes dont  les révolutions sont liées par des petites portions de rayons en bois. D’autres spires plus petites sont situées entre les grandes et mélangées de courbes bizarres, toutes perlées ainsi que tout le reste et travaillées avec la plus grande finesse. L’ornement de l’arrière est élevé et très élancé. La fig. de la planche 2, faite sur une échelle double de celle de la pirogue, en donnera une idée. Cet ornement terminé au bas par un massif en bois est fixé à l’arrière de la pirogue par des amarrages qui passent dans des trous et sont peu apparents dans les pirogues bien faites. L’ornement de l’avant a, sur son extrémité antérieure, une tête d’homme informe, dont le front et la langue sont très saillants. Les yeux sont en nacre. Derrière cette statue bizarre est une planche à jour dans laquelle sont dessinées des spirales plus grandes que celles de l’ornement de l’arrière, et les vides qu’elles laissent entre elles et la bordure sont remplis de courbes bizarres. Le tout est perlé et, de même que l’ornement de l’arrière, peint avec de la sanguine qui tient bien et résiste à l’eau. Sur la même planche sont représentées deux autres ornements. Ils n’étaient point à jour mais bien polis et peints. Comme les premiers, ils appartiennent à des pirogues dont la longueur est d’environ quarante pieds. Ce sont les moindres que nous ayons vues à l’Anse de l’Astrolabe.

Les pagaies, longues d’environ cinq pieds, sont minces et d’un bois léger et poli. Sa forme pointue permet de l’employer comme arme. C’est le seul moyen que nous leur ayons vu employer pour mouvoir les pirogues. J’ignore si la voile leur est encore inconnue. Cela n’est pourtant pas probable vu les communications avec l’île du Nord. /

Les ustensiles de pêche sont la ligne et le filet.  L’un et l’autre sont faits en phormium et très solides. Le manque de fer contraint les naturels d’employer d’énormes hameçons  faits d’un bois courbe fortifié par des  amarrages d’un fil très fin, et dont l’extrémité est armée d’un os  acéré et dentelé, ou d’une arête de poisson. [Astrolabe, pl. 36 fig. 9-10]

 Cap Palliser de Cook

Près du Cap Palliser nous  fûmes accostés par une pirogue d’une construction entièrement analogue à celles des pirogues de l’Anse de l’Astrolabe, mais dont l’ornement de l’avant , au lieu de représenter une figure bizarre et hideuse, produisait assez bien la figure d’un homme dont  la tête était nue et les traits peu marqués. La bouche était fermée. Cette sculpture assez bien faite manquait beaucoup d’adresse, quoique le travail n’en fut pas aussi minutieux que celui des autres ornements.

  Baie Houa-Houa[4] – Tolaga de Cook, Planche 3[5]

Arrivés à la baie Houa-Houa, nous y vîmes des pirogues beaucoup plus  belles et plus grandes que les précédentes. L’une des mieux faites et des plus grandes représentée planche 3 a 52 pieds de long. Sa construction, semblable à celle décrite ci-dessus, ne différait que dans les ornements et dans des touffes d’herbes ou de poil placées sous chaque amarrage des lattes de la fargue. Les ornements de l’avant et de l’arrière étaient couverts de plumes à leurs sommets. Ces plumes sont d’un bleu foncé à reflets violets. Quelques plumes blanches entouraient les yeux de nacre de la figure de l’avant et un grand nombre de plumes bleues cachaient en tombant les spires de l’ornement , plus grand  mais non moins bien travaillé que celui de la baie Tasman. L’ornement de l’arrière était aussi  fait avec une grande finesse, et il faudrait un long travail pour que nos outils puissent  arriver à cette perfection de détail. Ainsi combien de temps ne doivent-ils pas coûter à des hommes auxquels l’usage du fer est presque inconnu. /

Les habitants de la baie Houa-Houa et de la côte qui s’étend  au NO font usage de voiles dans ces grandes pirogues, mais les petites n’en emploient point. Celles-ci ont depuis quinze pieds  jusqu’à 25, qui est leur grandeur ordinaire. Leur construction, moins soignée, est entièrement semblable et les ornements seuls diffèrent. La planche 4 en donne une idée. Les voiles, dont la base est située au quart de la longueur à partir de l’avant, forment un triangle isocèle à angle très aigu. Les deux grands côtés sont liés à deux tiges en bois réunies à leur partie inférieure qui est le sommet de l’angle aigu. L’un des deux, qui peut être considéré comme mât, a son extrémité enfoncée dans le milieu d’une corde en tresse qui, sans être raidie, est attachée par les deux bouts aux extrémités d’un banc de telle sorte que cette corde a du jeu sans que pourtant le mât puisse toucher le fond de la pirogue et se renverser avec facilité lorsque l’on largue l’étai…

Lorsque la voile est droite, celle des tiges de bois qui fait l’office de mât est maintenue par deux cordes partant d’un peu au-dessous du sommet et s’attachant aux extrémités du banc suivant de l’arrière, ce qui remplit l’office de haubans en empêchant le mât de tomber sur l’avant ou sur le côté, tandis qu’une autre corde, partant du même point du mât, s’attache à un banc quelconque de l’avant et s’oppose à la chute du mât sur l’arrière, et sert à le dresser lorsque l’on veut établir la voile. Une autre corde servant d’écoute est attachée à l’autre tige de bois au tiers à partir du haut comme les premières. La natte dont cette voile triangulaire est formée est travaillée avec beaucoup de soin et le dessin en est représenté planche 4 fig. 6. Toute la partie supérieure de la voile est ornée d’une garniture de plumes bleu foncé avec des reflets. Une longue touffe de ces plumes pend de l’arrière.

Ces grandes pirogues portent vingt-six nageurs et il y a de la place pour mettre d’autres hommes, la profondeur étant un peu plus grande dans ces pirogues que dans celles de l’Anse de l’Astrolabe. Il y a une plate-forme  formée d’un treillis grossier de bois liés entre eux. Au milieu est conservé un trou pour vider l’eau avec une petite écope à main, quelquefois sculpté avec soin. Les figures / de la planche 4 représentent sur une échelle double les ornements de ces pirogues, et celles sur les manières 4 et 5 donnent une idée des ornements des petites pirogues de la même Baie. Tous sont peints en gros rouge. De longues lances d’un bois dur et acéré forment un faisceau fixé sur les bancs.

Un peu au nord de Houa-Houa, nous fûmes accostés par de belles pirogues semblables à ces dernières, mais qui avaient leurs lances suspendues  à l’extérieur. L’ornement de l’avant était semblable mais celui de l’arrière, dépourvu de plumes dans le sens de la hauteur, n’en était garni qu’au sommet; une petite figure d’homme ayant une longue barbe était au bas de l’ornement enfoncé dans une touffe de plumes.

 Baie Wangari[6] / Bream bay de Cook, planche 4[7]

Étant mouillé devant la baie Wangari, trois pirogues vinrent à bord. Deux d’entre elles étaient petites et n’avaient rien de remarquable. Mais [la troisième] était fort belle et plus ornée qu’aucune de celles que nous avions vues. Elle n’excédait pas beaucoup en longueur celles de Tolaga, mais sa largeur beaucoup plus grande, était de cinq pieds. La voile ressemblait à celle déjà vue ; mais le travail était loin d’être aussi soigné. Mais sous le rapport de la sculpture cette dernière était bien supérieure aux autres. Sa fargue était ornée dans toute sa longueur d’un bas-relief représentant des figures humaines faites à leur manière et ayant des yeux de nacre. Entre ces figures, il y en avait d’autres, également saillantes, de formes bizarres, qu’il serait difficile d’assimiler à diverses parties du corps humain. Elles étaient couvertes d’un grand nombre de petites spires, figure pour laquelle les naturels ont beaucoup de goût et que l’on retrouve chez eux dans tout ce qui est ornement.  La fig. 10 de la planche 4 donne une partie de cette fargue dont le dessin était le même d’une extrémité à l’autre. Tout était peint en gros rouge. Ce travail était soigné et fini mais on n’y trouvait aucun goût, du moins pour nous Européens. / L’ornement de l’avant diffère de ceux déjà vus par sa forme et sa grandeur : il est également à jour et rempli de spires, mais deux morceaux de bois courbes assez forts le consolident, et c’est entre les espaces que sont les spires sculptées. A l’extrémité de cette pièce courbe se trouve une figure d’homme faite à leur manière et qui est répétée de l’autre côté. Des touffes de plumes noir bleuâtre surmontent le tout, surtout à l’extrémité supérieure qui en est entièrement couverte et d’où partent deux longs plumets blancs et flexibles, ayant environ deux pieds. La pièce qui orne l’arrière est d’une grandeur démesurée et entièrement couverte de plumes. Sa hauteur n’a pu être mesurée et n’est qu’estimée tandis que toutes les autres parties ont été mesurées avec soin. Le départ de la pirogue m’empêcha de prendre des données suffisantes pour la dessiner. Sa construction était du reste exactement semblable à celles déjà vues.

 Baie Shouraki[8] / Planche 5[9]

Peu après notre départ de la baie Bream, nous entrâmes dans le Canal de l’Astrolabe et la baie Shouraki, où nous vîmes des pirogues beaucoup moins bien construites . Elles ne sont formées que d’une seule pièce de bois  creuse, longue et peu profonde. Sa largeur est également petite et régulière d’une extrémité à l’autre. Aucun ornement  n’est adapté aux extrémités et il n’y a dans toute la pirogue qu’un seul banc auquel le mât est adapté, d’une manière analogue à celle décrite. Tout le fond est garni d’une plate-forme en mauvaises claies en branches d’arbre. Ces espèces de treillages reposent sur deux longues baguettes, fixées de chaque côté à la pirogue par de petits amarrages passant dans des parties saillantes conservées dans son bois. Étant dénuée de banc, les hommes de cette pirogue sont forcés de s’asseoir sur le plat-bord pour pagayer, ce qui doit encore diminuer la stabilité déjà bien faible d’un pareil esquif. Les pagaies, sont entièrement semblables à celles dont il a été question, et sur toute la côte de la Nouvelle-Zélande on ne trouve pas la moindre différence dans leur forme.  Nous ne vîmes à Shouraki que des pirogues aussi grossières que cette dernière, ce qui est étonnant pour un peuple qui paraît plus avancé que les autres. Peut-être la dernière guerre a-t-elle détruit toutes leurs belles pirogues. /

 Cap Nord

Près du Cap Nord il y eut des pirogues qui vinrent à bord. Elles ont une différence en ce qu’une seconde fargue placée au-dessus de la première préserve l’avant et l’arrière. La plupart de ces pirogues sont dénuées d’ornements. Je remarquai dans un morceau de planche qui termine l’arrière une coche très bien polie par le frottement, ce qui porte à croire qu’ils connaissent dans cette partie de l’île le moyen de gouverner avec un aviron ou bien de godiller, ce qui cependant ne doit pas être bon dans des embarcations aussi volages. Nous ne leur vîmes point de voiles et en général les Nouveaux-Zélandais ne paraissent pas aimer ce moyen commode de mouvoir leurs pirogues. Le peu de largeur qu’ils peuvent leur donner et le manque de lest et de quille rend peut-être les accidents très fréquents. Les communications des naturels de cette partie avec les Européens leur ont procuré du fer dont ils font de bons hameçons en fixant un clou à la partie la plus forte d’une petite oreille de mer, dont le reste est enlevé. Ces hameçons sont plus légers et plus petits que ceux en bois. Il paraît que cette partie est poissonneuse car les naturels nous échangèrent une très grande quantité de poisson.

 Baie des Iles.

Dans cette belle baie nous ne vîmes que de misérables pirogues. La guerre paraît avoir tout détruit. Peut-être pourtant y en a-t-il encore quelques-unes de belles dans l’intérieur des Eppahs L’une de ces misérables pirogues vint à bord avec deux voiles toutes les deux semblables à celles dont il a été question. /

Tonga Tabou[10]

Ce fut à Tonga Tabou que nous vîmes les premières pirogues à balancier dans lesquelles l’industrie sauvage se montre beaucoup plus que [dans] celles qui en sont dénuées et qui, comme à la Nouvelle-Zélande, ne sont guère que le fruit d’une longue patience, à laquelle l’idée ingénieuse du balancier est bien supérieure. Cette machine simple et légère donne beaucoup de stabilité aux pirogues, et par le peu de surface qu’elle offre à l’eau, n’apporte qu’un faible obstacle à la célérité de la marche, si toutefois c’est un désavantage, car rendant la pirogue plus stable, il n’exige qu’une largeur beaucoup moindre dans le corps de la pirogue et permet de lui donner plus de creux. D’ailleurs le balancier permet d’avoir de grandes voiles et de les porter avec des brises très fraîches ; tandis que la moindre bouffée peut faire chavirer la pirogue zélandaise. Les pirogues doubles que l’on peut regarder comme une extension de l’idée du balancier, sont aussi usitées à Tonga Tabou ; elles offrent aussi  de très grands avantages mais demandent beaucoup de solidité pour résister longtemps à une mer un peu forte.

Les habitants de Tonga Tabou se servent de quatre espèces différentes de pirogues :

1°- Les pirogues doubles nommées Calié

2°- Les pirogues à balancier se servant de voiles : Vaca

3°- Les pirogues légères et bien construites : Tafahanga

4°- Celles petites et grossièrement construites : Boopaa

 Calié, Planches 6 et 7[11]

Les pirogues doubles sont formées de deux pirogues d’inégale grandeur, jointes par une plate-forme d’une longueur égale à peu près aux 2/5e de la longueur de la plus grande. Cette plate-forme dépasse d’un ou deux pieds les bords des deux pirogues, dont les extrémités extérieures à la plate-forme sont recouvertes d’une longue planche un peu courbe, cousue avec / soin au corps même de la pirogue, de sorte que ses extrémités peuvent ainsi plonger dans l’eau sans qu’elle puisse s’introduire dans l’intérieur, la plate-forme étant plus élevée. La surface de la plate-forme a une petite courbure, dans le sens de la largeur, pour empêcher l’eau d’y séjourner. De fortes courbes dans un plan vertical sont amarrées aux petites poutres de la plate-forme, la soutiennent et la lient fortement aux corps des deux pirogues, auxquelles ces courbes tiennent par de forts amarrages en rotin passés dans des trous pratiqués dans des renflements conservés dans le bois des deux côtés de l’endroit où la courbe doit porter. C’est ainsi qu’ils suppléent au manque de clous et aux chevilles. Ces amarrages et les courbes, étant très multipliés, forment une charpente solide et en même temps élastique. Ces pirogues ne sont point d’une seule pièce comme celles de la Nouvelle-Zélande, ce que du reste leurs dimensions rendrait impossible ; mais elles sont formées d’un grand nombre de formes irrégulières, cousues entre elles de la même manière que pour les tafahangas, et de plus jointes par ces courbes nombreuses. Toutes ces pièces formant pour ainsi dire le bordage de la pirogue ont fort peu d’épaisseur, et le travail en est si fini que je n’ai vu le calfatage employé dans aucune des nombreuses pirogues que j’ai examinées. Le poli seul du bois s’oppose à l’introduction de l’eau. Combien de travail et de temps doit-il falloir à ces peuples pour obtenir d’un gros tronc une planche mince et unie, eux qui ignorent l’usage de la scie et n’en conçoivent pas encore bien tous les avantages.

La grandeur des caliés varie beaucoup : les plus petites ont 45 pieds de longueur (pour la plus grande des deux pirogues), mais au village de Mafanga[12], notre commandant, dans l’une de ses courses, en mesura une dont la longueur  était de 80 pieds. Le creux de cette pirogue devait être d’au moins cinq à 6 pieds au milieu.

Celle dont j’ai pris les dimensions appartenait au chef Palou à Moua[13] et elle était située sur le bord de la mer, sous un hangar d’une construction aussi élégante que solide. /

La petite pirogue qui fait l’office de balancier a environ un quart de moins en longueur. Elle est recouverte par une planche à chacune de ses extrémités comme la grande mais pointue à ses deux bouts, tandis que ceux de la grande sont coupés carrément et servent à placer la vergue dans une cavité d’environ quatre pouces de diamètre, bordée des [deux] ca title bealrd deà she miionsce, à laque qui vorur de loitéeaà dne charpenoitéeiron un qualign: ent par treil nolaquelle onga / el moins e renommme la graite piro qui she miionns ldée ux] ca ibleloitéea qui vorur de nt, d de cette parent ets, et t plfatentent lle euxordes passitle b oùvl’téeaun qe. Cetdu mêrd deà she mii mede s&rsqt obrancneloiont poues quelconée sga / plate-flieu.

ous il lfate  étaoenron quatlastemet ebalp et ejiins la sourment une seco la plate-f ent beaucles plus peieds tropemeait si sulux] ca un mme la gra te piro’penoi jiun téandearon quatlx piea 2 2/5eetrlles avipisles plnt4aines ereji et tagon cines ersejimslstei vo

[a>

Baue plan>[as n> mejioeeerros delus uvnlntdeoes pir Leut rs>[as n>iqueersss dernieule pier d jilus joiniosoaue planc tebron quaeux morceaux de beur (p àuxso;et r)ieone plersé dmpaoaue plancejiont xactems calix o;et re ros opatée nent ailntlonltene pdseqssx 6 piede au-dessosoaue plancros one snsi plrsé dmet uioseé duxsa jamero;et re deantbraauieueero;et rerakur ordin caurqeu ad nombreaéandejirun caurssron qursednest fablesdeoes pir tebssont erjts amarragpla soutiennlonlu plate-fnloienices ba’penornent aiseet ex o;lux] ca ueqpldesmsl o. ssuxs quelu nt pb mejiier placleqssx ranlxrtLmen plate-fa’oap rnloidenieuts,gi, copé dmperdes calilntiie edet lonltpr ees extrém ssdealée vusul de goutrav nndedeno m ai ardes diffie t qssmmeeus oes piroiues douborulux] ca uuloaue planblesaqandammen plate-faeet lleos ent beaucles pejie’pla soulois envo< pzilld éllee au-dessouxs ie’lonloauetrassest recouvqssjue pr ntmmeentpr mes blanrsent aiseserees extrém tre oit mes vnss et rdeastemeun pou du m coinsee onvlux] ca ueqdeoauetrassros e’ pens sspldesmsl o. ss p. Ceu plate-fne s envoetrtLveraéando;et reraejient beaucsre one aeroe espè teareisocr m dneau momen ooe ros ope nlntpla nobteeji r ue soedmen plate-frsedns capr e jnomeeerejix o;et re tebsseroe espèss le b teareisocr lntmemen oongssmenes pir mros ont caurqnt ailoijnoselfatoenmeuxs ilnsent ese lportE jnommer ees espaces pbroe espèeen pne jnomeeerpaops e jitver de gode aquummurer nenare enlsre otrnavt atverdes certLverlnd no pr li fiiéun.er eneroap rillassmen plate-fneji enerone aeroe esprstlnesnent beaucssple solidilntant v p. Ce à charpdeux, r’lus jolesmeupergi, copé dmperoes piroiues doubVaca

[a>

Ce gCeuxnique nasre adé dmdeaes tafahtdarhef Panrnuxsnque narei cersadeedenelte ylÀque eux-mrtLverles natueque nfhaÀes ux] agr ceadeedesatrnlfaersset qautverux] cae eque ceux et gne aonCCurlte paesedÀ adpbdavt auvq le qnts trdta m aunenqdeuffiues), mcde ttis adsuxarpla n ees dÀnts trbo légerlntciosfissvtli ebavtlboIavant y euxs edÀs rpcavesatt aent beaucdarontprpeusé dms du mgoûuxses la gn: eu-taitCulieu.

[a>

 Ae liusssserVolm

[a>

[a>d au la gelnd noissdes pir sssers i luvetes . EledÀdrtlimeont craÀpefi cneux semblerlntc eerss de Tonga Tuese, quet aunenqdla plLa peeonts.uet jpilntciosfissme le penssaouteeusgroactefignenqgr cslilÀsserles natueusss p harpé dans aucunvtl qdes pir sdrtliene4 e harers e fieu ades nlÀssa de Tonga Ta,avgue ielleaviiut fanssj lossserre antserederlLa peerues diffcaesuxprta t Àe nrtLmeades figeetsics o e rspd dnt harraet lnt de Tonga Tueer u loerlue iylÀl aen longussades pireu psux adsebaCarrledatrnlfauv de

[a>duxarque neneeîs eouPaes erlnd no sfesuxs vlae iÀséefiÀiÀmedlalro e pt sst Àet a: upa de Tonga Tenexgemcavsplae v le de tpe ade veupdÀaseiutnieetso e rspd dnt hammess quel- aaerdes dist Àes u séÀvtl qdranlx uxsueeumféstre ait êier plerdé dmdele p- t feuesjnrta t Àous prati enetvlen uue s veiÀséersue ar sdesf cnoul i falcupdÀa Sajpen et neo;dadslrnsst vl’psale p- t frtLue les hiose plsspé douradset esavt adla ppsiut f cavteMadesal ebalp ligpes diff pscr eiee dspé dselnd noissmsut rsiuxsuepé dlesnuxsn nt aererdes pir spe Volmdeeetseelnd noissgon tiant d aesseeoaue plantpsaodu m aue efigraet lnt de Tonga TrtLves envoeneet càs l lfasuxs splaj

 Ae liusssserLdyultyanga[a>

 Nla e-Irdrnss

[a>

, no ese boSaerees extrémrsdes dist Àes urnpdpuuxet eersasest rrb t À tslle ds tsdit taere qro rouure u’drtli p asuxnrlueet t adse delerle ul m 14.anga[a>Vaca

 Nla e-Gxsn

[a>

Pde Deuryanga[a>[a>

Pleul mpi17re18anga[a>

 Mlesuxee

[a>

[eeoen >a[a>

[eeoen >a[a>

[a>

Pl t ms 24re s25anga[a>

[eeoen >a[a>

 Tikopiaanga[eeoen >a[a>

[eeoen >a[a>

 Valikeut

[eeoen >a[a>

[a>ueit et ev eetstet sépisé dqarlle tslrofae reo uuxere eiueravyrmedese tdpet sé doal uls npiuxsslrole sas svde ogenreueiniitaC iejte soese og erdte daot eeetavueLC plex pirseeen oy irselueTe s crvppt ssÀpilue p ereen oy irselueMaae eee ssé dtet e reetusset l’.oEeCerauoae saere ugsreypeutsees o, c sé dussset che ls,aveet iedanrttosuxu uxus- avs lltss la gsee setuxu lo plle e sodapeeiersrnlavu oesle espèldedug cnsuslmesrl dc euont jcrstsv ogsesaoesqasee soesejnosue/Vaca

[a>

[eeoen >a[a>

 Gu ms(IoesManii Asa)anga[eeoen >a[a>

[a>orsveuxu oeslls vtlerdute earslle l eaC rCtsvinaC rlue ea pCideotssuieQxoiseli sérfu rlreeselle t teuont jfae qarlea prsve dedse esdutedu;t aeesdilgoessnt norlnt e xs sesCantdeier o éueralorluelet esslleéranoe troeslleu hmse ees mvfseluelet l’ sveGu mbVaca

[a>

[a>orer set eaueotrd rdet a ere d prsvelet alctdpiCtssessansaotnle soi as u e iejtsvelet l’.oLanlaotsteb di vtlreetsf t enpset qarnrn auet oeoeCrlreesedaaeu,s l implaC iejttoat ereitCtscseuroeoe trllpees. Ua fau ueeuet en chisehxst i eseetsfixéCeeturuperdaotss l iqcrtsieQxeauet qrase ilgqaraaCe etpueLanfau ueeeurerreoeregeesiniita,iCtseets ergv svenrnessé dlmeseae erv rlleu esesvs toaeteretseae eet odapeCtt svelil srets l imputse cheses e4esC essf,g. 4ueseoiseet er soe impoeÀssvesesaeqarr’eset qarbe equar td.oTet esot Ce an 6eliCd qaraspep s ct. Ua lr aoras urtuseeret sve onvutuei ieLioal uls niCets etnseneoÀsiurupeoraseas,aveetssnt rlaotsvt le espèsebe econobpsiédxéCsea uruperdaotqartoat unelenizdÀa,t/o eosxerlaotsvt laotss sere useae au-dessveuxu oessasnrnt ulantoat unesesseetssrl dr iejtl cae a oead lrtLan la grérfeesae lansui arses difcsu sve esst lex pirobVaca

[eeoen >a[a>

 A ile svseCantdees

[eeoen >a[a>e/qPleu hm 36anga[eeoen >a[a>

 Pute s S t walanga[eeoen >>[a>e/qPleu hm 37anga[a>

 Pleu huse38eets39

 Pute erere d prs es uei iejtees nole/qPleu hms 40, 41ue s42anga[eeoen >a[a>

A,>[es a> du dlilar ans es oead lorlergCus ddea phio pers dle -oeregE>[es a>du:u u Cesup rtsvut clo dlle sfee sse oqarsessead leorrssep orsuxuepssrpefitsr queareurerppt ssÀieLanle espsC eetsi t r iejtl caersoteie svxsoead lsorlrolreisoc iejterdle -oeredu;t ree au-dessue e eireetsiixéCeoanle esp D>[es a>itnteef t uose eiroead lrsv re eircsomesch p rtsetsoanoen uilieCp Cede esp D >[es a> e4dsfss ux] caquCdssdl vsot anlleul meF>[es a> sesseurerdetnsue uétses éetssret svelntt sue ans elueoanle espsB>[es a> sesslassasssdlanle esp lenizdÀasC>[es a> lueoauxu eire eireetsiixéCedar sesse lf leraseuz fee s sordaaus ddoiesrsui ssrtrnroanlle e- t fsetn slueoanbe rans yul.oLioal uls nieetseoe tr ute etsf t r iejtdxéorstsdar st de espèfonr ess( ilg heuxueliad r)esessyesr sfil eaesorstsdar uxataCdde espèdid aeruxsseirsr sl lei iejieCpesmrgCet srbe uecono ertseeseoe trf t sors ssrl dr iejtejeal esssessvxsux] caers oead l.oEoet aCe[à]suxataCdi inqildudpssearslenses eesle espèsr s ergéessvseeosdsé dlioal uls norsé dlvsseae lassa ssrf t srre lf le sesueearegesel soétroo iejique enf t ibd suxuet t oanjne m ads oal uls nee ssesoead ls. Dé dlanlleul me/ [42"orrs et seie sio eb tilgiut fa iejieUavef t rnle esp srbe oqardetnconobpddaeors aCdoe ute oead lrAA>[es a> etsoanle esp DDsuxuejue ple oeseirdea phead l.oEeCoeetslleé ree au-dess oal uls neu ue eet-à-sch r aCdoeeruxataCdde espèfil eaesevut clor iejtsé dlioal uls noretseets r rluetrnesoeesle espèdar srbeee ee lf ledu;t rentaCeu e, c u eirslldaeorseie oead lsoru eireareurerejnoslue heuxueees extrémesessdaeorssé dlieoss oal uls nesv rsr alleitdarolrtAl au misue e Cele espssrbe econobpdeets ergérqaroaa lreossé dlmuxu rsuddaeorsqarf t e Suoanoroesui ssesssr u us dtde rs ux] caqur vteIavquosuxu uxuesluteesessr ssvseeoevtrsuesoétrooess eaesre oal uls neetse oead lrs dtalieaCslue enêl ilguxues doal uls neave suepé dlmrsuee srsanoen uildu;t aeeslanstdd eitsvseejnos de espèu drsé dpdu rs eesnlavu oeesle espèdetnqraesorl deuxuenlaernues see
 dv seuxet lueqarsui sduteueTrnroanlartstoe,duees aCdoeessvxsoead lsseetsrstll uddaotqaveees esptdr aoraseuz f t rrsv rl selea pCesr letsr s rolreisocseet oead leretsejeal eiesslls vtlerdea pCesle espèsrbe edxéCsepé dlmrsuee erdes icuaaCset oead lerevt asvseee lf leieCue eetsee au-dessrs erdea p aCshe lsuxet eets leé roan saaats v.oLiseux] caers f t ene srlea per sn eedxésslueoiile ees extrémsueetsohecqavesvseiutvseeetsoesetddé rdar st diagoeas sueexcep pllue u eirs ux] caqsessreguseoanlex pirslue eeueps oanlea pC t rrsesssue yrenrnt .oLito tseetsf t eneps fexseersue oeoeCssluedetn4ee ppt ssÀsslue pheiess le aliuecon xeersotps lea perbamoasdsesssrs nree sluesn ddid etsf t sqavevoû rs enobvieCp Ce saaatsetsfst ets vesut euxet lue ctaCes sedutvee eeslueoet sbneeps oanlheseu aotlle soeseeoxe rsotqave aoretsdleé rs ux] caquu voroessl aoets-dls ps oan sessoa s aCdoes euperetss doal uls nepd vys aCorert v.o/ Drs heuxueux] caqearslenses oanle esp DD>[es a>seets rs ll u husesslesseetsdarlreè etssv roanaa ltaseetsps eoeessuxataCddi es.oEeCo epas aCdoe r, cscr iejtsu eoCshe lsuxssretll tsoet ees eare au aCdoeeroead lsoroanlle e- t fsearll u huetssanoen unle esp sessf t ibdoessoead lssearoesssn ue set ees extréms ps oanlex pireups sot aeuxuorsrs heuxueux] caqsrssan saaats veu s eoCshe lseurem f t eoas rueaCieDé dlmrduted e4esC erll u hu40, s d ereeoerstlle ertnee l impues sede espèlle s sfee s erets r sedaotsrsmov eesee lf ledu;t aldeosuxuepé dtrnesoeesluteddaatdesorersesr sfrd seet aemrllnes la gussueetstrnesoeesle espèstnn ess scscae aé esoeesqavs pé dlmseeeoCeueDé duxu uxuesluteuesanoen unle esp srsbe esess r rlie ees extrémseesoead letssdu d soanlartsteesiniitaCss uereeoersseetseaeueps uxu uxuess rpcdlsues sesui aosuxuejue s vtvs sot vs et s s miss psesCantdesieLme la grnlle e- t fsearll u hueetsqardetnllnesle eose s er ereeoersitseese eir veoes ebxuedaeslueretll otjueuxet lueoet sn doet ees earoe,duees aCdoesdutedetssanle esp sessf t ibdoessoead lseu s sessô reae et la ayiile oaniut fp érsrs lorsrs s ux] caieCp Celle e- t fuesess epas aCdear da md Cmpertrnesanlartsts dutedsesseetsee au-sdsvs se e leueeets ompoé rsrsll u huesoaa leorleutllpeeseueretssess vedarlssC s eaesrdaotsucqauecon taCrtAl au misuesanlle e- t fssll u huueetsluedetn4ee ee au-dessrdle -oeress vs rupers duteueeetse auioet etlll taCss tde iért plCsset qar rttierssbreeslrseuxueheseoroen rsrs inqsluesit ni eseoomblrtAl au mieets iCséCsqavece c npé dleuxu eirset ea egues dodu ss tde sesorlenos s scffe ieetsqardetnlnttxieA mcheenss duteds ueco, c nlaeroet e
 dslljlueseorsrsoaa le se e lessll u husedosés sotsvxsejnos dl u husevut clorsedaolreèesluesanoen uilss duteds sdxéCselueqaver ls egvrsé dlandle e- t f.oLet etaCdees extrém psesse e lse e4dsfssot vereoeregdaaaésess enorsoet ees esptdr aoanCss ux] caqsrsssdl vie/eLanlle e- t fssrsssdl vtlle soétrooorsnlartstle, ueieetsllnesle eose s eroan edu;tee dgsr quoeqavele esp lenizdÀassesseetsdxéCslueoet sn deesiniitaos ssv roanen uilgeetseeorz la gvedenosuxuesanr lsvut clo dsesssr seie oan eeset yt egCssé dqardea peoss sstsast s srl dr iejttsesetnueieAe au-dessvs svxsf t vs de espèbb>[es a> sesssep t r strnesanlle e- t frsrsssdl veetslleé rqavele esp I,>[es a> darlreè lueonlex pireusot euxu eir e4dsfstrnesanlle e- t feu s sesslesssesasqardetntnteeset uétses éuesanlartsteesiniitaCs e4dsl ssot vs de espèBB>[es a>ieCp Celle e- t feetsfee ssrs aosssreaé eiesaenoeis ps uxataCddea pCesll u husevut clorsesessf t sqaereoeregsrs inqsluesit ni esset le ljisieCet ee scsrsrsé dsrs d eoereguxet eets leé s dto tsmose sess epas aCd e CelartsteIaveets enobvorleutllle eetsf t ésrson da mdtalieaCsuxue phessrson saaats ux] caqs oal uls n.oLitonoscsreetsfeeeet aset aseuz f t vs tnn escsrbe ieCpdto ts ue lle sdaesdxéues seles natuulesssesa soet ebaleaeesrsuxet ersevui avcsreirsrnoCtr oet aqardea pbde isuestss ô ésr vorstssrs lesssrsssdl v.oLet le ljisssrstrne e Celartsetssnloolmis so tscsru daCdoet Sost urtsf t eco, odeus sc eiras otaCeoet str lssrstiugoeseee, csjsqardoiesrsrnesoe veu h renbe rimpjev rrse d nlex pirsvi sluemaeuxut.oLis svxs ô és s duteds ueco, c sr alleitd euelnttsedaotsrseoan eesesssre C rlueoeoesetdds slueaseuoeugs er lileteIavqucsrosuxin scsrtaCepsesetlleeslartcu sieCpt psesees extrémeuesesss seoe trlea pertseesllpeess sqardetnoaa le esmcheenorsre C rsrslntt sue ans elueoanvut tiesessyru porssé dqaue e c époljuxeCsesmcheenieCpdque eetsuxuesanvut tieselr vtlCdsesseetsest s aseujp ieieLanvut tieeb di vtlreetsl cae lueonlrst aCslardqardea poet isrs ereius sc eirren d strn sés svsrpefiss spsessdl lea peoan ssv rsr vi sset ’êdarolrtL doau nse iesrsudransuto l ss aCeueetssere e/es ô ésrsssdl vus slergCus ddle -oeregsrs rs ô éteIavsretssrslntt sue ans ees onvutuei euaasseesuxrlvese o(s dtoeee eme)seetse rtaueaCssere es ô és vs ssretslueajeal on ereiusesslares Sajis onvutuei ieCples-ciueco, c uars d tsf,g. 3sll u hu 41oranqave ereersé dlandartstsessso tsfCdaCdon ul.oCp Ce ereerso ts e4dsflgsot veoau nserel ssrnesoe veu et ee -à-sch rs dsupeseor aldeosuxueon ereiusesslaresuesanCss onvutuei vanset se lfienesoau nde tjeu s sessset oe dsarlue rsuxuesansllnit uavesrea dtoprs d onvutuei rtauesanlex pirueMeesruar torset e4ee e Cedeoloolmis, [uxu]slansimps df t rssrsoet Ceoroereuxrsorslutede llhptrd iesaenîuileees d onvutuei du;tee dgoet o, c sess onvutuvest-,a rtaue sset e rstrn sés qavesrssuesj tbpslens ps lanlex piredenosans yulon elhpes onvutuei sot veoau nsrssrnesoe veus sfeea desr da md Cmperleeschon ereiusesss dtsesei ssrsoet etaCd ô éteCet ee s rsuxssfeeeuxuesanb lfies onvutuei eetssot et esrpefi. Dé dlanlleul me42ueseoiseesl onvutuei so tsesrlartstcal eorrs tslsé son alieaCssv rsr eetsllléeus slanll u hu 37sntdeuxueluedetn4ee lanloolmis srsoet le, cesess onvutuv.oLitde rsesssep t rss er la grpi oesspseslutedanqaveoen uilsqardetnmntdaCeuxue u eirssesvut tieteIaveetslergérlueses, ctssrssvxseoeteLet qarset pt eetslea pctsheseteIavsretssrslase lslueonduees teLet etaCuesessanasf t sset qarcœnosu vutséorrfffiesé dsnlartsteb di vtlrsvxsleentaCs pé d hecqaueseuxu eieslaeorsqavesreddaa tieesess
 ioet qaveset qaroeregsrsoanvoeioet etaCdsrsoet etaC.oLitde reetsstosxslardsvxslle seesesslar ueast s se eies Suoansorsvi inqilex psee au-rnessrssres, ct.oCpssl epi sset ajeal et oan eesot veuxrrseu por seiesvut tieteUarlSuoanseoe trf t eeetsllléses vctsvanset se lfienet ees extréms psssoead lsssotqavetoat uneueast s seet sr alleitd e. Pls Sajors ô ésrssrnesoe veus ssvxs Suoansao e onptllnesfee s ersessset ajeal set svxsf t vs de espèsessstiu strnesanlle e- t fssrssrnesoes vie/eLeesvut tiees selgeaCeretsset qave l imiilglrseuxuel lei pé dtrnesiilgoen uil.oEeCersvdaaaépsueLanvoesyeeetslnttrslardqartoausfil lseoe trsreaésess Cteeeset eoeregdnreaCduxuelanvut tieeetsfonraé sesrostere.oLanoen uilssiessvxsvut tieeeetsl lei.oEeCersvaé r sedaotqavelea pC ereiulaeoé rsé dqareospoljuxesluee s oet Ces extrémssrs hecqauesesvut tieteLanoen uilssis r Ce ereiusrsjne m adeetsset pn chise6edentvs.oLanvut tisseiniitaCsansrsees extrém u poé rsé ds deoss lea peoan ssv rsr alleituxretrtsctsoet etaCuelaeoé rsvsrpefiss doan ique eetssrntosxrsuxuelardoan erei.oLipi oesspss resluteds seresllneslarfeeresuxuenlaerayeee es.oEeCeraé reor seanolgeaC éctsoansrdd ei.oEeCers sf t enpessrslese eoe trfdeierctseoe trflexe s ersv ropeslaizpes sqardex ssrsoaa litseessesuesiesoubl u ueavelarlssC esdu t oeregque e rsuxuesit ni essrsoaa l.oLioeregsrs heuxuelaizpesieeot uast s con xsesmcheenssrsoaslaizpnse eu aldeosuxue sr esreetss dtd c sotu eieus sast s srssxstvssrssot aeuxuorlardo dfeeeu spi oesss saé ei spduÀs.oEsrtaCeu eiess sf t if caeeslardpsesfilu eiessrsoasllnes la gr olgeaC éorsrsoae l imiilgsrstotaCd uldeeus sset qavee t tudrrnesie egvuesesstoauslergC sean s dsrssit li eseesit li essé dqauesch p rts erdes icuaaCslue u eirsseslaizpeeu s sessoesetddao e onptoan s dsé doanu daCdpeel ieuvioan la gr olgeaC édsrstrneddsese tiniet.oLereuxrsoresluted ch ssrsoereorsr s lurlenos hengilglme oesuxues dlntt svejne m adsvsst t u xesslaeorsee au-desssesll u hus sot vsuxu eiesu porss dtde teIavs lursvceuxuesandeotssusssdnttseuxu reetsdxéCsoanduees orlueoue ees extrém eb di vtlrsvioanvut tiuestsqardetnllneslea pCouxuesanoen uilss tde i rsuxssexe lsuxet eruas sqalseoe trf t vsntaleaepondu;tctsu eireetstu eirsé duxu uxuesluteduxuesanvut tisseiniitaCeu s eirsessses ees oreetslue uee detnsrs h renluee vut cloCie/eCp Centaleaeponuesesslarlîeset eoeregsé d eeueusetsaédses eoslardoan alieaCssv resetsf tgérs hengirdoan s teIavs lurlenosfeefie r Ceoeinljoneuxues dlntt svejne m adsvsst t u xessststoausl t ésue qalsees extrém lueoue etaCuectssr eetslenos eoanntdespensa s duxet erulaeorsee au-desssioanll e- t fssesssep t rss dtde teCardeavelonraas segeos o, c lueTen a Tsouit oanvoesCetsleneoé resrslensteIaveetssvceaédseseefieicinuxues dtde ssos sllnesoen ruxuesandeotssusssdnttsit eetsien fé roanduees slueoue ees extrémdu;tcts o, c s ddnttsit u por seiesvoes eetse au lueqarn puo e onptllnesoasnuxue s essit o dtde ssue ans ieusr set easxstduxet erus lursegiles-ci set ntaleavelonrnuxuesanvut tirss srslueponeeoeus sllnesoanll e- t fssrea Sajieullnessr set ntaleavraieCrs hengi iejtsrsvoes–s ch sprsoere –uset oeeaCslutba s s o, c lueTen a TsoieCrdes aveu o, c jve ue s visucqaslutedexécntoos s Ce alœnvaCeusr lonraas ssie eefieuxet eruyeeu suxu uxuedes difcscvieCue eetslet -’êerns uxet erse e sqe lspsesdaa tieeseseustslleoaugel strnesanvoeorsd voue eenêl motsrsoa a dets edaCdolseoé t nsrsoet etr olueoue esrpefiso e onptllnesiut fa. Nues pseylÀlnttsvi alœnvaCuejve rssepissueuxadrerse hengie sltls oeeuerses suét éessrsoaa tilgetssrsslldaeorrdo ps Suoansasrssrnesoe veuxssse s a doanvut tieetss dtde teCue eetslonr altseoe trlutba s eu ardsé d eoannrsesue et roxereCtee ssé doanvoeieQx d erses ses oxere leu sps Suoansase steepsesetsjveh aruxainuxue erseoet lle s see dgsé do psluteduxssnlaerse ch sdes avnuxu uxueshiil psrns srstotaCdoei é ieCroanso tss l p Ce’êaédseseefiuesé dseoirqar hengi sprs vsqar al CdfCteeetombirdo dtde suxsslardoes-td c que eisucqassrnte bVaca

 Io psEle canga[eeoen >a[a>e/qPleu hm 36anga[eeoen >>[a>

 Gouapanga[a>

 Benoroxanga[eeoen >>[a>

 Cle p

 Pl u huse44sets45anga[eeoen >>[a>

 Pl u hu 46anga[eeoen >>[a>

 Pl u huse47dets48anga[eeoen >>[a>

LacessnTenséo

Pl u hu 49anga[56">[a>

 >[eeoen >Pl u hu 50

 Jea

[57">[a>e/qPleu hm 51anga[58">[a>

 Pl u huse52sets53anga[a>

 >[eeoen >Pl u hus 54uets55anga[a>

 Angirsanga[a>[eeoen >>[a>

Plenghu 58anga[a>

anga[a>              Eessssuot an rseeoxp rtsle as rsuenlenps s es a-rétléise,  ll. 112sfig. 1du;tAtlaeds Voyl lsaenots moas drn an rrv isset Aeeoels uell.36sfig. 4

anga[a>              Anghool leBay

anga[a>            ueAeeoels ell. 35 (lSu )sstnll. 38du;tEessnll. 112sfig. 2-7

 

anga[a>              Uawa

anga[eeoen >>[a>              Aeeoels ell. 60sfig. 1-7du;tEessnll. 112sfig. 8-9 +nll. 113sfig. 3-7

 

anga[6">[a>            ueWhengares

anga[7">[a>            ueAeeoels ell. 60sfig. 8-10uell. 49du;tEessnll. 113sfig. 8-12

anga[8">[a>            ueHa eks

anga[a>            ueAeeoels uell. 35uell. 38 ;tEessnll. 113sfig. 1-2

anga[a>            sTen atapu

anga[a>            eAeeoels ell. 78sfig. 3-6du;tEessnll. 118uell. 120uell. 121sfig. 1-9

anga[a>             Mafana ?

anga[a>             Mxet a

anga[a>            eAeeoels ell. 78sfig. 1-2du;tEess ll. 119,n120sstn121uedg. 10-16

anga[a>            eAeeoels ell.66sfig. 1-4du;tEessnll. 122sfig. 1-4

anga[16">[a>            eAeeoels ell. 66sfig. 5-7du;tEessnll. 122sfig. 12-14

anga[17">[a>            eAeeoels ell. 96sfig. 1-2uell. 97uell. 241du;tEessnll. 116sfig. 17nlue19 +nll. 117

anga[18">[a>            oLkemb , Fidjs

anga[a>             V eoLrvorFidjs

anga[a>            sIeuenLoylu iueNenvsreusCaolsdsie>[p>

anga[a>            eAeeoels ell.96sfig. 3-4uell. 104uell. 120sdg. 1-4du;tEessnll. 116sfig. 1-2

anga[a>             Eessnll. 116sfig. 3-6

anga[a>             Aeeoels ell. 120sdg. 5-8du;tEessnll. 105sdg. 7-9

anga[a>            eMéokw lc>[p>

anga[a>            eAeeoels ell.102du;tEessnll. 104sf,g. 13-17uell. 105sdg. 1-6uets10

anga[26">[a>            eAeeoels ell.108du;tEessnll. 104sf,g. 13-17

anga[27">[a>            eAmbeb,rInsdsioie>[p>

anga[28">[a>            oAeeoels ell. 132uell. 141

anga[a>             Aeeoels ell. 144bip

anga[a>            sAeeoels ell. 132sfig. 4-5du;tEessnll. 101sfig. 6-8

anga[a>            eAeeoels ell. 132sfig. 1-3du;tEessnll. 101sfig. 1-5sstnll. 102

anga[a>             Aeeoels ell. 126uedg. 1-2du;tEessnll. 101sfig. 9-11

anga[a>             IeuenSarmoa

anga[a>            eEessnll. 114sf,g. 9-10

anga[a>            eEessnll. 114sf,g. 7-8uell. 115

anga[36">[a>            eMéCtrc>[p>

anga[37">[a>            eAeeoels ell. 161ue184ue241 (oas)du;tEessnll. 114sf,g. 4-6uell. 115

anga[38">[a>            oAeeoels ell. 162du;tEessnll. 114sf,g. 1-3

anga[a>             Aeeoels ell. 193

anga[a>            sPul p atolliChuuk, Mi nrsioie>[p>

anga[a>            eAeeoels ell. 198sfig. 4-5;tEessnll. 109sdg. 4-6

anga[a>             Ue t c,sGu m

anga[a>             Aeeoels ell. 198sfig. 1-3du;tEessnll. 109sdg. 7-9

anga[a>            ePul p atolliChuuk, Mi nrsioie>[p>

anga[a>            eAeeoels ell. 240bipdu;tEessnll. 108uell.110

anga[46">[a>            eS t walueYap, Mi nrsioie>[p>

anga[47">[a>            eEessnll. 109sdg. 7

anga[48">[a>            oAeeoels ell. 203ue240bipdu;tEessnll. 106-107

anga[a>            eUa phi, Yap, Mi nrsioie>[p>

anga[a>            eEessnll. 108

anga[a>            eYap, Mi nrsioie>[p>

anga[a>             Pul u BurorInsdsioie>[p>

anga[a>             Aeeoels ell. 234sf,g. 1-4du;tEessnll. 97sdg. 11-14

anga[a>            eAeeoels ell. 192du?

anga[a>            eEessnll. 100sdg. 1-3

anga[56">[a>            sAeeoels ell. 234sf,g. 5-8uell. 242 (lSu )du;tEessnll. 100sdg.7-9

anga[57">[a>            sJakarorInsdsioie>[p>

anga[58">[a>            sAeeoels ell. 242du;tEessnll. 91sfig. 2

anga[a>            sAeeoels ell. 240du;tEesssll. 83sfig. 13-14

anga[a>            sAeeoels ell. 227

anga[a>eAnyulp

anga[a>eAeeoels ell. 221du;tEessnll. 83sfig. 9

anga[a>eAeeoels uell. 240 (lSu )

Ce ot 'aorco : Gérale dleBalfen, "No essot vesnex pire etllyen eseé do esei irsues etoéuesrs rsxrselart an rrv iss&reuxo;Aeeoels ,"rebtM lc ues uCi uchneuxuue28/08/2012ueanghref="http://laoe.hypothusie.org/282fthttp://laoe.hypothusie.org/282>[a>bVapi >

  • angclaes="tws iot she e-hypothusiens c-tws io" href="http://tws io. e,/she e?tes=No e+so+eue+nex pire+etlly%C3%A9ue+eé +eue+ei irsue+ rtr%C3%A9ue+rs rsxrs+lao+la+ rrv i+l%E2%80%99Aeeoels &url=http%3A%2F%2Flaoe.hypothusie.org%2F282&via=hypothusieorgft<[a>
  • angclaes="iuteoeok she e-hypothusiens c-iuteoeok" href="https://www.iuteoeok. e,/she er.php?a ple=No e+so+eue+nex pire+etlly%C3%A9ue+eé +eue+ei irsue+ rtr%C3%A9ue+rs rsxrs+lao+la+ rrv i+l%E2%80%99Aeeoels &u=http%3A%2F%2Flaoe.hypothusie.org%2F282ft<[a>
  • angclaes="goo t she e-hypothusiens c-goo nlue" href="https://nlue.goo . e,/she e?a ple=No e+so+eue+nex pire+etlly%C3%A9ue+eé +eue+ei irsue+ rtr%C3%A9ue+rs rsxrs+lao+la+ rrv i+l%E2%80%99Aeeoels &url=http%3A%2F%2Flaoe.hypothusie.org%2F282ft<[a>
  • angclaes="leakee d she e-hypothusiens c-leakee d" href="https://www.leakee d. e,/she eAorco ?a ple=No e+so+eue+nex pire+etlly%C3%A9ue+eé +eue+ei irsue+ rtr%C3%A9ue+rs rsxrs+lao+la+ rrv i+l%E2%80%99Aeeoels &url=http%3A%2F%2Flaoe.hypothusie.org%2F282& ui= uxeft<[a>
  • anghref='http://laoe.hypothusie.org/lu hoo/laoe'se ple='Gérale dleBalfen'>Gérale dleBalfen<[a>

    ap>a/p>

    anghref='http://laoe.hypothusie.org/lu hoo/laoe'se ple='Mrh ospeoy Gérale dleBalfen'>Mrh Pospe<[a>

    a/pi >
    a/pi > Cr Cecstriunaslleeasnubl eaeseé danghref="http://laoe.hypothusie.org/couegory/ re uxp rt-le as "srsl="couegoryrtegftCre uxp rtnle as <[a>ueanghref="http://laoe.hypothusie.org/couegory/e lc "srsl="couegoryrtegftM lc <[a>ueanghref="http://laoe.hypothusie.org/couegory/ uausr peis"srsl="couegoryrtegftTuausr peis<[a>ueanghref="http://laoe.hypothusie.org/couegory/e lc /voyl le" rsl="couegoryrtegftVoyl le<[a>eus se lquéuna t aanghref="http://laoe.hypothusie.org/teg/aeeoels " rsl="tegftAeeoels <[a>ueanghref="http://laoe.hypothusie.org/teg/ re uxp rt-le as -2" rsl="tegft re uxp rtnle as <[a>ueanghref="http://laoe.hypothusie.org/teg/manusr s"irsl="tegftmanusr s<[a>ueanghref="http://laoe.hypothusie.org/teg/nex pire"irsl="tegftnex pire<[a>ueanghref="http://laoe.hypothusie.org/teg/ uausr peis-2" rsl="tegft uausr peis<[a>uetanghref="http://laoe.hypothusie.org/282fse ple="14:19tirsl="oeoke lk">lao Gérale dleBalfen<[a>a/esea>. a/foo o> a/aorco > Ne egourtesuenaorco e

    anghref="http://laoe.hypothusie.org/271" rsl="lrs ">aesear laes=" a-le ">&laar;oLnoe nsoxiturco e? anghref="http://laoe.hypothusie.org/294" rsl="nes">Plenesstnsue-d ssdrsoa pex es a-rétléise, 1826-1840 Laseorrtqarce, cntasorsangrsl="no llow"red="can el- r, cnt-h 4ly-leak" href="/282#h sl ed"istyle="deollay:nise;ftAsxeun anril esebVaa>a/h3> aeseared="etsel-totee">VotorsaeaCeorsdrs csol liusnusppranlaednubl eaebVaesea>oLuenl mpesoétgouosluens et ebdequéena t aaesear laes="reuxslud">*Vaesea>a/p>als l for="ce, cntftCr, cntasor a/tese ea>a/p> als l for="subsr be">Noifys crrf followupr r, cntssviosi-e il

    als l for="lu hoo">Ntm aesear laes="rsuxslud">*Vaesea>a/ls l> a/p> als l for="etsel">AeaCeorsdrs csol liusaesear laes="rsuxslud">*Vaesea>a/ls l> a/p> als l for="url">Ser web a/p> <[p>a/p>
    a/pi > Caeeagordre

    als l laes="ss ene easss-tes" for="ca ">Caeeagordre Slloep rt re qasncoueagordr Ao Lep il e / Reasd e Tuchnroegie>[opeis> 0 ) { dipdown.naocntNosuisubm s(); } } dipdown.ischengi =eisCaeChengi; })(); /* ]]> */ Vaer pe> Vaasidr>ansidrsed="teg_cooxd-3"r laes="widge widge _teg_cooxdftÉjqu ieLesstuchneuxuena CcntorsKoyriVaa>aul>
  • angclaes='rsswidge 'slref='http:// uchneucak.hypothusie.org/4040'>Lon l Dufalx,oLet Amph phéde h eu angas lisstns reel. LeoCeeser e oslu drenaoesstnmlrireuesuescoreep rtesstns he u drnfre a XIXuspt esl euPURue2017
  • angclaes='rsswidge 'slref='http:// uchneucak.hypothusie.org/4035'>ARCHITECTURE MILITAIRE, UNE CULTURE PARTAGEE ENTRE GRECE ET PROVENCE 23-24snov.e2017
  • angclaes='rsswidge 'slref='http:// uchneucak.hypothusie.org/4032'>Mre stninnovourtue15-17snov.e2017
  • ansidrsed="rss-15" laes="widge widge _rssftLa Boîr lueet oe dren eetolineVaa>aul>
  • angclaes='rsswidge 'slref='http://www.osteaet oe.ebfo/2017/10/gcr-sue-photos-darcheves-a t -eoepy/'>Gérre suesphotosndet rchevesna t aToepy
  • angclaes='rsswidge 'slref='http://www.osteaet oe.ebfo/2017/08/dls-rss-su-nubl couons-4 ur- eetoline-qu uxue-sug lsuons/'>FoenRSS drnnubl couonsslenos eetoline –ruxu uxuensug lsuons
  • angclaes='rsswidge 'slref='http://www.osteaet oe.ebfo/2017/07/gcr-sa-vesree-a t -zo oo-5-0/'>Gérre sanvusreena t aZo oo 5.0
  • ansidrsed="rss-16" laes="widge widge _rssftCao ee – Heetosluaul>
  • angclaes='rsswidge 'slref='http://cas ee.org/426211'>Aplp luecorre druonepet ue numlro phé ouqu lenosonrs u « Émul uons »
  • angclaes='rsswidge 'slref='http://cas ee.org/426306'>Êtorsseaf asorsa t aset ÉjaVaa>
  • angclaes='rsswidge 'slref='http://cas ee.org/426391'>Entorsdylemquesstnmuourteueuxu eueniuenlenosonf tlsstns osse?
  • a/ul>ansidrsed="isidrh -sug lsuons-2" laes="widge isidrh -sug lsuons">Sug lsuons Isidrh Vaesea>a/h3>api rclaes="isidrh -sug lsuons-lert"reta-isidrh -sug lsuons-uxury="http://api.rs hur huisidrh .fr/h 4 r eory/s arch?afs:uxury=&afs:oeg=ISI_SUGGESTIONS_WP&afs:iutetDefalot=h 4liue=0&afs:ip=54.82.79.109&afs:userA cst=CCBot%2F2.0+%28http%3A%2F%2F e, iscrawl.org%2Ffaq%2F%29&afs:oang=fr&afs:iil o=vfts%28%22subjep %22%2C+%22Aeeoels %22%29+or+vfts%28%22subjep %22%2C+%22 re uxp rt+le as%22%29+or+vfts%28%22subjep %22%2C+%22manusr s%22%29+or+vfts%28%22subjep %22%2C+%22nex pire%22%29+or+vfts%28%22subjep %22%2C+%22 uausr peis%22%29&afs:iil o=%28hrirarchecas_has_doe in%3D%22http%3A%2F%2Fa ehas.archeves-envst Cs.fr%2Fsubjep %2Fshs%7Chttp%3A%2F%2Fa ehas.archeves-envst Cs.fr%2Fsubjep %2Fshs. eet%22%29+or+%28hrirarchecas_has_doe in%3D%22http%3A%2F%2Fa ehas.archeves-envst Cs.fr%2Fsubjep %2Fshs%7Chttp%3A%2F%2Fa ehas.archeves-envst Cs.fr%2Fsubjep %2Fshs. eeph lso%22%29+or+%28hrirarchecas_has_doe in%3D%22http%3A%2F%2Fa ehas.archeves-envst Cs.fr%2Fsubjep %2Fshs%7Chttp%3A%2F%2Fa ehas.archeves-envst Cs.fr%2Fsubjep %2Fshs.mneeo%22%29"reta-isidrh -sug lsuons-limi ="3ftaesear laes="isidrh -loasss">aul>


    Chur huosd ssIsidrh Vah3>af t sed="isidrh -s arch-f t -2" role="s arch" hod="ge " laes="s arch-f t "r p rt="//www.rs hur huisidrh .fr/s arch"r o e,ps te="offft als lt aesear laes="erene easss-tes">Chur huosd ssIsidrh Vaesea> ainpt ned="isidrh -s arch-luetricted-upt -2" type="s arch" laes="e arch-field"rleme="q"elluteholsss="Chur huosd ssIsidrh &hu eip;"re ple="Chur huosd ssIsidrh fs/>ainpt ned="isidrh -s arch-upt -2-shs-é hro_sc"rtype="hidd s"rleme="hrirarchecas_has_doe in"r asue="http://a ehas.archeves-envst Cs.fr/subjep /shs|http://a ehas.archeves-envst Cs.fr/subjep /shs.é hro_sc"r/>
    ansidrsed=" a-2" laes="widge widge _ a">Mla aul> ali>anghref="https://l lie.hypothusie.org/wp-oegin.php"tCrneon
  • anghref="http://laoe.hypothusie.org/feud">Fllx RSS drenaorco eVaa>
  • ali>anghref="http://laoe.hypothusie.org/ e, cnte/feud">RSS dren e, cntasoreVaa> ali>anghref="https://wpfr.ne " e ple="PoepulseasnosWrrePaCeouellouu-f t rsdrsnubl couonslets en ls seamanuqu drnnoeÀ .">Ser drnWrrePaCeo-FR a/ul> a/pi > a/pi > Hypothèsue -tanghref="http://www.opcnrp eon.org/9427" e ple="C arnstnd sss taoegu d'Hypothèsue"tC arnstnd sss taoegu d'Hypothèsue
    Crideue -tISSN: 2119-016X
    anghref="https://wrrelrsss.org/" e ple="Pleuu-f t rsdrsnubl couonslets en ls lue annoeÀ ndrn anseamanuquf>Fi eh cnt poepulseasnosWrrePaCeo a/pi > a/pi > r ar _paq =e_paq || []; r//rtuackprn hodsssike "setCue omD menson" should b als d bf te "tuackP lView" r_paq.push(['setCue omV lcable'ue1, 'Doe in'uepecu Cnt.doe in, 'p l']); r_paq.push(['enableCrossDoe inLeakd ']); r_paq.push(["setDecu CntT ple"uepecu Cnt.doe in + "/" +epecu Cnt.e ple]); r_paq.push(['tuackP lView']); r_paq.push(['enableLeakTuackd ']); r(funp rt() { r r ar u="https://pk.lsoco o.org/"; r r_paq.push(['setTuackerUrl'ueu+'pk.php']); r r_paq.push(['setSerId'ue'4']); r r osd=pecu Cnt, g=d.s euuEs cnt('sr pe')ues=d.ge Es cntsByTagNeme('sr pe')[0]; r g.type='tes/je asr pe'; g.asybc= uxe; g.defre= uxe; g.src=u+'pk.js'; s.paocntNosuiinest Bf te(g,s); r})(); r r rapi rclaes="opcnrp eon"> r r rapi > r rrrrrapi rclaes="fire ">rrrrrrrranghref="http://www.opcnrp eon.org">OlpnEp eon rrrrrrrrrrrrrrr rrrrrrrrrali>rrrrrrrrrrrraesea>OlpnEp eon BookeVaesea>rrrrrrrrrrrraul>rrrrrrrrrrrr rrrrrrrrrrrrrali>anghref="http://oeoks.opcnrp eon.org">OlpnEp eon BookeVaesea>Livoresses uCe hue inesstns caoreVaa>rrrrrrrrrrrr rrrrrrrrrrrrrali>anghref="http://oeoks.opcnrp eon.org/ taoegu">Livorerrrrrrrrrrrr rrrrrrrrrrrrrali>anghref="http://oeoks.opcnrp eon.org/nubl shussftÉp eetreVaa>rrrrrrrrrrrr rrrrrrrrrrrrrali>anghref="http://oeoks.opcnrp eon.org">EnnsoirellueVaa>rrrrrrrrrrrra/ul>rrrrrrrrrr r rrrrrrrali>rrrrrrrrrrrraesea>OlpnEp eon J urnaleVaesea>rrrrrrrrrrrraul>rrrrrrrrrrrr rrrrrrrrrrrrrali>anghref="http://j urnale.opcnrp eon.org">OlpnEp eon J urnaleVaesea>Rs uesses uCe hue inesstns caoreVaa>rrrrrrrrrrrr rrrrrrrrrrrrrali>anghref="http://www.opcnrp eon.org/ taoegu-j urnale">Lessrs ueVaa>rrrrrrrrrrrr rrrrrrrrrrrrrali>anghref="http://j urnale.opcnrp eon.org/6438">EnnsoirellueVaa>rrrrrrrrrrrra/ul>rrrrrrrrrr r rrrrrrrali>rrrrrrrrrrrraesea>Cao eeVaesea>rrrrrrrrrrrraul>rrrrrrrrrrrr rrrrrrrrrrrrrali>anghref="http://cas ee.org">Cao eeVaesea>Asisceens uifquerrrrrrrrrrrr rrrrrrrrrrrrrali>anghref="http://cas ee.org/s arch"tAccépprnalx asisceerrrrrrrrrrrr rrrrrrrrrrrrrali>anghref="http://cas ee.org/sou ">EnnsoirellueVaa>rrrrrrrrrrrra/ul>rrrrrrrrrr r rrrrrrrali>rrrrrrrrrrrrrrrraesea>Hypoth&e lave;sueVaesea>rrrrrrrrrrrrrrrraul>rrrrrrrrrrrr rrrrrr r rrrrrrrrrrrali>anghref="http://hypothusie.org">Hypoth&e lave;sueVaesea>Csanstssdrsrs hur hurrrrrrrrrrrr rrrr r rrrrrrrrrrrali>anghref="http://www.opcnrp eon.org/ taoegu-toteoeoks">Cataoegu deen arnsteVaa>rrrrrrrrrrrr a/ul>rrrrrrrrrrrrrrrrrra/ul>rrrrrra/pi >rrrrrr r rrrapi rclaes="laetsle -tog -show">rrrrrrrr r rrrrrrrrrrrrr rrrrrrrrrali>rrrrrrrrrrrraesea>L ors&r ost CsVaesea>rrrrrrrrrrrraul>rrrrrrrrrrrrrrrr r rrrrrrrrrrrali>anghref="http://newsl ir.opcnrp eon.org">L orVaesea>S'soen rs&a lave;n anL orsd'OlpnEp eonrrrrrrrrrrrr r rrrrrrrrrrrali>anghref="http://s arch.opcnrp eon.org/ebsex ost .php?a=suer peis">Aost Css&r oen cnteVaesea>Accépprnal survsteVaa>rrrrrrrrrrrra/ul>rrrrrrrrrra/li> r rrrrrrrali>rrrrrrrrrrrranghref="http://www.opcnrp eon.org/14043f>OlpnEp eon Fremium rrrrrrrra/ul>rrrrrrrr r rrrrrapi rclaes="aoe n-rdght">rrrrrrrr rrrrrrrrraf t s p rt="//s arch.opcnrp eon.org/" hod="ge "> rr r rrrrrrrrr
    rrrr r rrrrrrrrrrrapi > rrrrrr r rrrrrrrrrrrrrainpt nleme="q"etype="tesfs/> r rrrrr api rclaes="s arch-choste">rr r rrrrr rrainpt ned="thuj urnaluap o" leme="ul"n asue="http://noie.hypothusie.org" hecked="checked" eype="uap o" /> r rrrrr rrals l for="thuj urnaluap o">eé do n arnstrrabr />
    rrainpt ned="opcnrp eonuap o" leme="ul"n asue="" eype="uap o" />rrals l for="opcnrp eonuap o">eé dOlpnEp eon r rrrrr a/pi >rrrrrr r rrrrr abutton type="subm s" laes=" re r-s arch">Rs hur hurVaesea> rrrra/pi >rrrrrr
    a/pi >rrrrrra/pi >rrrra/pi >rra/pi >rrrr r Vaer pe> Vaer pe>