La Chine en daguerréotype

JULES ITIER : PREMIÈRES PHOTOGRAPHIES DE LA CHINE, du 14 au 27 novembre 2012 au Centre Culturel de Chine à Paris

A l’occasion de l’exposition au Centre Culturel de Chine des daguerréotypes de Jules Itier, revenons grâce à Pâris sur les circonstances de la réalisation des quelques plaques parvenues jusqu’à nous. Le journal tenu par Pâris à bord de l’Archimède en 1844-1845 et conservé au musée national de la Marine à Paris mentionne à plusieurs reprises le personnage d’Itier ainsi que les conditions de réalisation des daguerréotypes.

La mission commerciale en Chine

Au début des années 1840 les puissances occidentales, en quête de nouveaux marchés et rivales sur le terrain commercial, ont le regard tourné vers le Céleste Empire. En réaction contre le traité de Nankin qui est signé en 1842 entre la Chine et la Grande-Bretagne et qui accorde à cette dernière l’ouverture de cinq ports chinois, la France expédie une mission extraordinaire en Extrême-Orient sous les ordres de Théodose de Lagrené, ministre plénipotentiaire de France en Chine. Le ministère des Affaires Étrangères envoie pour l’assister deux secrétaires de légation, sept attachés tandis que le ministère du Commerce lui adjoint quatre délégués, un inspecteur des douanes et son secrétaire, ainsi qu’un médecin. La mission diplomatique se double d’une mission commerciale chargée de juger du potentiel du marché chinois pour l’écoulement des marchandises françaises autant que d’étudier  l’industrie locale. Deux navires sont affectés à l’envoi de ce beau monde dans les mers de Chine, où ils doivent rallier les bâtiments qui y stationnent depuis quelques années. L’ambassade et la majeure partie de sa légation[1] quitte la France en décembre 1843 sur la frégate la Sirène, commandant Charner, qui voyage de conserve avec la Victorieuse, commandée par Rigault de Genouilly.

Les « messieurs du commerce » Rondot, Hausman, Hedde et Renard, le comte d’Harcourt, second secrétaire de la légation et Charlus, attaché, ainsi que huit prêtres, prennent passage sur la corvette à vapeur l’Archimède commandée par le capitaine de corvette Pâris. Les accompagne un certain docteur Mallat, chargé d’une mission spéciale.

Souvenirs de voyage

Pâris, attaché à collecter par l’image des souvenirs de voyage et toujours à l’affut des innovations techniques, demande au ministère de la Marine de lui fournir un daguerréotype de voyage avec un grand nombre de plaques et s’en remet au baron Séguier pour l’aider dans le choix et le guider dans la manipulation de l’appareil[2]. Les passagers de l’Archimède, en particulier Rondot, ainsi que son commandant et le mécanicien Raffoux, s’essaient au daguerréotype à chaque escale, sans grand succès[3] : d’une part plusieurs plaques sont oxydées – si l’on en croit Pâris à cause de la flanelle blanchie à la chaux qui les enveloppe – d’autre part les conditions de température, d’humidité comme de luminosité rencontrées à chacune des escales varient à un point tel qu’il est très difficile aux néophytes de maîtriser la technique.

En Inde les daguerréotypistes amateurs tentent quelques épreuves sur une pagode. Pâris relate dans son journal :

« Les portes, au  nombre de deux, sont assez bien mais n’ont pas ces innombrables statues qui les rendent si originales. La plus grande, située à l’est à l’entrée de la première enceinte, est aussi élevée que celle de Vilnour. Je regrette de n’avoir pas eu l’idée de mettre une règle près d’elle lorsqu’on l’a faite au daguerréotype : il eut été curieux d’en connaître ainsi la hauteur et les dimensions principales. Je fais aussitôt ma ronde pour bien employer mon temps et pendant que ces messieurs braquent la chambre noire sur ce temple à colonnes, je vais le dessiner par côté. [...] L’atelier du fourbissage des plaques s’établit sous les colonnes du temple et Raffoux prépare pendant que M. Rondot iode et présente à la chambre obscure : au commencement 16 minutes ne donnent pas des gravures encore bien nettes tandis qu’après il faut rester de moins en moins longtemps. M. Rondot diminue de deux minutes à chaque fois et le soleil agit si vite que ce n’est pas assez, si bien qu’ayant commencé à 7h ½ alors que 16 minutes n’étaient pas assez, il se trouve qu’à 9h 2 minutes ½ sont trop et donnent des épreuves solarisées. »[4]

Quelques jours plus tard Pâris réitère l’expérience, sans plus de succès :

« Raffoux et moi sommes deux mazettes et ne pouvons arriver à rien de bon. À peine obtenons-nous une image obscure. Ce diable de daguerréotype est si difficile que, croquant aussi facilement que je le fais, j’ai de la peine à me décider à l’employer. »[5]

En effet le matériel est lourd, encombrant, complexe. Or Pâris voit dans le daguerréotype un outil qui permet de copier fidèlement un modèle et remplacer les croquis de terrain.

Il semble que sur la Sirène les résultats soient plus concluants et qu’Itier parvienne à réussir quelques épreuves. Lorsque les deux navires se rejoignent en mer de Chine, Pâris laisse à Itier le soin de manipuler l’appareil, lui fournit des plaques, tandis que lui-même y renonce, préférant le papier et le crayon à la chimie. En Chine Pâris fait de nombreuses excursions en artiste en compagnie d’Itier, l’un daguerréotypant, l’autre dessinant pagodes et scènes de rue. Lors de la signature du traité de Whampoa (Huangpu) à bord de l’Archimède, « les mandarins se laissent complaisamment dessiner. […] Bientôt arrive M. Itier avec son daguerréotype, braquant la lunette sur les mandarins, les faisant asseoir au soleil, les groupant de manières différentes, jusqu’à ce que toutes les plaques soient épuisées. Malheureusement il ne peut réussir à faire une bonne épreuve et certes, s’il l’eut obtenue, elle était plus précieuse que le meilleur dessin. »[6] Une seconde séance de pose, en l’absence de Pâris, semble avoir mieux réussi puisqu’un daguerréotype représentant l’amiral Cécille, commandant la station navale des mers de Chine, le ministre Lagrené et les dignitaires chinois, nous est parvenue.

Julesitier

Quelques jours plus tard, à la maison de campagne de l’un des mandarins, c’est Rondot, en l’absence d’Itier, qui tente de faire le portrait de Qiying. Là encore « On le fait tourner, changer, se mettre au soleil, à l’ombre, sans pour cela mieux réussir qu’à bord de l’Archimède. »[7] Enfin à Canton les deux artistes montent sur un toit pour réaliser le panorama de la ville : cette fois Pâris note qu’Itier a réussi quelques bonnes épreuves tandis que lui-même renonce à réaliser le panorama en grand, bien qu’il ait pris soin de l’esquisser et de noter les couleurs, car il craint que cette succession de toits ne soit trop monotone[8].

Macao1844

Pâris, déçu par la difficulté d’un appareil dont il ne parvient pas à maîtriser l’usage, sous-estime les compétences d’Itier, à moins qu’il ne se satisfasse pas de la qualité des épreuves, préférant finalement la lisibilité du dessin au miroitement des plaques du daguerréotype. Il renonce dès lors à l’utiliser lui-même mais continuera de s’intéresser au procédé photographique, tant pour les portraits de famille[9] que pour l’édition.

Itier vu par Pâris

Pâris se plait à visiter les villes chinoises en artiste avec Itier, mais lorsqu’il doit accueillir le daguerréotypiste comme passager à bord de l’Archimède son enthousiasme s’émousse.

« Cet homme est vraiment singulier. Il a reçu une bonne éducation, paraît instruit en chimie mais tout cela a l’air d’être brouillé dans sa tête où on dirait qu’il existe une masse d’idées qu’il tire au hasard, tantôt l’une tantôt l’autre et il parle, parle, c’est prodigieux, des heures anciennes sans cesse, sans laisser placer aux autres plus qu’un ou deux mots qui lui servent aussitôt de nouvelle base pour repartir et parler de plus belle. Quelqu’un d’adroit lui ferait dire blanc le matin et noir le soir. Il a une voix sonore et glapissante qui s’entend de l’arrière à l’avant et qui, bien qu’animée, a quelque chose de monotone. »[10]

Les circonstances sont peu favorables à un accord entre militaires et civils : l’escadre fait des ronds dans l’eau pendant que Lagrené et Cécille tentent de prendre possession de l’île de Basilan[11]. Pâris ronge son frein, plongé malgré lui dans l’inaction tout en devant s’accommoder des desiderata de passagers avides d’une liberté de mouvement peu compatible avec le service d’un bâtiment de guerre, d’où le peu d’aménité du commandant pour un Itier tout aussi désœuvré.

Il reste heureusement, grâce à Itier et au daguerréotype, quelques souvenirs de cette mission de Chine qu’il est donné de voir en ce moment à Paris.


[1] Lagrené, son épouse et ses deux enfants ; De Ferrière, premier secrétaire de la légation ; 4 attachés, MM. de la Hante, Marey, Mac Donald et de la Guiche ; un journaliste, Xavier Raymond ; un médecin, Yvan ; Itier, inspecteur des douanes et Lavollée, son adjoint ; de Montigny, chancelier.

[2] SHD Marine, BB4/622, letter de Pâris au ministre de la Marine du 16 janvier 1844.

[3] Musée national de la Marine, Paris : E. Pâris, Journal de l’Archimède, 1844.

[4] Ibidem, p. 169-176.

[5] Ibid. p. 185.

[6] Ibid. p. 286-287.

[7] Ibid. p. 334.

[8] Ibid. p. 340-341.

[9] Son neveu Henri Basset, dans ses notes conservées au musée national de la Marine, fait mention d’un portrait de Léon Pâris réalisé en 1849.

[10] E. Pâris, Journal de l’Archimède, 1845, p. 65.

[11] D. Nardin, « Les Français à Basilan : un projet de colonisation avorté », Archipel. 1978, vol. 15, no 1.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Actualités / News, Art, Marine, Voyages and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.

2 Responses to La Chine en daguerréotype

  1. Pingback: Jules Itier : Premières photographies de la Chine | Chin'Electrodoc

  2. Pingback: Premières photographies de la Chine « Chine en Question

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">