Archives par étiquette : savoirs

Mobilité et Circulation des savoirs

Comme l’a souligné Liliane Pérez en introduction de ce second colloque international du laboratoire ICT, la circulation des savoirs est fortement liée au thème de la mobilité, des hommes, des objets, des connaissances. Dans le contexte actuel d’histoire comparée, on doit envisager la production de savoir comme une collecte qui induit un déplacement et des procédures d’accord dans l’échange. Daniel Roche, dans sa conférence inaugurale, a recentré la problématique autour des relations entre les hommes et de la construction de soi, car le voyage engendre une acculturation fortement liée à sa temporalité. De la découverte du monde à la découverte de soi, il faut interroger les effets de l’expérience du déplacement et ses rapports à l’espace, au temps, au lien social.

 Ce colloque fut riche et foisonnant d’interventions de qualité parmi lesquelles il a fallu opérer un choix puisque les ateliers se déroulaient en parallèle. En espérant que les papiers seront rapidement publiées, je me propose de faire une synthèse de l’atelier consacré à l’acclimatation métropolitaine des savoirs sur le lointain en relevant les points qui ont suscité des questionnements. Il serait en effet trop long de résumer chacune des communications et ferai encourir le risque de trahir les propos des auteurs en ne retenant que les aspects qui ont nourri ma propre réflexion. Le titre même de l’atelier impose un point de vue centripète : l’acclimatation des savoirs sur le lointain suppose une mobilité des savoirs de la périphérie vers le centre, portés par des intermédiaires et validés par les savants métropolitains.

Le premier atelier, « savoirs naturalistes », a posé la question des conditions de la collecte. Pourquoi et dans quelles circonstances la réception du témoignage de Maria Sibylla Merian sur la luminosité de la mouche porte-lanterne du Surinam a-t-elle évolué de l’acceptation au rejet ? Pourquoi une telle opposition entre taxonomie et pratique dans le conflit entre savants et jardiniers autrichiens ? Dans quelles circonstances ont été collectées les sources qui ont servi à la description et à la classification des poissons japonais par les savants européens ? Les communications de Brian Ogilvie, Marianne Klemum et Yuko Takigawa ont éclairé les deux dimensions de la réception du savoir lointain : la crédibilité du collecteur et la certification de la source. A rapprocher de cette thématique le papier de Valérie Chansignaud sur la découverte du gorille. La crédibilité ne repose pas seulement sur la compétence du voyageur mais sur un faisceau de contingences et de frontières (géographiques, sociales, scientifiques, de genre) associé à une évolution des règles d’observation, qui illustre l’hétérogénéité des vecteurs de savoir autant que des sources et la fragilité de l’opposition centre/périphérie. Les connaissances ont un devenir incertain, oscillant parfois longtemps entre validation et rejet. Kapil Raj, en faisant la synthèse de l’atelier, a mis en exergue le point commun entre les voyageurs qui cherchent à faire accréditer leur relation en Europe. C’est cette projection sur une audience désirée qui crée ainsi l’idée d’un centre, quand bien même l’opposition centre/périphérie serait trompeuse, car il n’y a pas plus un centre qu’il n’y a un ailleurs, mais des réseaux.

Dans le second atelier, « Altérités », Boris Jeanne et April Shelford ont souligné l’imbrication des enjeux de savoir et de pouvoir dans la transmission livresque de la relation sur le lointain. Le témoignage du voyageur passant par l’édition, il faut à la fois user d’artifice pour aider la compréhension du lecteur, répondre aux exigences d’une époque en terme de style et orienter le discours pour servir des intérêts politiques ou personnels. Le récit du voyage ou du lointain n’est jamais neutre et les gouvernements en avaient pleinement conscience qui ont pris en charge l’édition des relations des voyageurs pour éviter les relations non officielles. Véronique Larcade a bien montré, au sujet des voyages dans le Pacifique au XVIIIe siècle, le décalage entre différents systèmes de validation répondant à différentes attentes : savants et explorateurs s’opposent sur la valeur de l’expérience et sa possible réfutation du concept.

Le troisième atelier s’articulait autour des « savoirs utiles », médicaux et botaniques et a fourni une illustration remarquable de l’impossibilité de définir clairement le rôle du centre et de la périphérie en terme d’imposition de contrainte normative ou d’intermédiation. Samir Boumediene a souligné le rôle du port comme lieu de réception, d’expérimentation et d’accréditation des plantes médicinales d’Amérique, lieu de production de savoir et d’experts reconnus par les savants entre le XVIe et le XVIIIe siècle. Est-ce parce qu’au XVIIIe siècle centre savant et centre politique fusionnent pour rejeter à la périphérie les milieux portuaires que les ingénieurs-constructeurs rejettent le bois américain que tentent d’imposer administration coloniale et savants parisiens ? Autour de la question du bois, matière première essentielle qui cristallise toutes les convoitises, David Plouviez met en lumière l’émergence d’une opposition entre savants et techniciens, chacun construisant sa légitimité scientifique sur des fondations séparées. D’une part le corps ingénieurs-constructeurs naît de la fusion entre pratique et mathématiques autour d’un processus de normalisation qui focalise le centre sur les arsenaux, du moins dans ses premières années, malgré la création de la « petite école » à Paris ; d’autre part la connaissance des bois américains suit un parcours complexe, entre enjeux économiques et politiques auxquels sont associés les botanistes parisiens. Le blocage ici vient peut-être en partie du fait que le passage de la colonie à la métropole se fait directement de la périphérie au centre sans passage par les ports et l’association des praticiens. D’autres raisons, culturelles, politiques, économiques seraient à évoquer mais, pour en rester à la thématique de l’atelier, les problématiques d’acclimatation de savoirs sont centrales. La communication de Wu Huiyi sur les traductions botaniques ouvre une autre dimension aux questions de transmission de savoirs qui est celle de la langue et du rapport du mot à l’objet. Pour que la communication soit possible entre deux interlocuteurs, il faut qu’un mot soit porteur de sens et ce sens est conditionné par une culture, un système de représentations qui doit être commun à tous les protagonistes. Ainsi la simple description d’une plante n’est pas plus éclairante que la translittération de son nom chinois pour la classification, et il en va ainsi de la plupart des savoirs, comme l’a montré Ronald Guilloux à propos de l’acupuncture, adoptée sans être comprise pour être finalement mise en cause et invalidée par la profession médicale. François Regourd a conclu cet atelier en soulignant le lien entre puissances politique et savante qui président à la soumission des savoirs extra-européens par assimilation sélective et exploitation, le plus souvent dans un contexte colonial.

Tout en offrant la possibilité de transcender l’historiographie traditionnelle européocentrée afin de porter le regard sur la périphérie, la focale s’est avant tout portée sur les intermédiaires, sur les Européens voyageurs ou situés dans les nœuds des réseaux de circulation que constituent les ports et sur leur rôle de passeurs entre un savoir extra-européen et le centre certificateur de ces savoirs. L’histoire connectée n’a pas encore totalement révélé le rôle des acteurs indigènes[1] et restitué la complexité des réseaux de circulation de ces savoirs. Le seul vecteur autochtone représenté dans cet atelier a été le livre qui bénéficie curieusement d’une crédibilité que les Européens ne prêtent pas aussi aisément aux hommes qui les ont écrits (je pense particulièrement à l’utilisation des illustrations du Umi no sachi, recueil de poésie, comme source pour l’ichtyologie) et qui exclut de fait les peuples étrangers à la culture du livre (comme l’aire Pacifique). Cet aspect mériterait que l’on s’y attarde.


[1] Voir à ce sujet l’exposition de la Royal Geographical Society Hidden Histories of exploration.

Citer l'article: Géraldine Barron, "Mobilité et Circulation des savoirs," in Marine, science, technique, 23/11/2011, http://paris.hypotheses.org/212.

Annonce de colloque

Le laboratoire Identités-Cultures-Territoires (EA 337) de l’Université Paris Diderot – Paris 7 organise sont 2e colloque international les 17, 18 et 19 novembre prochain sur le thème :

Mobilités et circulation des savoirs

Ce colloque propose d’examiner la diversité des formes collectives (réseaux, sociabilités) et des rapports sociaux par lesquels se fait la mise en circulation des savoirs, ainsi que leur articulation avec de nouvelles constructions institutionnelles et de nouveaux rapports de pouvoir du Moyen Age à nos jours.

Cinq sessions se dérouleront en parallèle sur les sites Buffon et Halle aux Farines :

  • L’acclimatation métropolitaine des savoirs sur le lointain, coordonnée par Marie-Noëlle Bourguet et Harold Loparelli
  • Mobilités et circulation des savoirs techniques, coordonnée par Mathieu Arnoux, Arnaud Passalacqua, Marie-Louise Pelus-Kaplan et Liliane Pérez
  • Circulation des corps et savoirs sexués, coordonnée par Gabrielle Houbre et Didier Lett
  • Circulation des savoirs et pouvoirs, coordonnée par Anne Caiozzo, Florence Gauthier et Pilar Gonzalez-Bernardo
  • Transfert et médiations : traductions et échanges scientifiques et épistolaires dans la circulation des savoirs, coordonnée par Claudine Delphis et Michel Prum.

Programme complet et informations pratiques